Niger: des télévisions privées fermées pour "non paiement d'impôts"    Le pétrole en hausse en Asie    Syrie : près de 7.000 personnes évacuées de villes assiégées    Le président palestinien condamne la loi sur "l'Etat national du peuple juif"    Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Des changements et des postures    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Guéguerre interne au FFS    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FESTIVAL D'ORAN : Merzak Allouache agresse les journalistes
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 12 - 2011

Critiqué pour son film « Normal », le réalisateur Merzak Allouache a eu un comportement désagréable et ignoble avec la presse.
Oran
De notre envoyé spécial

Il est connu que Merzak Allouache, qui tourne en rond depuis plus de vingt ans, n'aime pas être critiqué pour son travail. Mardi soir, à la salle Saâda à Oran, ce cinéaste algérien a voulu faire un show au lieu de débattre sur son dernier film, « Normal », une fausse fiction complètement ratée.
Pourtant « Normal » a été sélectionné pour le cinquième Festival d'Oran du film arabe (FOFA). « Il y a des journalistes qui travaillent sur les ordres qu'on leur donne. On leur dit tel film laissez le de côté, on laisse sortir mais n'en parlez pas trop », a-t-il accusé. Des preuves ? il y en a pas.
Merzak Allouache, 67 ans, prétend vouloir combattre « la censure » et « l'autocensure » dans le cinéma. Mais, il n'a pas hésité à pratiquer lui-même la censure, en direct et devant le public d'Oran, mardi 20 décembre 2011.
Il a attaqué avec une rare virulense Mounir Lâaradj, journaliste à Canal Algérie, qui l'a interpellé sur un mensonge relatif à des « plages de passe » du côté de Tipaza montrées dans le film et d'exagérer la vérité. Merzak Allouache n'a pas trouvé mieux que d'accuser le journaliste de…jalousie, de haine et de dépit.
Et, bien sûr, il a profité du micro qui lui était tendu pour régler ses comptes avec la télévision algérienne. Nabil Asli, un comédien encore peu connu, a, lui aussi versé dans le discours à la petite semaine, en accusant la presse d'avoir été complice du pouvoir lors des émeutes de janvier 2011.
Selon son analyse, les médias ont relayé l'idée d'« émeutes du sucre et de l'huile » pour diminuer de la contestation des jeunes. Nabil Asli, un nouvel opposant ? On ose à peine le croire. « Notre film, « Normal », fait connaitre l'Algérie et son histoire », a-t-il dit sûr de lui.
Ce n'est pas ce que nous avons vu à l'écran ! Mounir Lâaradj de Canal Algérie a déclaré que grâce aux médias algériens la comédienne algérienne Adila Bendimerad, castée dans « Normal » également, est aujourd'hui plus au moins connue. « Lorsqu'elle était installée à Paris, personne n'entendait parler », a-t-il dit.
Adila Bendimerad a, elle aussi, attaqué la presse lui reprochant de ne pas soutenir les artistes « algériens ». Empêchant l'envoyé spécial d'El Watan de poser ses questions sur le film, Merzak Allouache, entouré de ses « comédiens » préférés, a eu cette réflexion : « Je n'aime pas vos écrits, je sais pourquoi vous écrivez et je sais pour qui vous travaillez ».
Protestant contre cette attitude hautaine et scandaleuse, tous les journalistes présents ont quitté la salle, laissant l'agresseur face à un public médusé. En dehors de la salle, les nombreux spectateurs sont venus soutenir les journalistes et dénoncer l'arrogance d'un cinéaste dépassé par la marche du monde.
« De toute façon, nous n'avons pas aimé ce film. C'est l'importe quoi. Ils insultent gratuitement les algériens »,nous a confié un jeune comédien oranais. Qui ose contre dire cet avis ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.