De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Belatoui espère un véritable départ    Est-ce le déclic?    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lutte antiterroriste au Sahel
Moyens de communication pour 60 points focaux
Publié dans El Watan le 22 - 02 - 2006

Les travaux du séminaire sur la lutte contre le terrorisme dans les régions de l'Afrique du Nord et de l'Ouest se sont poursuivis hier à Alger, dans une salle fermée aux journalistes.
Les organisateurs, le Centre d'études stratégiques sur l'Afrique (CESA), dépendant du département américain de la Défense, et le Centre africain d'études et de recherche sur le terrorisme, affilié à l'Union africaine, ont expliqué cette mesure par « la confidentialité des débats et des interventions des responsables de sécurité ». Invité comme consultant et expert, le général à la retraite Maïza, rencontré à l'issue des travaux, a déclaré : « Aujourd'hui, tout le monde, notamment les Américains, est conscient de la vulnérabilité de la région sahélo-saharienne. Après la chute du régime des talibans, les résidus d'Al Qaîda se sont mis à la recherche d'un autre sanctuaire. La région du Sahel se trouve être la plus indiquée parce qu'elle offre toutes les garanties de sécurité et d'évolution. C'est une région perméable, étendue, pauvre et non administrée. Elle est la plus proche du Moyen-Orient et de l'Europe et se trouve à équidistance entre les deux principaux producteurs de pétrole de l'Afrique, à savoir l'Algérie et le Nigeria. Il est important aussi de signaler qu'au Nigeria, il y a plusieurs provinces qui appliquent la charia et où les fondamentalistes sont omniprésents. Donc, il suffit d'avoir les moyens, ce qui ne manque pas aux terroristes, pour créer un véritable sanctuaire, former des cellules dormantes et les envoyer par la suite en Europe ou ailleurs dans le monde sans aucun problème. Les agents qui font la police des frontières ne sont pas formés et les moyens de travail sont inexistants. Certains postes frontaliers n'ont même pas le strict nécessaire comme des stylos ou du papier... ». Pour lui, il ne s'agit pas de mettre à la disposition des pays de cette région les moyens sophistiqués de télécommunication ou de défense. « Ils ont plutôt besoin de moyens de base comme, par exemple, des fax et des micro-ordinateurs équipés de modem pour pouvoir être en contact permanent avec leur administration centrale, mais également avec les services des autres pays frontaliers concernés par le fléau afin de pouvoir recevoir des photos, avoir accès à des fichiers de personnes recherchées ou tout simplement échanger des informations avec leurs collègues... » Cette préoccupation a été bien ressentie par les organisateurs lors des débats, a affirmé l'ancien officier supérieur. Dans ce sens, a-t-il noté, un pays européen a déjà donné son accord pour équiper les 53 points focaux, des zones sensibles recensées dans l'ensemble des pays africains, auxquels il faut ajouter les sept autres des entités africaines. « En tout, 60 points focaux seront dotés de moyens de communication informatisés et de bureautique. Déjà, cela permettra à l'avenir de créer un réseau de communication entre l'ensemble des pays africains et facilitera la coopération et l'échange d'information... » Notre interlocuteur a estimé, par ailleurs, que l'une des problématiques majeures de la région reste aussi le sous-développement et la misère. « Les intervenants ont fait part de leur incapacité de faire face à des groupes terroristes lorsque ces derniers trouvent refuge dans des zones très pauvres et enclavées. L'aide au développement de ces régions est un moyen de lutte contre le terrorisme... », a-t-il précisé. Les responsables du CESA ont tous insisté, selon lui, sur trois critères qui permettent de prévenir le terrorisme. Il s'agit de la bonne gouvernance, la démocratie et le partage équitable des richesses. « Des paramètres que l'on ne trouve pas souvent dans la région, du fait notamment de l'immense pauvreté des pays du Sahel et des conflits armés qu'ils ont connus. » A propos de l'exposé de l'Algérie relatif à son expérience en matière de réconciliation nationale, notre interlocuteur a affirmé que la lutte contre le terrorisme ne peut être uniquement sécuritaire. « Il y a certes le sécuritaire, mais il ne peut être efficace s'il n'est pas accompagné d'autres mesures politiques, sociales et même culturelles, pour éradiquer le fléau et éviter qu'il ressurgisse après une, deux ou trois générations. Les différents processus liés à la politique du pardon ont eu des résultats, mais il reste néanmoins à traiter une fois pour toutes le fond du problème, notamment à travers la prise en charge des veuves, épouses et enfants des terroristes qui ne doivent pas payer des erreurs qu'ils n'ont pas commises. C'est dans ce sens que l'Algérie a exposé son expérience en matière de pardon. Cela a eu des résultats positifs pour les conférenciers. »

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.