Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mme KHALIDA TOUMI (Ministre de la Culture)
« Une feuille de route ambitieuse pour promouvoir l'édition »
Publié dans El Watan le 12 - 09 - 2004

A l'occasion du 9e Salon international du livre qui se tient depuis le 8 septembre dernier, la ministre de la Culture a bien voulu dévoiler les projets de son département en matière d'édition du livre.
La tenue à Alger d'un salon international du livre devenu traditionnel ne masque pas pour autant les difficultés auxquelles est confronté le secteur de l'édition en Algérie. Quelle est la perception du ministère de la Culture par rapport à ce secteur dont les missions de service public sont rendues caduques par le désengagement de l'Etat ?
Les pouvoirs publics sont parfaitement conscients de l'importance de l'édition et de la nécessité de soutien pour ce secteur. L'Etat s'est redéployé autour des missions régaliennes de régulation et de service public à travers un programme visant à promouvoir la lecture publique dans le cadre de réseaux de bibliothèques, à travers également l'encouragement de la traduction et de soutien aux jeunes auteurs, mais aussi à travers un dispositif fiscal et juridique en cours d'élaboration. Il n'est pas juste de dire que l'Etat s'est désengagé des missions qui relèvent de ses prérogatives à condition, bien sûr, de savoir que le rôle de l'Etat n'est pas de tout faire. Ceux qui pensent que l'Etat s'est désengagé ont tendance, à mon avis, à vouloir attribuer des missions de service public à des secteurs qui relèvent souvent davantage du domaine strictement commercial. L'existence, au niveau de la direction des arts et lettres du ministère de la Culture, d'un fonds destiné à aider la création littéraire est un exemple qui illustre parfaitement les efforts de l'Etat. La plupart des œuvres éditées par les unions nationales ou de wilaya, à l'exemple des associations Ikhtilaf, El Djahidhia et Ibdaâ, ont bénéficié du soutien financier du ministère de la Culture qui a permis à beaucoup d'auteurs, notamment aux jeunes écrivains, de voir leurs ouvrages publiés. Par ailleurs, il convient de relever avec satisfaction l'émergence de compétences nationales dans l'organisation des salons et foires de livre aussi bien dans le secteur privé que public. Les améliorations liées au livre ont bénéficié d'un dispositif juridique qui encadre leur organisation et, à travers la loi de finances, d'un dispositif fiscal favorable à ces activités.
Au regard du recul de la lecture, en raison notamment des prix en vigueur sur le marché, quelles mesures incitatives pourriez-vous mettre en œuvre pour réhabiliter la fonction du libraire et, sur un autre registre, valoriser tous les métiers du livre de manière qu'ils produisent un effet d'appel chez les jeunes Algériens désireux de s'engager dans la vie active ?
Je ne sais sur quelle étude ou enquête vous vous basez pour parler de recul de la lecture. Nous avons besoin d'étude et enquête sérieuses pour connaître le comportement des Algériens par rapport à la lecture. Cela fait partie du projet que nous avons en cours avec l'Unesco. Nous n'avons ménagé aucun effort en témoignant, à chaque occasion, de notre engagement en faveur de la réhabilitation de la lecture publique. Mon département ministériel s'est fixé l'objectif suivant : « Une commune, une bibliothèque ».Je tiens à souligner avec satisfaction l'écho de certains confrères ministres et plus particulièrement l'engagement de Monsieur le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales et de certains walis qui ont retenu le principe de création de bibliothèques et de salles de lecture au sein des ensembles d'habitation.En attendant, et pour mettre le livre à la portée du lecteur, nous avons multiplié la fréquence de déplacement des bibliobus (bibliothèques ambulantes), notamment dans les régions déshéritées et celles qui ont le plus souffert du terrorisme. Aucun livre n'est retourné à Alger : les 20 000 ouvrages acquis dans le cadre de ces manifestations ont fait l'objet de dons aux bibliothèques