Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Nekkaz demande à Zeghmati de le remettre en liberté    RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR l'ALGERIE : Le tiers présidentiel au Sénat dénonce    C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI LE DIT : Pas de bureaux de change en Algérie    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    EDUCATION NATIONALE : 50 000 DA pour le personnel touché par le Covid    ORAN : Démolition de cabanons à la plage Calypso d'Ain Feranine    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Pétrole : le Brut de l'Opep à 46,72 dollars à la veille de la réunion de l'Opep+    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    Des parlementaires britanniques interpellent leur gouvernement sur la répression marocaine au Sahara occidental    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    Trois terroristes abattus à Jijel    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    L'AADL met en demeure le groupe Aceg-Chine    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Le gouvernement Castex contredit Macron    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    Tesla rappelle 870 voitures en Chine    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    Combat «Don quichotien» ?    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Indifférence aux prix    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La région compte le plus grand nombre de stèles : la Kabylie donne l'exemple
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 26 - 01 - 2013

La Kabylie est sans doute le territoire qui compte le plus grand nombre de stèles au mètre carré.
Les exemples ne manquent pas. Il suffit, pour s'en convaincre, de voir le nombre de stèles érigées en hommage aux martyrs du Printemps noir qui fleurissent un peu partout. A Mizrana, petite commune surplombant la ville de Tigzirt, une stèle a été élevée en l'honneur d'un jeune assassiné durant les événements de Kabylie. «Ici repose Djamel Tounsi dit ‘Djino', sauvagement assassiné par les gendarmes le 1er avril 2002 au centre-ville de Tigzirt», indique-t-elle.
La stèle est ornée d'un portrait du défunt ainsi que d'un émouvant petit poème signé Djamel : «Belle Algérie que j'aime/Arrosée de mon sang/ Je lui ai offert mon âme/ Aux portes du printemps.» Ce qu'il y a de remarquable est que la stèle en question a été dressée à l'entrée même de l'APC, une manière de revendiquer le geste commémoratif comme hautement collectif.
En face de la mairie, cette autre stèle en hommage à une victime du terrorisme, avec cette inscription : «Ici est tombé le 11 mars 1995 le chahid Tounsi Mohamed à l'âge de 26 ans. Mort pour la patrie !»
Ce genre de pratique n'est pas propre à Mizrana. On la retrouve dans la plupart des villages kabyles. Et chaque couche d'histoire, depuis Fadhma n'Soumer jusqu'au dernier citoyen assassiné, en passant par Abane, Amirouche, ou encore les martyrs du FFS de 1963 (honorés d'une stèle à Ath Yenni), ont leur effigie sculptée dans le marbre. Même les grands artistes de la région ne sont pas en reste, comme l'atteste cette œuvre ciselée à la gloire du grand dramaturge Mohya, à l'entrée de son village, Ath Arvah, sur les hauteurs de la Grande Kabylie. Sans oublier, bien évidemment, l'immense Matoub.
La maison du «rebelle», à Taourirt Moussa, dans la daïra de Beni Douala, a été carrément transformée en musée. La fondation Matoub, qui gère ce patrimoine, a même conservé, intacte, la Mercedes 310 que le chanteur flamboyant conduisait au moment où il est tombé dans un guet-apens meurtrier, à Tala Bounane, le 25 juin 1998 ; les visiteurs peuvent se recueillir, à loisir, sur cette triste relique de l'odieux attentat. La voiture est criblée comme un tamis, avec pas moins de 78 impacts de balle. «Prière de ne pas toucher au véhicule car c'est une pièce à conviction», peut-on lire sur une pancarte.
Plus près de nous, cette stèle érigée récemment au village El Bir, dans la daïra de Maâtkas, à la mémoire de trois citoyens assassinés suite à une attaque terroriste survenue le 19 août 2011. Les trois victimes, Rabah Slifi, Karim et Brahim Issaoun, ont ainsi eu droit à un monument à la hauteur de leur martyre.
La stèle a été réalisée en un temps record (29 jours selon Le Soir d'Algérie du 30 octobre 2011), grâce à l'implication de la société civile et des élus locaux. Les maçons du village ont travaillé bénévolement. Toute la région s'est mobilisée dans un bel élan de solidarité pour célébrer la mémoire de ses trois enfants. Respect ! Il convient enfin de citer ce projet de stèle en cours de réalisation à Béjaïa, à l'initiative de l'Association des journalistes de Béjaïa (AJB) à la mémoire de l'éternel Saïd Mekbel alias «Mesmar Djeha», assassiné le 3 décembre 1994 dans un restaurant à Hussein Dey.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.