PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La métalmania attitude
FESTIVAL ROCK LELAHEL À L'ALGERIA
Publié dans L'Expression le 25 - 12 - 2004

Le festival a drainé un grand nombre de jeunes gens venus s'éclater et libérer leur énergie...
Qui a dit qu'il n'existait pas de public pour la musique rock, a fortiori pour le hard rock en Algérie? Ceux-là, ils n'ont qu'à aller se rhabiller! Pour s'en convaincre, il aurait suffi un simple petit tour par le cinéma Algéria, sis à Didouche Mourad, pour voir que le son métal a bien une longue vie devant lui en Algérie. Organisé dans la hâte par AMP Production, grâce au soutien de M. Lamarti de l'Opca, le festival rock Lelahel a drainé un nombre de personnes inespéré.
Le festival répondant au nom de l'ange de l'inspiration artistique a suscité un engouement sans précédent de la part des jeunes assoiffés d'évasion qui se sont éclatés à fond la caisse, cheveux au vent et corps en pâture...
Malgré le retard ressenti de la première journée, à savoir du mercredi dernier, le festival s'est déroulé dans de bonnes conditions et sous haute sécurité. La condition sine qua non était de respecter le règlement intérieur de la salle, cité par le leader du groupe Litham et initiateur de ce festival, Redouane : faire attention aux sièges et ne pas fumer à l'intérieur de la salle. Le festival rock métal Lelahel a démarré en trombe avec le groupe Atakor qui nous est revenu sur la scène après des années d'absence. Atakor qui verse plutôt dans le heavy métal, fait partie des doyens. «Malgré tous les problèmes qu'on a eus, on a tenu à venir jouer», a confié le leader du groupe. Ce dernier interprétera cinq compositions personnelles dont Win Enour et Fitght the evel. L'ambiance est électrifiante, magnétique, l'atmosphère obscure. Sur l'écran de l'Algéria sont projetés des squelettes ou têtes de morts hurlant... à la mort. Effrayant! La musique métal invite à l'intemporalité, au vertige, au délire des sens. Une explosion d'énergie qui donne à voir des corps en furie, des esprits en extase. Des cris caverneux se font entendre dans la salle. Les corps se cognent l'un contre l'autre, s'agitent, exorcisent leurs démons. Dans la pénombre, les riffes de guitare appuyés par le son cérémonial du clavier est d'un rythme diabolique qui déchire ! Atakor mêle des notes kabyles et orientales dans son rock death. La seconde partie du concert est consacrée à ce jeune groupe d'étudiants, Dark Wich qui électrisa la foule avec cette voix venue d'outre-tombe. Dark Wich tablera sur des reprises en donnant à apprécier du rock trash, psychédélique. Jeudi, c'était la folie fois deux. Un public plus nombreux s'est littéralement éclaté. Un jeu de lumière plus conséquent est venu «supporter» la prestation spectaculaire des musiciens, celui des groupes Stone Death et de Litham. Redouane, le leader de ce dernier, n'a pas hésité à se jeter dans la foule qui le portera à bras-le-corps comme un véritable dieu sacré du métal. Un public de tout bord est venu faire la fête. Il y en à même qui se sont déplacés d'Annaba... La 3e édition du festival rock a réussi son pari haut la main en rassemblant les énergies pour faire découvrir les talents cachés de jeunes artistes en herbe. Un rendez-vous jeune qui mérite d'être renouvelé et gagnerait en plus de temps pour sa préparation...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.