Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ultime shoot de Ammar Bouras
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 29 - 06 - 2012

«Ce n'est pas un souvenir… C'est un choc». L'artiste Ammar Bouras garde une image confuse de cette matinée-là, un certain 29 juin 1992 à Annaba.
A l'époque, l'étudiant aux Beaux-Arts est aussi photographe-reporter pour Alger républicain. Dans la salle de conférences de la Maison de la culture de Annaba, où se jouera le drame, il est avec deux autres photographes, à quelques rangées de l'estrade présidentielle. A la première rafale d'arme automatique, il se jette à terre. Une balle siffle au-dessus de sa tête. «Je venais de prendre une des dernières photos du Président avant d'apercevoir ce tireur derrière Boudiaf et qui arrose la salle de balles.» Stupeur. Chaos. Ça tire de partout. «Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie, la peur de la mort imminente…
C'est à ce moment précis que j'ai réalisé qu'il n'y avait plus d'espoir pour notre pays.» Un crime, un traumatisme. «C'est l'événement qui m'a le plus marqué… je suis resté 24 heures, comment dire, sans rien ressentir, en état de choc, avant de m'écrouler en pleurs. J'ai pleuré trois jours durant.» La dernière photo que Bouras fait du Président défunt fera la Une d'Alger Républicain et sera déclinée en affiche lors des manifestations pour la vérité sur l'assassinat de Boudiaf. C'est à partir de ce moment traumatique et de ce cliché que Ammar Bouras a conçu son installation Tag'out où se reflètent aussi ses «préoccupations de cette époque mouvementée, intimes et artistiques, en peinture, en photo et en vidéo. Le travail sur le corps et les tabous, la violence, le terrorisme». Le vécu et l'intime en un seul mouvement, avec cette prédominance de l'instant fatidique du 29 juin 1992 qui plane sur l'installation présentée la première fois à la Biennale de Sharja en mars 2011 : «J'ai gardé l'ambiance de ce moment fatidique.
L'installation se déroule dans une salle sombre, avec deux tableaux lumineux de cinq mètres de long sur deux de hauteur, mosaïque de photos constituant le visage de Boudiaf, qui se font face et qui mènent en couloir vers un écran géant où défilent une mosaïque de petites vidéos qui se figent à un moment en une image.» On y croise des manifestations de l'ex-FIS, des vidéos de propagande islamiste récupérées sur le web, des discours de Boudiaf, des manifestations de démocrates, des portraits fixes d'intellectuels ou d'artistes assassinés… Avec une ambiance sonore reconstituant le bruit et la fureur des années de sang et de fer. «Je cherche à montrer l'installation en Algérie, mais je n'ai pas encore trouvé l'espace adéquat», regrette Bouras.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.