Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'homme et l'œuvre racontés par Taïeb Hafsi
Conférence autour de l'ouvrage Issad Rebrab, Voir grand, commencer petit et aller vite
Publié dans El Watan le 22 - 01 - 2012

C'est une biographie qui relate le parcours et l'œuvre d'Issad Rebrab, écrite et racontée par Taïeb Hafsi, professeur à HEC Montréal (Canada).
L'histoire de cet homme d'affaires algérien, qui vient de paraître chez Casbah Editions, au bout de 60 jours d'entretiens et de tête-à-tête entre Issad Rebrab et Taïeb Hafsi, s'inscrit dans le cadre d'une nouvelle collection lancée par l'éditeur, baptisée Les grands bâtisseurs. Une partie de cette biographie, dont l'auteur principal est l'actuel PDG du groupe Cevital, est consacrée à sa famille, dont «la vie n'a jamais été un cours tranquille». L'ouvrage revient aussi sur le parcours hors pair d'un homme, dont la réussite s'est bâtie jadis «dans un milieu hostile». Et qui se fait sentir, aujourd'hui, dans un espace «de grande méfiance». C'est ainsi que cet ouvrage vient lever quelques «soupçons», voire «dissiper quelques doutes» ayant émaillé la carrière de l'homme et son œuvre. «Le livre s'adresse surtout aux entrepreneurs algériens, jeunes et moins jeunes.
C'est un message d'espoir (…) Mon rêve le plus cher est de voir naître plusieurs Cevital pour faire de l'Algérie un dragon économique dans le pourtour méditerranéen.» Hier était le grand jour pour le signataire de ce message. Issad Rebrab, Voir grand, commencer petit et aller vite était présenté, à Alger, par son auteur, Taïeb Hafsi, professeur à HEC Montréal (Canada), en présence d'Issad Rebrab, des membres de sa famille, de ses amis, de ses collègues et de journalistes. Bien qu'il ait contribué à la publication d'une centaine d'ouvrages, Taïeb Hafsi se dit particulièrement touché, cette fois-ci, par la carrière et les réalisations de ce monsieur, objet de la biographie, voire même par son «comportement», sa «persévérance» et la «moralité» de l'homme par qui l'œuvre est venue. «Issad m'avait redonné confiance en l'Algérie. Il faut faire de ces cas de réussite une œuvre citoyenne», témoigne Taïeb Hafsi, au bout de trois années de travail sur un ouvrage qui vient ouvrir la collection des Grands bâtisseurs de Casbah Editions. D'autres biographies de la même collection vont suivre, mettant sous les feux de la rampe d'autres personnages, à l'exemple de Laïd Ben Amor (PDG du groupe Ben Amor), les Hasnaoui (Brahim Hasnaoui), etc.
«J'ai été impressionné par le comportement d'Issad. J'ai étudié des organisations, mais lorsque l'authenticité existe je sais la découvrir», commente l'auteur d'Issad Rebrab, Voir grand, commencer petit et aller vite. Cet ouvrage est venu décrypter la réussite et la naissance d'un entrepreneur «dans un milieu turbulent et hostile», rembobiner le film de la grande aventure industrielle de cet homme qui a conduit à la naissance d'une entreprise de classe mondiale. Le livre consacre un de ses chapitres à des anecdotes de la vie intime de son acteur principal.
Et de conclure sur les secrets de cette belle moralité : «Voir grand, commencer petit et aller vite». Il s'agit d'un message que l'on adresse aux jeunes entrepreneurs, les invitant à faire du cas Rebrab une lueur d'espoir. «Ce livre se veut un regard sur l'Algérie. Il n'est aucunement destiné à célébrer la gloire d'Issad Rebrab, encore moins à glorifier le personnage», conclut l'auteur de l'ouvrage, tout émerveillé d'avoir redécouvert l'Algérie grâce à cette biographie consacrée à l'œuvre et au personnage de Rebrab.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.