L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Schalke 04 : Un dirigeants recadre Harit    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    Le film "Abou Leila" de Amine Sidi Boumediene primé en France    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    Jeux olympiques 2021 : remise de subventions à 325 athlètes représentant 21 fédérations    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Illizi: recensement de plus de 17.690 sites archéologiques depuis 2016    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    Médéa: neuf nouvelles communes "bientôt" alimentées à partir du barrage de "Koudiate Acerdoune"    Foot / Ligue 1 (2020-2021) : Medouar prône l'union pour réussir une saison "exceptionnelle"    Real : Benzema trop court pour le match face à l'Inter Milan    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    LDC : Le programme de ce mardi    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    L'Algérie perd 2 milliards de m3 de gaz à l'exportation    Tergiversations au Conseil de la Nation    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Le juge demande un complément d'enquête    La situation s'améliore nettement à Alger    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    L'héritage    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le Soudan veut modifier la méthode des négociations    Les habitants pris au dépourvu    Aigle Azur va rembourser ses clients    Plus de 10 700 dossiers pour 848 logements    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    Chetaïbia (Ouled Chebel) : Absence de structures sportives    EHU 1er Novembre: 60 malades du Covid-19 en soins intensifs ou en réanimation    Gestion des risques majeurs: Une nouvelle loi en préparation    L'INVICIBILITE DU TEMPS    1.005 nouveaux cas et 19 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 19 Mars, ils n'en veulent pas
France-actu : les autres articles
Publié dans El Watan le 10 - 03 - 2012


Lyon
De notre correspondant
Alors qu'on approche de la célébration officielle du cessez-le-feu en Algérie, date butoir pour le début des célébrations de la fin de la Guerre de Libération nationale, le terme le mieux approprié serait plutôt, en France, celui de commémoration, avec de nouveau l'esprit de regret d'avoir perdu la guerre d'Algérie, sanctionné par un certain 19 mars 1962. Le cinquantenaire commence à sentir le moisi dans l'Hexagone.
Ainsi, l'Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l'OAS (Anpromevo) prend les devants de la protestation sur la surenchère «nostalgérique» qui n'est vraiment pas de mise, pour ne pas dire qu'elle est indigne, cinq décennies après la fin d'une occupation de l'Algérie pendant 132 ans.
Dans un communiqué sous le titre «Cinquante ans après, les ultras de l'Algérie française érigés en conseillers de la République», l'Anpromevo estime qu'«une mémoire officielle de la guerre d'Algérie s'écrit en ce moment sous l'influence d'anciens ultras de l'Algérie française».
L'association fait état d'une réunion qui s'est tenue le 22 février entre, d'une part, l'ancien préfet Christian Frémont, directeur de cabinet du président de la République, assisté de Renaud Bachy, président de la Mission interministérielle aux rapatriés et les représentants des courants les plus radicalement revanchards de la colonisation, mais en l'absence de délégués des harkis. D'autre part, «lors de cette rencontre, Christian Frémont se serait notamment engagé à ce que l'Etat ne soit pas représenté, le 19 mars 2012, lors des cérémonies commémoratives de l'entrée en vigueur des Accords d'Evian : une circulaire devrait être adressée aux membres du corps préfectoral, les appelant à se détourner de ces manifestations patriotiques».
Ainsi, commente l'Anpromevo, l'Etat français n'hésite-t-il pas à «s'inscrire à contre-courant de l'histoire et à limiter l'exercice du droit au souvenir en cette année annoncée comme étant celle des grands rendez-vous mémoriels».
En outre, selon la même source, le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy se serait également ému que des colloques puissent être envisagés, en ce mois de mars, sur des sujets rigoureusement neutres tels que «les Accords d'Evian : la paix en Algérie ?» ou «50 ans après, sortir de la guerre d'Algérie : regards croisés, regards apaisés».
Pour l'Anpromevo, la menace semble réelle «d'une atteinte de l'Etat aux libertés tant de réunion que d'expression, renforcée par deux éléments récents : l'attitude négative du député-maire de Nice, Christian Estrosi, à l'égard d'une conférence-débat animée par des historiens sur le thème ‘‘Algérie 1962, pourquoi une fin de guerre si tragique' ?' ; l'hostilité du ministre chargé des rapatriés, Marc Laffineur, dans son appel lancé le 22 février contre un colloque d'universitaires prévu à Nîmes».
Le communiqué conclut que «l'Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l'OAS ne peut, à la veille du cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie, que réprouver les compromissions de la puissance publique à ses plus hauts niveaux avec les nostalgiques les plus extrémistes de l'empire colonial français».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.