Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Real - Zidane : "Satisfait pour Karim, mais..."    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ultime shoot de Ammar Bouras
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 29 - 06 - 2012

«Ce n'est pas un souvenir… C'est un choc». L'artiste Ammar Bouras garde une image confuse de cette matinée-là, un certain 29 juin 1992 à Annaba.
A l'époque, l'étudiant aux Beaux-Arts est aussi photographe-reporter pour Alger républicain. Dans la salle de conférences de la Maison de la culture de Annaba, où se jouera le drame, il est avec deux autres photographes, à quelques rangées de l'estrade présidentielle. A la première rafale d'arme automatique, il se jette à terre. Une balle siffle au-dessus de sa tête. «Je venais de prendre une des dernières photos du Président avant d'apercevoir ce tireur derrière Boudiaf et qui arrose la salle de balles.» Stupeur. Chaos. Ça tire de partout. «Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie, la peur de la mort imminente…
C'est à ce moment précis que j'ai réalisé qu'il n'y avait plus d'espoir pour notre pays.» Un crime, un traumatisme. «C'est l'événement qui m'a le plus marqué… je suis resté 24 heures, comment dire, sans rien ressentir, en état de choc, avant de m'écrouler en pleurs. J'ai pleuré trois jours durant.» La dernière photo que Bouras fait du Président défunt fera la Une d'Alger Républicain et sera déclinée en affiche lors des manifestations pour la vérité sur l'assassinat de Boudiaf. C'est à partir de ce moment traumatique et de ce cliché que Ammar Bouras a conçu son installation Tag'out où se reflètent aussi ses «préoccupations de cette époque mouvementée, intimes et artistiques, en peinture, en photo et en vidéo. Le travail sur le corps et les tabous, la violence, le terrorisme». Le vécu et l'intime en un seul mouvement, avec cette prédominance de l'instant fatidique du 29 juin 1992 qui plane sur l'installation présentée la première fois à la Biennale de Sharja en mars 2011 : «J'ai gardé l'ambiance de ce moment fatidique.
L'installation se déroule dans une salle sombre, avec deux tableaux lumineux de cinq mètres de long sur deux de hauteur, mosaïque de photos constituant le visage de Boudiaf, qui se font face et qui mènent en couloir vers un écran géant où défilent une mosaïque de petites vidéos qui se figent à un moment en une image.» On y croise des manifestations de l'ex-FIS, des vidéos de propagande islamiste récupérées sur le web, des discours de Boudiaf, des manifestations de démocrates, des portraits fixes d'intellectuels ou d'artistes assassinés… Avec une ambiance sonore reconstituant le bruit et la fureur des années de sang et de fer. «Je cherche à montrer l'installation en Algérie, mais je n'ai pas encore trouvé l'espace adéquat», regrette Bouras.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.