Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Génération Avril 1980
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2012

Il y a 32 ans, le pouvoir algérien reproduisait, par un étrange mimétisme, les pratiques de l'ancienne puissance coloniale. Le 10 mars 1980, Mouloud Mammeri était intercepté par des policiers à l'entrée de la ville de Tizi Ouzou, alors qu'il se dirigeait vers un campus universitaire où il devait animer une conférence sur le thème «La poésie kabyle ancienne». Cet épisode eut lieu moins d'un quart de siècle après le détournement par l'armée coloniale, en octobre 1956, de l'avion transportant les chefs de la Révolution algérienne à destination de Tunis.
L'annulation de la conférence de Mouloud Mammeri, par un pouvoir résolument inscrit à contre-courant de l'histoire, déclencha un mouvement populaire qui, pour la première fois depuis l'indépendance du pays, allait ébranler les bases d'un système politique bâti sur l'exclusion, la terreur et la manipulation. Face à un pouvoir qui affichait au grand jour ses archaïsmes, se manifestait une génération de militants qui allaient poser les jalons de la lutte pacifique pour les droits démocratiques et les libertés politiques et culturelles.
Les événements du Printemps berbère qui essaima dans de nombreuses villes du pays, durant plusieurs mois, posaient définitivement à la face d'un régime hégémonique et autoritaire, la quête identitaire amazighe et la question de la démocratie. La dictature n'était plus une fatalité, l'unicité de la pensée et de la culture apparaissait comme une incongruité historique condamnée à être dépassée.
32 ans plus tard, les acquis d'Avril 1980 sont considérables. Le tamazight est reconnu langue nationale et de nombreux partis politiques réclament son officialisation ; elle est enseignée dans les écoles, même si le caractère facultatif tarde à être levé. La production culturelle et intellectuelle en tamazight foisonne et rivalise avec les autres langues disposant de plus de moyens et de soutien politique. Le pouvoir politique, des décennies plus tard, continue à tergiverser, à manœuvrer sur de nombreux aspects. C'est le cas de «l'académie nationale pour l'amazighité» promise lors de la campagne présidentielle de 2009 n'ayant pas encore vu le jour.
Le mouvement associatif, comme lors des années de lutte de la décennie 1980, continue d'entretenir la flamme du combat identitaire, intimement lié à celui de la démocratie et des libertés. Même si des sigles comme celui du Mouvement culturel berbère (MCB) se sont évaporés du paysage, de nombreux collectifs d'étudiants, d'universitaires et de simples militants font vivre un legs ancestral et lui promettent une consécration inéluctable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.