Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 19 Mars, ils n'en veulent pas
France-actu : les autres articles
Publié dans El Watan le 10 - 03 - 2012


Lyon
De notre correspondant
Alors qu'on approche de la célébration officielle du cessez-le-feu en Algérie, date butoir pour le début des célébrations de la fin de la Guerre de Libération nationale, le terme le mieux approprié serait plutôt, en France, celui de commémoration, avec de nouveau l'esprit de regret d'avoir perdu la guerre d'Algérie, sanctionné par un certain 19 mars 1962. Le cinquantenaire commence à sentir le moisi dans l'Hexagone.
Ainsi, l'Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l'OAS (Anpromevo) prend les devants de la protestation sur la surenchère «nostalgérique» qui n'est vraiment pas de mise, pour ne pas dire qu'elle est indigne, cinq décennies après la fin d'une occupation de l'Algérie pendant 132 ans.
Dans un communiqué sous le titre «Cinquante ans après, les ultras de l'Algérie française érigés en conseillers de la République», l'Anpromevo estime qu'«une mémoire officielle de la guerre d'Algérie s'écrit en ce moment sous l'influence d'anciens ultras de l'Algérie française».
L'association fait état d'une réunion qui s'est tenue le 22 février entre, d'une part, l'ancien préfet Christian Frémont, directeur de cabinet du président de la République, assisté de Renaud Bachy, président de la Mission interministérielle aux rapatriés et les représentants des courants les plus radicalement revanchards de la colonisation, mais en l'absence de délégués des harkis. D'autre part, «lors de cette rencontre, Christian Frémont se serait notamment engagé à ce que l'Etat ne soit pas représenté, le 19 mars 2012, lors des cérémonies commémoratives de l'entrée en vigueur des Accords d'Evian : une circulaire devrait être adressée aux membres du corps préfectoral, les appelant à se détourner de ces manifestations patriotiques».
Ainsi, commente l'Anpromevo, l'Etat français n'hésite-t-il pas à «s'inscrire à contre-courant de l'histoire et à limiter l'exercice du droit au souvenir en cette année annoncée comme étant celle des grands rendez-vous mémoriels».
En outre, selon la même source, le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy se serait également ému que des colloques puissent être envisagés, en ce mois de mars, sur des sujets rigoureusement neutres tels que «les Accords d'Evian : la paix en Algérie ?» ou «50 ans après, sortir de la guerre d'Algérie : regards croisés, regards apaisés».
Pour l'Anpromevo, la menace semble réelle «d'une atteinte de l'Etat aux libertés tant de réunion que d'expression, renforcée par deux éléments récents : l'attitude négative du député-maire de Nice, Christian Estrosi, à l'égard d'une conférence-débat animée par des historiens sur le thème ‘‘Algérie 1962, pourquoi une fin de guerre si tragique' ?' ; l'hostilité du ministre chargé des rapatriés, Marc Laffineur, dans son appel lancé le 22 février contre un colloque d'universitaires prévu à Nîmes».
Le communiqué conclut que «l'Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l'OAS ne peut, à la veille du cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie, que réprouver les compromissions de la puissance publique à ses plus hauts niveaux avec les nostalgiques les plus extrémistes de l'empire colonial français».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.