«Toutes les décisions prises ont pour finalité la protection de la Patrie et l'intérêt du citoyen»    Un terroriste arrêté à Bordj-Badji-Mokhtar    Un homme au cœur du système de rapine    Joe Biden expose une carte où le Sahara Occidental apparaît distinct du Maroc    Ould Salek : «le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump»    Amir Sayoud file en Arabie Saoudite    12e journée : Résultats décevants pour les Algériens    Louis van Gaal de nouveau sélectionneur des Pays-Bas    Les sapeurs-pompiers, un rempart contre les feux de forêt    Les élections locales en novembre    Les divas orientales à l'honneur    Après une saison décevante de la JS KABYLIE : Cap sur la finale de la Coupe de la Ligue    Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Comment jouer avec la vie    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Enseignements tunisiens    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Face à une situation économique et sanitaire préoccupante, dix axes directeurs pour le redressement national    Les élections locales en novembre    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Abominable Delta    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    La JSK a la tête en coupe de la Ligue    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Fin du cinquième stage    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    «Le Seigneur des Anneaux» diffusé en septembre 2022    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'islamisme sauverale régime en 2012»
L'Algérie et le printemps arabe en débat à montréal (Canada)
Publié dans El Watan le 26 - 01 - 2012

Ceux qui sont venus écouter, vendredi dernier, à l'université du Québec à Montréal (UQAM), le conférencier algérien Fodil Boumala, chercheur en sociologie des élites et membre fondateur de la défunte Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), ont rapidement réalisé qu'il n'a pas perdu un cheveu de son talent de communicateur.
Montréal.
De notre correspondant
Fin connaisseur du fonctionnement et des arcanes du pouvoir algérien, l'ancien animateur de l'émission Aldjaliss sur l'ENTV et éphémère chargé de communication à l'APN intervenait sur invitation du groupe Médias Maghreb de Montréal. La conférence qui avait pour titre «Le Printemps arabe, un an après : révolte, ingérence et islamisme» a attiré un public nombreux composé majoritairement d'Algériens et de Maghrébins venus l'écouter parler de l'Algérie. D'emblée, il a regretté que ce débat ne puisse pas avoir lieu dans une université algérienne, puisque cette dernière ne produit plus rien depuis une vingtaine d'années. Echéance électorale oblige, Fodil Boumala s'est attelé à démontrer que le pouvoir algérien prépare un scénario qui lui évitera d'être jugé ou poursuivi par le peuple algérien. Un pouvoir qui a basé sa stratégie sur «la violence, l'exclusion et la non-reconnaissance des textes fondateurs du pays».
Si en 1992, le régime d'Alger, en déposant Chadli et arrêtant le processus électoral, a été sauvé au nom de la République et de la démocratie par des républicains et des démocrates; aujourd'hui, il est en train de négocier avec les islamistes, et ce sera l'islamisme qui sauvera le système en place. L'agrément de quelques partis, qui vont voir le jour dans les semaines à venir et dont la moitié est islamiste, permettra à ces derniers de piquer directement dans l'électorat du FLN et du RND qui leur permettra de siéger dans le prochain Parlement. Au final, le pouvoir aura la paix sur tous les fronts, c'est ce qui se passe en Egypte, c'est ce qui s'est passé avec une légère différence en Tunisie et d'une façon flagrante au Maroc.
D'ailleurs, selon Boumala, il ne faut plus analyser l'islamisme dans la région en dehors du paradigme du pouvoir. Il affirme qu'il lui est intrinsèque. Ils font un bloc. Il rappelle que ce sont les salafistes du parti Ennour qui défendent le mieux, actuellement, le conseil militaire égyptien. Les Frères musulmans eux-mêmes n'ont jamais été dans le processus révolutionnaire qui a fait tomber le régime Moubarak – à ne pas confondre avec leur présence à travers leurs réseaux de prise en charge sanitaire, de nourriture, etc., ils ont tenté par la suite de récupérer le mouvement. Pour comprendre pourquoi les peuples votent pour les islamistes, il est nécessaire, selon lui, d'analyser la structure mentale des sociétés de la région. Fodil Boumala, dont le propos oscillait entre l'académique et le discours politique, n'a pas caché son incrédulité face à la possibilité du régime de se réformer de l'intérieur. Il faut avoir aussi le courage, selon lui, de reconnaître que l'Etat central tel que greffé sur le pays depuis son indépendance n'est plus en mesure de le gérer et qu'il faut commencer à réfléchir au concept de régionalisation.
Manipulés ?
Lamine Foura, président de Médias Maghreb, avait parié sur un débat chaud et il a été bien servi, en mettant dans le même panel Fodil Boumala et deux intervenants sceptiques face aux événements du Printemps arabe : Ahmed Bensaâda, d'origine algérienne et vivant au Canada depuis une vingtaine d'années, docteur en physique et auteur d'un essai sur le rôle des Etats-Unis dans le Printemps arabe Arabesque américaine : le rôle des Etats-Unis dans les révoltes de la rue arabe paru en avril dernier aux éditions Michel Brûlé (Canada). Pour lui, rien n'est spontané dans les événements qui ont suivi l'immolation de Mohamed Bouazizi, flirtant ainsi avec une théorie du complot dont il s'en défend énergiquement. Les Etats-Unis s'y étaient préparés en formant un bataillon de cyberdissidents tunisiens, égyptiens, yéménites… prêts à en découdre pacifiquement et à travers les réseaux sociaux facebook, Twitter et YouTube avec les pouvoirs sur place. Sur les 120 pages, Ahmed Bensaâda a réalisé un travail de recherche très documenté, mais ne donne pas vraiment une réponse sur le pourquoi «de la décision de changer les régimes sur place par les Etats-Unis».
Son écrit trouve aussi écho chez Mezri Haddad, ancien ambassadeur de Tunisie à l'Unesco, qui participait à la conférence en direct de Paris par visioconférence. Dans son livre La Face cachée de la révolution tunisienne. Islamisme et Occident : une alliance à haut risque (éd. Apopsix), il affirme que le Printemps arabe n'est qu'un scénario déjà écrit par l'administration Bush dans son plan de construction du Grand-Moyen-Orient.
Autant d'affirmations qui ont fait sortir Fodil Boumala de ses gonds.
Ainsi, le modérateur Frédéric Castel, chercheur à l'UQAM, avait à gérer le clash, prévisible, avec Ahmed Bensaâda. Boumala s'est senti insulté, lui le cyberdissident qui base toute sa stratégie de communication sur les réseaux sociaux (Res Publica II sur facebook). Toutefois, il n'est pas allé au-delà du procès d'intention en reprochant à Bensaâda le choix de son sujet sans l'attaquer sur le fond et détruire son argumentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.