Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 19 Mars, ils n'en veulent pas
France-actu : les autres articles
Publié dans El Watan le 10 - 03 - 2012


Lyon
De notre correspondant
Alors qu'on approche de la célébration officielle du cessez-le-feu en Algérie, date butoir pour le début des célébrations de la fin de la Guerre de Libération nationale, le terme le mieux approprié serait plutôt, en France, celui de commémoration, avec de nouveau l'esprit de regret d'avoir perdu la guerre d'Algérie, sanctionné par un certain 19 mars 1962. Le cinquantenaire commence à sentir le moisi dans l'Hexagone.
Ainsi, l'Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l'OAS (Anpromevo) prend les devants de la protestation sur la surenchère «nostalgérique» qui n'est vraiment pas de mise, pour ne pas dire qu'elle est indigne, cinq décennies après la fin d'une occupation de l'Algérie pendant 132 ans.
Dans un communiqué sous le titre «Cinquante ans après, les ultras de l'Algérie française érigés en conseillers de la République», l'Anpromevo estime qu'«une mémoire officielle de la guerre d'Algérie s'écrit en ce moment sous l'influence d'anciens ultras de l'Algérie française».
L'association fait état d'une réunion qui s'est tenue le 22 février entre, d'une part, l'ancien préfet Christian Frémont, directeur de cabinet du président de la République, assisté de Renaud Bachy, président de la Mission interministérielle aux rapatriés et les représentants des courants les plus radicalement revanchards de la colonisation, mais en l'absence de délégués des harkis. D'autre part, «lors de cette rencontre, Christian Frémont se serait notamment engagé à ce que l'Etat ne soit pas représenté, le 19 mars 2012, lors des cérémonies commémoratives de l'entrée en vigueur des Accords d'Evian : une circulaire devrait être adressée aux membres du corps préfectoral, les appelant à se détourner de ces manifestations patriotiques».
Ainsi, commente l'Anpromevo, l'Etat français n'hésite-t-il pas à «s'inscrire à contre-courant de l'histoire et à limiter l'exercice du droit au souvenir en cette année annoncée comme étant celle des grands rendez-vous mémoriels».
En outre, selon la même source, le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy se serait également ému que des colloques puissent être envisagés, en ce mois de mars, sur des sujets rigoureusement neutres tels que «les Accords d'Evian : la paix en Algérie ?» ou «50 ans après, sortir de la guerre d'Algérie : regards croisés, regards apaisés».
Pour l'Anpromevo, la menace semble réelle «d'une atteinte de l'Etat aux libertés tant de réunion que d'expression, renforcée par deux éléments récents : l'attitude négative du député-maire de Nice, Christian Estrosi, à l'égard d'une conférence-débat animée par des historiens sur le thème ‘‘Algérie 1962, pourquoi une fin de guerre si tragique' ?' ; l'hostilité du ministre chargé des rapatriés, Marc Laffineur, dans son appel lancé le 22 février contre un colloque d'universitaires prévu à Nîmes».
Le communiqué conclut que «l'Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l'OAS ne peut, à la veille du cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie, que réprouver les compromissions de la puissance publique à ses plus hauts niveaux avec les nostalgiques les plus extrémistes de l'empire colonial français».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.