Enfin libre    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    Branle-bas de combat chez les partis    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    La colère du FFS    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La face «cachée» du «Bâtiment»    Le chemin est encore long    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Salle ATLAS : Rock Belda dépasse le mur du son
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 23 - 02 - 2013

Mercredi soir, il y avait tapage nocturne à la salle Atlas. Et pour cause : des groupes ont amplifié le son et fait du bruit, de l'«art of noise» !
C'était une grand-messe dédiée au heavy metal qui a drainé une jeune faune de «métalleux et métallos» jurant avec le public raï, chaâbi, andalou ou encore charqui. Car un concert de hard rock n'est pas coutume, rare depuis la vague métallique des années 1990 (remember Litham). Et ce, sous les auspices de l'association Dynamo de Toulouse (France) en collaboration avec Hakim et Hichem de la formation de pop-rock D'zaïr et Redouane de Lelahell, ayant lancé une belle initiative baptisée Rock Belda, à saluer bien bas, avec en prime le parrainage du ministère de la Culture et de l'Office national de culture et d'inforamtion(ONCI). Un «festival» sous le signe de l'amitié et de la fraternité entre l'Algérie et la France, qui s'est tenu du 19 au 22 février.
Salem, chanteur et claviériste du groupe Atakor, affirme et confirme sa passion et son amour éternel pour le heavy metal, juste avant de monter sur scène : «Je suis traducteur de formation et journaliste, mon cœur bat toujours la chamade pour le métal. J'aime toujours ce bon vieux hard rock électrique de ACDC. Je me sens comme si j'avais 20 ans. Je suis très heureux de mon parcours musical…»
Atakor a ouvert le concert a un nouveau line-up : Allel (lead guitar), Salem (chant et claviers) et trois nouvelles recrues comme Ramzi (guitare), Nabil (guitare) et Lounès (batterie). Ainsi, Atakor passe à la vitesse supérieure avec Black Caravan, du solide hard rock orientalisant, saharien, voire maghrébin très énergique ; Little Dove, un hymne à la paix ou encore Fight The Evil.
Atakor a dépassé le mur du son ! Une vitesse supersonique des riffs. Les Toulousains, Drawers, emmenés par Niko et Sélanites et la formation algérienne Lelahell avec le retour gagnant, ont, eux aussi, fait hurler les Marshalls par un son démentiel. Une délectation pour les hard-rockers entrés en transe, voire en danse extatique. Une danse frénétique et hypnotique de tout le corps, jusqu'à la chevelure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.