Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



3 500 actes de concession de terres agricoles délivrés
Oran
Publié dans El Watan le 25 - 08 - 2013

Quelque 886 dossiers non conformes feront l'objet d'une étude de cas par cas par une commission présidée par le wali.
À la direction de l'Office National des Terres Agricoles (ONTA) de la wilaya d'Oran, on ne cache pas sa satisfaction suite aux résultats obtenus. Quelque 3 500 exploitants sont en possession de leurs actes de concession sur les 4 006 demandes reçues. «Nous avons pris l'initiative de mettre les actes à la disposition des exploitants au niveau des subdivisions de daïra où nous faisons du porte-à-porte pour remettre les titres à leurs propriétaire», nous dira le directeur de l'Office. Il reste toutefois quelque 1 395 dossiers en traitement au niveau des services des Domaines, c'est, nous dira-t-on, une affaire de quelques mois. Il faut dire que l'actuelle direction de l'Office bénéficie de circonstances atténuantes, puisqu'elle a pris le train en marche suite au scandale qu'avait connu l'Office il y a à peine un an.
La menace brandie par la chambre d'agriculture à travers la presse locale et menaçant de destitution quelque 3 000 agriculteurs qui ne seraient pas à jour de leurs cotisations, fait grincer des dents au niveau de l'Office. «La déchéance concerne environ une cinquantaine de cas qui n'ont pas à ce jour répondu à nos sollicitations», nous dira M. Khaled Nedjar. Par contre, 886 dossiers non conformes feront l'objet d'une étude de cas par cas par une commission présidée par le wali. «Certaines de ces nouvelles exploitations n'ont plus rien à voir avec l'agriculture; il s'agit de véritables petits Versaille où les puits servent à alimenter les piscines et à l'arrosage des parcs d'agrément», fulmine un syndicaliste de l'Union Nationale des Paysans Algériens. Ces exploitations d'un nouveau genre sont généralement installées sur des terres à fort potentiel à l'instar de la plaine littorale des Andalouses ou autour de pôles urbains très recherchés tel que Es-Sénia. La création de cette commission ne serait pas prévue par la loi 10-03, nous dira-t-on, et elle inquiète plus d'un. En effet, le guide de procédure établi par le ministère de tutelle, en vue de l'application de la loi 10-03, a bel et bien prévu ces cas de figure : «En principe, ces dossiers devraient aboutir sur le bureau du directeur général de l'Office, seul habilité à trancher après avis de la direction régionale et de la direction locale», nous dira notre syndicaliste.
Pour l'heure, aucun dossier non conforme n'a été tranché et il suffit à cette commission d'exister. Une autre commission présidée par le DSA a été mise en place en vue d'établir les valeurs des exploitations concédées conformément au décret 12-124 du 19 mars 2012 fixant les zones de potentialités agricoles. C'est sur la base de cette valeur que les concessionnaires devront s'acquitter des redevances domaniales annuelles prévues par la loi. Elle servira aussi à l'établissement des barèmes d'imposition en cas de cession du droit de concession. Ainsi, un hectare de terre nue, situé en bordure de la grande Sebkha d'Oran sur la bordure sud de la plaine de Misserghine et qui serait au mieux classé en zone «C», se négocie aujourd'hui autour de 1,5 million de dinars. Il devrait, nous dira-t-on, être taxé sur la base de 600 000 DA au niveau des services domaniaux. Selon des informations recueillies tant au niveau des administrations que des structures professionnelles, la circulaire interministérielle, qui fixe les conditions et les modalités d'exploitation des terres agricoles du domaine privé de l'Etat, aurait été signée juste à la fin de l'ultimatum de 3 ans accordé à l'administration par la loi 10-03 pour régulariser les concessionnaires et qui vient juste de prendre fin.
Cette circulaire était très attendue par tous les acteurs du secteur. «Elle aurait dû voir le jour, il y a 3 ans», nous dira un responsable local du secteur agricole. Dans tous les cas, elle vient à point nommé pour encadrer un marché qui risque fort d'exploser. Si la loi 10-03 fixe comme règle générale qu'un concessionnaire ne peut détenir qu'un seul droit, il reste que la circulaire ministérielle en question, pour des motifs avoués de protectionnisme et des motifs encore inavoués, est venue pour consacrer la création d'un véritable domaine agricole privé en autorisant l'acquisition de dix droits de concession. Désormais, la terre n'appartient plus à celui qui la travaille, mais bel et bien à celui qui la possède.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.