L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nous n'avons rien appris de ce qui s'est passé durant les années 1990
Ammar Bouras. Plasticien
Publié dans El Watan le 17 - 12 - 2010

Le plasticien Ammar Bouras participera, du 16 mars au 16 mai 2011, à la 10e Biennale de Sharjah (Emirat arabes unis) avec une installation multimédias au titre évocateur, Tagh'out. Une plongée intime dans le traumatisme des années 1990.
-Comment est née l'idée de l'installation ? Et pourquoi ce titre, Tagh'out ?
L'idée phare de la Biennale de Sharjah de 2011 est la thématique du «traître». Ce traître, c'est l'intellectuel, l'artiste, l'homme de culture, celui qui va à l'encontre des idées reçues et de l'ordre établi (moral, politique, culturel, etc.). C'est celui qui transgresse, qui s'oppose. A partir de cette thématique, j'ai eu l'idée de revenir sur cette période qu'on appelle «décennie noire» - qui, pour moi, se poursuit toujours - et sur ce mot : «taghout». C'est par ce mot que les islamistes, à l'époque, traitaient tous ceux qui étaient «différents» d'eux ou en opposition avec leur idéologie. Le «taghout», c'était l'enseignant, l'artiste, le journaliste, celui qui travaille dans le secteur public… C'était «l'autre» qu'on refusait, qu'on menaçait, qu'on éliminait ! «L'autre» qui n'avait pas le droit d'exister.
C'est, pour moi, l'occasion d'évoquer quelque chose de primordial à mes yeux, la question de la tolérance dans notre vécu au jour le jour. D'autant que, personnellement, je constate, au quotidien, que nous continuons à nourrir cette intolérance. Ça me fait peur, car j'ai l'impression que les mêmes violences pourraient se déclencher dans l'avenir. Le pire est que nous n'avons presque rien appris de ce qui s'est passé durant les années 1990. A la fin des années 1980, nous n'étions pas assez conscients de l'étendue de la catastrophe qui pointait déjà du nez. Et aujourd'hui, c'est la même inconscience : nous ne faisons pas assez attention au fait que des lycéens, aujourd'hui, ont un discours intolérant et violent, on oublie que des milliers de jeunes qui ont vécu les violences des années 1990 se retrouvent sans prise en charge sociale ou psychologique, on fait comme si on ne voyait pas le conservatisme partout, dans la rue, à la télévision…
Même sur facebook, je tombe sur des commentaires hallucinants, sur l'importance du djihad, la paranoïa de certains qui pensent que le monde entier leur en veut parce qu'ils sont musulmans ! Il est vrai qu'aujourd'hui nous avons moins peur de sauter sur une bombe à Alger, mais il y a d'autres dangers, et le plus grave à mon sens, c'est toute cette intolérance ! Et la question à se poser est : qu'allons-nous laisser à nos enfants, quelles valeurs leur transmettre, dans quelle société vivront-ils, et comment faire pour éviter qu'ils vivent les mêmes horreurs qu'on a vécues ?
-Etait-ce difficile de revenir sur tes archives photos et sons de l'époque ?
C'est très douloureux. Je me sens physiquement dans les années 1990. Parfois, ça me fait peur. J'ai retrouvé des photos de Saïd Mekbel (journaliste assassiné le 3 décembre 1994 à Alger) avec son sourire et sa gentillesse. J'avais commencé le photo-journalisme à Alger républicain alors que j'étais étudiant. Il m'appelait «l'artiste». C'est dur de revoir ces photos. Et en même temps, c'est une sorte de thérapie pour moi de plonger ainsi dans mes archives, parce que, après, je souhaite passer à autre chose. J'espère pouvoir le faire. Mais ce n'est pas évident, car la blessure est trop profonde… Et c'est d'autant plus douloureux que je me pose toujours cette question : que reste-t-il de tous ceux qui ont été assassinés ?
-Comment se présente ton installation sur place ?
Je disposerai un tableau mosaïque de cinquante écrans avec des images d'actualité des années 1990 et des images plus intimes de mes archives personnelles qui défilent et qui, par intermittence, se figent en un seul tableau : le dernier portrait du défunt Boudiaf quelques instants avant son assassinat, un autoportrait retouché, des parties d'un corps féminin… C'est le mixe entre le monde matériel, visible, l'histoire et les événements d'un côté, et de l'autre, nos vies personnelles, intimes, nos amis, notre quotidien, notre sensibilité face à ce qui se passe. J'ai travaillé graphiquement sur ces images et ces vidéos pour les rapprocher d'une certaine esthétique, pour tenter de faire du beau à partir de représentations aussi douloureuses. De part et d'autre de l'écran, j'installerai deux murs d'images fixes sur plexiglas, éclairés par une lumière spéciale, avec une bande son (manifestations du FIS, discours de Boudiaf, etc.). C'est d'abord une œuvre plastique, je donne beaucoup d'importance à l'esthétique, à l'impression que vont laisser chez les gens ces images et ces sons. Je ne suis pas un politicien, mais un créateur d'images.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.