Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Feux de forêts: le Haut commandement de l'ANP mobilise des hélicoptères    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le génocide version Yves Lacoste
Il juge le qualificatif inapproprié au cas algérien
Publié dans El Watan le 26 - 12 - 2011

Les déclarations du Premier ministre turc Erdogan accusant la France d'avoir commis un génocide en Algérie continuent de susciter de «fortes» réactions des politiques et historiens français.
Yves Lacoste, considéré comme le «père» de la géopolitique française, rejette cette «accusation» qu'il qualifie de «sans fondement». «Ce fut une guerre dure, mais il n'y avait pas discours génocidaire», a-t-il déclaré dans un entretien accordé au journal électronique Metro France. Dans sa tentative de minimiser la gravité des massacres commis par l'ancienne puissance coloniale, cet historien et géographe se livre à un exercice «arithmétique». «Ainsi, dira-t-il, au lendemain de la guerre, on a parlé d'un million de morts, les historiens les plus partisans de l'indépendance de l'Algérie parlent de 500 000 morts sur une population de 9 millions d'habitants musulmans. Ce n'est donc pas comparable avec le génocide projeté puis mis en œuvre par l'Empire ottoman contre les Arméniens de 1915 à 1917.
Autre argument de M. Lacoste : le FLN et les nationalistes algériens n'ont jamais eu ce discours.» Il ajoute que la conquête française de l'Algérie avait «des formes de génocide», mais jamais il y avait eu une extermination programmée comme c'était le cas en Arménie ! Il considère ainsi qu'il n'y avait pas eu en Algérie une intention délibérée d'extermination de la population. «On a parlé d'une centaine de milliers tués en 1945, ce qui est déjà énorme, mais qui ne correspond pas du tout à 15% de la population algérienne, sinon cela aurait fait 1 million de morts», a-t-il argué. Tuer 45 000 personnes en un jour n'est-il pas une œuvre génocidaire ?
Visiblement non pour M. Lacoste qui met en avant le volume réduit de la population algérienne à l'époque coloniale. «En 1830, la population de l'Algérie était sans doute aux alentours de 3 millions d'habitants. En 1870, on en dénombre 2,5 millions», a-t-il relevé.
En voulant forcer l'argumentation, l'historien se contredit. Tout en excluant tout génocide, il admet que la diminution de la population d'un demi-million en 38 ans a été causée par «les famines». Des famines, ajoute-t-il encore, qui ont été causées par «les incendies des terres et les épidémies. Ces incendies ont été l'œuvre du tristement célèbre maréchal Bugeaud qui a mené, reconnaît M. Lacoste, une politique de la terre brûlée qui a pris des formes de génocide dans l'ouest de l'Algérie».
Il a cependant oublié de parler du fameux chef de bataillon, Lucien de Montagnac, qui s'était illustré par sa brutalité à l'égard des populations locales. Ce chef militaire avait écrit en 1943 ceci : «Selon moi, toutes les populations qui n'acceptent pas nos conditions doivent être rasées, tout doit être pris, saccagé, sans distinction d'âge ni de sexe : l'herbe ne doit plus pousser où l'armée française a mis le pied.» Sans commentaire !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.