Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Feux de forêts: le Haut commandement de l'ANP mobilise des hélicoptères    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hollande casse la loi du 23 février 2005
Abdelhamid Salakdji, président de la Fondation du 8 Mai 1945
Publié dans El Watan le 22 - 12 - 2012

Après la reconnaissance des dramatiques événements du 17 Octobre 1961, François Hollande, le président français, reconnaît les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata.
En franchissant un tel pas, Hollande brise un tabou, vieux de plus de 68 ans. Par son message : «Je reconnais ici les souffrances que le système colonial français a infligées au peuple algérien. Parmi ces souffrances, les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata demeurent profondément ancrés dans la mémoire et dans la conscience des Algériens. A Sétif, le 8 mai 1945, le jour même où dans le monde triomphaient la liberté et la justice, la France manquait à ces valeurs universelles, celles qu'elle a contribué à faire éclore, celles de la République…», François Hollande répond ainsi au président de la République qui avait appelé le 8 mai 2012, à partir de Sétif, «à une lecture objective de l'histoire, loin des guerres de mémoire et des enjeux conjoncturels».
La déclaration du président français, qui fera date sans nul doute, a été bien accueillie par la Fondation du 8 Mai 1945 qui prend acte : «François Hollande, qui avait pourtant dit à son arrivée à Alger (lors de la conférence de presse) qu'il n'est pas venu pour la repentance ou la reconnaissance, vient de franchir un grand pas.» D'autant plus qu'il est le premier président français à reconnaître explicitement les crimes coloniaux, notamment les massacres du 8 Mai 1945, éludés des décennies durant. En décrivant le colonialisme comme «un système profondément injuste, brutal et destructeur», le président français «a, implicitement, cassé la loi du 23 février 2005», dira en prélude Abdelhamid Salakdji, le représentant de cette fondation qui a enfin été entendue.
«En faisant référence aux massacres du 8 Mai 1945 que le droit international qualifie de ‘‘crime contre l'humanité'' M. Hollande, qui n'a pas choisi la facilité, met le doigt sur un épineux dossier. Il faut aller maintenant au fond des choses, car le peuple algérien peut, par moments, fermer les yeux mais pas la mémoire. Le rapprochement entre les deux peuples passe par l'ouverture de ces chapitres ne pouvant rester, éternellement, en suspens. Nous espérons qu'un tel discours ne soit pas un alibi ou une couverture pour la France à la recherche de juteux contrats devant redorer le blason de son économie», précise, non sans fierté, un des militants de la fondation qui marque des points importants et historiques à la fois…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.