L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



AU SEIN DE L'APN ET DU GOUVERNEMENT
Le MSP face à lui-même
Publié dans El Watan le 25 - 09 - 2004

La formation de Bouguerra Soltani sait très bien que la majorité parlementaire étant détenue par le FLN avec 199 voix aura, à n'en pas douter, le renfort des 49 voix du RND. Avec seulement 38 voix au sein de l'APN, le MSP ne risque pas de peser lourd lorsque interviendra, prochainement, le vote des nouvelles dispositions du code de la famille.
Son frère ennemi, El Islah, lui aussi foncièrement intéressé par ce code, ne lui sera pas d'un grand secours, même avec les 46 voix dont bénéficie, aujourd'hui, le parti de Djaballah au palais de Zighoud Youcef. S'ils arrivent à s'entendre, les deux partis n'auront, en fin de compte, que 84 voix « opposées » à faire valoir. Et ne pouvant compter sur Ennahda, un seul siège à l'APN, le courant dit islamiste n'aura finalement fait qu'occuper une scène politique désertée par les autres. A l'exception du PT (23 voix à l'APN) qui demande, quant à lui, l'abrogation pure et simple du code de la famille. Mais qu'est-ce qui motive tant le MSP à faire toute cette agitation autour du nouveau texte ? Lui qui a fait l'éloge du « rôle joué par la coalition présidentielle (FLN redressé, RND et MSP) afin d'asseoir la stabilité, la démocratie, l'unité nationale et l'ordre républicain » lors de la session ordinaire du majliss echoura tenu début juin dernier à Sidi Fredj à l'occasion du premier anniversaire de la disparition de Cheikh Nahnah ? Depuis cette date-là, le ton n'est plus apparemment le même. L'opinion publique s'attendait d'ailleurs à ce que c'est plutôt El Islah qui fasse beaucoup de bruit au sujet du code de la famille. Réputé être un parti islamiste très modéré, le MSP est en train de jouer à l'adversité face au travail gouvernemental. Cela au point d'amener le ministre de la Justice à soutenir que le texte « ne sera ni retiré ni soumis à un référendum » (voir La Tribune d'avant-hier). Or, quelques semaines avant d'ouvrir la polémique autour de ce texte, le MSP s'est préoccupé de la question des portefeuilles ministériels supplémentaires qu'il réclamait auprès du gouvernement. Une préoccupation qui s'estompe actuellement pour laisser place à « un engagement de principe pour une question (code de la famille) qui détermine l'avenir de la nation toute entière », comme ne cessent de le déclarer Bougerra Soltani ou Abdelmadjid Menasra. Au fond, les contradictions dans les positions politiques de ce parti font que ses sorties médiatiques soient interprétées comme des indicateurs de son état de santé. De tels déploiements cachent, en fait, mal les dissensions internes qui le marquent itérativement. Détrôné par El Islah lors des législatives du 30 mai 2002, le MSP s'est vu contraint de s'agripper, encore plus, à la coalition gouvernementale et envers laquelle une partie de la direction du MSP est souvent en désaccord. Et lorsque survient, une année plus tard, le décès de Mahfoudh Nahnah, c'est tout le parti qui perd ses repères. Deux évènements qui mettront à nu la fragilité de cette formation politique qui se trouve aujourd'hui face à elle même. Car, faute d'avoir un poids au sein de l'APN, le MSP tente de l'avoir au sein de l'Exécutif. Sa conviction étant que Bouteflika s'en tient (encore) à un gouvernement triptyque : RND (moderne), FLN (conservateur) et MSP (islamiste). Le cas du parti Ennahda reste pourtant à méditer.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.