Le dilemme de Bedoui et Lamamra    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Les Algériens à la recherche d'une double rupture    «Je ne vais pas passer mon temps à justifier tous mes choix…»    Fin de parcours pour la JS Saoura    Le GS Pétroliers réussit ses débuts    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Détournements de deniers publics à l'antenne ADE de Bouhadjar, 3 fonctionnaires impliqués    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Ligue 2: L'ASO Chlef nouveau dauphin du NCM    16 soldats maliens tués dans un assaut contre une base militaire    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Trafic de fausse monnaie: Un troisième réseau démantelé à Oran    Oran: Vingt ans de prison pour des convoyeurs de cocaïne    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    Ligue 1: Le MCO épinglé à Sétif, la JSK rate le coche    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Les travailleurs de GTP et Sarpi en grève    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Mohamed Aïssaoui, un exemple de l'intégration sociale des handicapés par le sport    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    CNAS: Près de 295 000 assurés sociaux aux besoins spécifiques pris en charge en 2018    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    Les journalistes de l'ENTV écrivent à leur DG    Gaïd-Salah en visite de travail    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Barrage de Tichy-Haf (Béjaïa) : Une eau douteuse coule des robinets
Bejaia : les autres articles
Publié dans El Watan le 30 - 10 - 2011

Le problème ne date pas d'aujourd'hui. Depuis la mise en service, intervenue depuis plus d'une année, du barrage de Tichy-Haf, les ménages se plaignent de la mauvaise qualité de l'eau.
La population de la wilaya de Béjaïa fait face à une grave menace sur la santé publique: Les ménages de toutes les agglomérations situées tout au long de la vallée de la Soummam déplorent une eau de robinet impropre à la consommation. «L'eau qui coule des robinets est d'une couleur jaune verdâtre et de mauvaise odeur. Elle est imbuvable. Elle est polluée», se plaint une mère de famille habitant Akbou. Plus de 700 000 habitants des vingt-trois communes situées dans le couloir Akbou-Sidi-Aïch-Béjaïa reçoivent de l'eau douteuse provenant du barrage de Tichy-Haf qui est pourtant «contrôlée» dans une station de traitement.
Les ménages dénoncent une situation très grave en dépit des assurances formulées à maintes fois par les autorités. Au pied du barrage, l'eau est pourtant filtrée dans une station de traitement située à Aït R'zine, gérée par l'ADE (Algérienne des eaux). Cette station est censée assurer le contrôle de tous les paramètres bactériologiques et physico-chimiques.
Le problème ne date pas d'aujourd'hui. Depuis la mise en service, intervenue depuis plus d'une année, du barrage de Tichy-Haf, les ménages se plaignent de la mauvaise qualité de l'eau. Interrogé par nos soins, le Directeur de l'hydraulique de la wilaya a eu cette réponse: «le problème de la mauvaise qualité de l'eau ne se pose pas et ne se posera en aucun cas. Moi je bois et je viens de boire cette eau devant vous.
L'eau qui coule des robinets est incolore et inodore. Je n'ai pas vu cette couleur jaune verdâtre». «La station de traitement d'Aït R'zine dispose d'un laboratoire qui contrôle à tout instant la qualité bactériologique et physico-chimique de l'eau. Concernant la turbidité, il arrive que l'ADE effectue des travaux d'entretien qui causent une coloration de l'eau. Il y a aussi des réactions chimiques provoquées par le rajout des substances de traitement au contact de l'eau», explique ce responsable. «La mauvaise odeur, poursuit-il, est due au dégagement de l'hydrogène sulfuré (H2S) qui se produit sur l'eau qui stagne. Mais cette mauvaise odeur s'est atténuée, ces derniers temps, grâce au traitement de l'eau au charbon actif».
Autre contrainte avancée par le directeur de l'hydraulique: «nous faisons face à un stress hydrique. D'où notre prudence à ne pas gaspiller l'eau en limitant les lâchers d'eau permettant de reconstituer les stocks d'eau et éviter les stagnations au sein du barrage». «Aussi, dit-il, nous allons bientôt mettre en place des stations flottantes pour prendre l'eau à la surface du barrage réputée mieux oxygénée et donc de meilleure qualité».
Nos tentatives d'avoir des explications des responsables de l'Algérienne Des Eaux (ADE) ont été vaines. Les assurances des autorités ont du mal à convaincre un spécialiste en chimie industrielle détenteur d'un DEUA à l'université de Béjaïa et qui a déjà travaillé dans une entreprise d'hydraulique. Ce dernier met en cause la qualité du travail effectué dans la station de traitement d'Aït R'zine. «Un des critères permettant de classer une eau comme étant propre à la consommation est la limpidité. Or, l'eau qui sort de la station de traitement est loin d'être limpide. Une eau potable doit aussi être agréable à boire: elle doit être claire, n'avoir aucune couleur encore moins une quelconque odeur. Même si cette eau est bactériologiquement saine grâce au taux de chlore
(0,5 ml par litre), les matières et résidus de cette eau qui coule des robinets lui confèrent une couleur et une qualité anormale», explique ce chimiste.
De son côté, un médecin que nous avons contacté affirme que «le sulfure d'hydrogène contenu dans l'eau de robinet est un poison qui affecte plusieurs organes et constitue donc un sérieux danger sur la santé».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.