Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Atlético : Suarez a une préférence pour son avenir    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Nouvelle opération de déstockage    L'Anie sous haute surveillance    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    L'ouverture des frontières au menu    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Réception de 3.400 doses    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Eclats de vie» : Parcours d'une enseignante
Tiziouzou : les autres articles
Publié dans El Watan le 02 - 01 - 2012

Malika Arabi était l'hôte du café littéraire, la semaine dernière à la maison de la culture de Tizi Ouzou, pour animer une conférence sur son livre autobiographique Eclats de vie (2011).
Il s'agit d'un ouvrage où l'auteure propose un itinéraire lié au contexte sociopolitique de son pays, l'Algérie. Ce sont ses douleurs, son enfance malheureuse vécue à Mizrana, dans la Kabylie maritime (Tigzirt), un territoire servant de fief à toutes formes de misères, à la guerre… qu'elle y relate. Les révoltes de l'auteure ont également été exorcisées dans ce récit écrit dans un style «fluide» et simple.
Les mots usités révèlent non pas la haine mais plutôt la douleur. Le statut de la femme en Algérie, les relations entre mères et filles, mais surtout les mutations opérées dans le système de l'éducation nationale, qui, selon Malika Arabi, ont dérouté des générations entières, sont autant d'autres thèmes brassés dans Eclats de vie.
La dernière partie du livre est dédiée à «cette jeunesse algérienne qui ne rêve que de son pays pour lequel leurs aînés se sont sacrifiés.» «Si les jeunes et même les moins jeunes cherchent coûte que coûte à s'établir dans le pays de l'oppresseur, c'est qu'ils se sentent mal, si mal…chez eux. Tout ça, pour ça, suis-je tentée de dire…révoltée.» (p.227). Malika Arabi est née au début des années 1950 à Tarsift, près de la ville côtière de Tigzirt, au nord de Tizi Ouzou.
Après des études primaires à l'école de Tala Mayache, dont elle garde des souvenirs émouvants, elle rejoint le lycée technique du Caroubier d'Alger, puis l'ITE de Ben Aknoun pour devenir professeur des collèges. Malika Arabi, qui était une enfant durant la guerre de Libération nationale, fait partie de la première génération des femmes d'Algérie qui avaient le privilège d'accéder à l'instruction avant que ce droit ne lui soit garanti dans l'Algérie indépendante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.