communales et/ou aux maisons de la culture locales. Il y a une réelle évolution de la lecture publique. Comment ne pas être optimiste lorsque l'on sait que les abonnés à la Bibliothèque nationale sont passés de 15 000 à 70 000 ces deux dernières années et que les livres pour enfants sont édités à pas moins de 10 000 exemplaires ! Développer la lecture, c'est miser sur les jeunes et la lecture publique. C'est pourquoi, outre les annexes de la Bibliothèque nationale que nous avons créées dans plusieurs wilayas, nous prévoyons, dans le cadre du programme de développement 2005/08, un nombre considérable de bibliothèques ainsi que des projets ambitieux d'équipement pour les bibliothèques existantes.Notre intérêt ne se limite pas cependant à la seule diffusion du livre : nous avons retenu l'idée de réglementer ce secteur en lui conférant un fondement juridique qui favoriserait son essor et son développement. Je tiens à ce propos à saluer la disponibilité du directeur général de l'ANSEJ qui est disposé à accompagner l'émergence d'entreprises de jeunes en matière de livres. Dans le prolongement des quelques mesures déjà prises au plan fiscal, nous ne nous lasserons jamais de réitérer notre combat en faveur de la promotion du livre pour qu'il soit à la portée de tous. Nous avons pour cela une feuille de route que nous poursuivons et que nous espérons bien traduire dans les faits.
La dissolution dans les années 1990 des entreprises publiques d'édition a laissé entières, pour le grand public, toutes les questions liées au patrimoine de ces entités et notamment celui des catalogues de titres élaborés depuis l'indépendance du pays. Quel est alors le sort de la production éditoriale de sociétés d'édition telles que les ex-SNED ou ENAL ?
L'ENAL est une entreprise issue de la restructuration de l'ex-SNED qui elle-même avait le monopole de l'édition en Algérie et qui réalisait de temps en temps symboliquement quelques coéditions. Les missions de l'édition ont été transférées vers des entreprises publiques relevant des SGP qui elles-mêmes relèvent du CNPE. Il est cependant vrai que pour réunir les conditions encore nécessaires au secteur de l'édition, il faut un surcroît de concurrence susceptible de lui insuffler une dimension intellectuelle et stratégique en même temps que commerciale.
La rentrée littéraire, dans beaucoup de pays, constitue un événement culturel. Ce n'est pas forcément le cas en Algérie où les dix dernières années n'ont pas réellement imposé des auteurs qui, toutes langues associées, suscitent engouement et attente chez le public. Comment pouvez-vous agir pour infléchir une telle dislocation des repères accentuée par la disparition des écrivains algériens révélés à partir des années 1950 ?
Comme je l'ai mentionné tout au début, le Salon international du livre constitue un événement culturel de la rentrée sociale. Un événement culturel et également un événement littéraire car en marge des expositions, se déroulent une série de rencontres avec des écrivains et des professionnels du livre, nationaux et étrangers. Juste après la clôture du salon, la Bibliothèque nationale poursuivra ses cafés littéraires et philosophiques, et les associations littéraires renoueront avec leurs rencontres-débats autour d'un auteur, d'un livre, d'un thème...Vous évoquez les dix dernières années qui n'ont pas imposé d'auteurs. Je ne partage pas ce point de vue, car j'estime que beaucoup de talents sont nés durant cette période faisant le bonheur de la littérature nationale. Bien sûr, je ne peux m'empêcher de rappeler les difficultés vécues par notre pays durant ces dix dernières années, ni passer sous silence les crimes et la persécution de tout ce qui symbolise l'intelligence et la résistance. De grands auteurs comme Tahar Djaout, Abdelkader Alloula, Youcef Sebti, Bakhti Benaouda, Azzedine Medjoubi et d'autres ont été assassinés, mais au même moment sont nés Yasmina Khadra, Aïssa Khelladi, Amine Zaoui, Habib Ayyoub, Othmane Loucif, Fadela Farouk et bien d'autres


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.