Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    "Les élections ne sont pas une priorité"    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Améliorer d'abord les conditions de vie    Beldjoud préside l'installation du wali    L'ambassade de France s'explique    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Rivière asséchée !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la lucarne : Les novateurs ne sont jamais reconnus de leur vivant
Publié dans El Watan le 06 - 04 - 2006

Hector Berlioz (1803-1869) incarne avec La symphonie fantastique, son époustouflant chef-d'œuvre composé en 1830, l'apogée du romantisme. Le compositeur est alors bien de son époque, de ces années de tumultes, puis de révolutions, qui produisirent des visionnaires comme Victor Hugo ou Eugène Delacroix, grands contemporains d'Hector Berlioz.
Dans son film Moi, Hector Berlioz, diffusé sur Arte, Pierre Dupouey a un peu fait l'impasse sur ce contexte d'agitation qui verra le jeune compositeur proche par exemple d'un Alexandre Dumas. Au début des années 40, le cinéaste Christian Jacque avait mieux saisi tout le tourment qui habitait Hector Berlioz dans son admirable film La symphonie fantastique où Jean Louis Barrault interprétait le rôle du compositeur. Hector Berlioz était en effet un caractère complexe et profondément attaché à sa liberté de faire les choix que lui dictaient son cœur et sa raison. Le premier conflit majeur de son existence l'opposa à ses propres parents qui le destinaient à devenir médecin et notable de province. Lorsqu'il affirma sa volonté de renoncer à la médecine pour se consacrer à la musique, il fut renié et maudit par sa mère qui le jugea coupable d'avoir déshonoré le nom des Berlioz. Cette terrible épreuve familiale ne pouvait être tempérée que par la foi du jeune Hector Berlioz dans sa vocation. Cette vocation s'était longuement nourrie de l'admiration que témoignait Berlioz au géant de la musique universelle Ludwig van Beethoven qu'il mettait au-dessus de tout. Pourtant, le jeune Berlioz était un génie bouillonnant qui n'attendait que l'occasion d'exploser. Elle lui sera fournie par le coup de foudre qu'il éprouvera pour une jeune actrice britannique Harriet Smithson qu'il verra jouer dans une pièce de Shakespeare. La belle interprète d'Ophélie n'aura même pas vent de l'existence de ce jeune passionné qui, pour attirer son attention, va composer La symphonie fantastique. Entre 1825, année où il vit pour la première fois Harriet et 1830 où La symphonie fantastique fut jouée, Hector Berlioz resta dans la posture de l'amoureux transi en proie à la superbe indifférence de l'être adoré. Il fallait au moins ce monumental chef-d'œuvre pour forcer l'intérêt de la flamboyante actrice shakespearienne. La symphonie fantastique est une sublime partition dans laquelle Berlioz se retrouve tout entier. L'esprit de Beethoven l'a habité dans cette œuvre magistrale qui passe en revue les sentiments humains. Une œuvre si magistrale qu'elle subjugue l'immense violoniste italien Nicolo Paganini (1782-1840) qui supplie Berlioz de composer pour lui une symphonie pour violon alto. Ce sera le magnifique Harold en Italie qui sera inspiré au compositeur par le délicat poète anglais George Gord Byron (1788-1824) dont les écrits avaient accompagné sa jeunesse à Rome. La symphonie fantastique influencera l'art de la composition et on en retrouvera les accents dans Une nuit sur le mont chauve du Russe Modeste Moussorgski (1839-1881), ce qui atteste du retentissement européen de Berlioz. Le succès éclatant de La symphonie fantastique avait cependant valu au jeune compositeur l'hostilité agissante du prestigieux maître italien Luigi Cherubini (1760-1842) qui voyait en Berlioz un rival. Cherubini, déjà très âgé, était irrité par l'idée que Berlioz s'essaye aux cantates dont il était un éminent spécialiste. Berlioz, contraint d'exercer comme chroniqueur musical pour vivre, allait se tourner vers l'opéra pour traduire en musique la sensibilité philosophique de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) dont il adapte le tonitruant Faust. Berlioz compose également Roméo et Juliette d'après Shakespeare et surtout son ambitieux opéra Les Troyens qui constituera une référence absolue dans l'art de l'opéra. Il voyage beaucoup pour échapper aux critiques féroces dont il est l'objet. A Weimar, en Allemagne, il est bouleversé comme un enfant de retrouver les lieux où vécut Friedrich Schiller (1759-1805), l'immense poète allemand auquel il vouait un admiration fraternelle. Berlioz arrivait au déclin de sa vie. Harriet Smithson qu'il avait tant aimée était morte en 1859 : leur mariage s'était vite défait malgré la naissance de leur enfant Louis. Hector Berlioz entre dans une retraite forcée, se coupant délibérément du monde. Il eut le sort des novateurs : celui de n'être pas reconnu de son vivant.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.