Les députés engagent un débat à l'APN    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    Adoption du PLFC: Chenine se félicite de "la cohérence" de la position des députés avec l'action du Gouvernement    7 décès et 127 nouveaux cas en 24 heures    Alger ferme ses plages    Le drame des Algériens bloqués en Turquie    Plages de Jijel: la GN sensibilise les estivants sur les mesures de prévention contre le Covid19    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    Un lourd héritage    Blida et Alger: Deux procès de Hamel reportés    Projet de loi de finances complémentaire: Les taxes sur les véhicules revues à la baisse et retour des 5.000 euros    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Coronavirus: Dix wilayas sous microscope    Aïn El Turck: Aménagement de 15 grands parkings retenus pour la saison estivale    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    La mort au temps du corona    Le mode d'emploi fixé    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    L'ADE rassure ses abonnés    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Une récolte de 300 000 quintaux à l'hectare prévue    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    L'Algérie présidera le CPS de l'UA durant le mois de juin 2020    CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La descente aux enfers
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 18 - 09 - 2013

Acte 2 du «plan de bataille pour 2014». Après la distribution des portefeuilles-clés du gouvernement aux fidèles du clan présidentiel, commencent à s'agiter les partis politiques sous le slogan d'«un quatrième mandat» pour Bouteflika. Deux ont déjà annoncé la couleur : le FLN version Amar Saadani, secrétaire général parachuté à la tête du parti, et la formation Tedj de l'islamo-soft Amar Ghoul, qui pourraient être rejoints par le MPA de Amara Benyounès, ex-opposant, devenu fidèle du chef de l'Etat.
Sur les cendres de la défunte Alliance présidentielle incarnée par le trio Belkhadem-Ouyahia-Soltani, se dessine une nouvelle coalition que Amar Ghoul entend élargir à la pléthore de partis islamistes nés ces deux dernières années. Une aubaine pour les formations islamistes, livrées à elles-mêmes, sans ancrage populaire et incapables de s'entendre entre elles sur un programme commun, encore moins sur une candidature unique à la présidentielle 2014. Bouteflika serait de ce fait leur candidat, somme toute un retour d'ascenseur pour le maître d'œuvre de la loi sur la réconciliation nationale, qui a donné un second souffle à l'islamisme dans le pays. A ce plan de bataille 2004, a été adjoint un volet propagande pour contrer les hommes politiques, analystes et médias qui usent de leur fonction d'alerte de la population sur les graves dangers pour le pays de l'appropriation, par le clan présidentiel, de tous les leviers de décision au bénéfice exclusif du chef de l'Etat.
Il s'agit d'attaquer, par le dénigrement, le déni des faits (pourtant têtus) et la menace, tous ceux qui s'émeuvent des conséquences du piétinement continuel de la Constitution ainsi que des dangers d'un quatrième mandat pour Bouteflika ou d'une prolongation de son troisième mandat par un des artifices constitutionnels dont le pouvoir possède toute une panoplie. L'autre but de cette campagne politico-médiatique (appelée à monter en puissance durant les six mois à venir) est de remodeler l'image de Bouteflika, de gommer celle d'un homme totalement usé par le pouvoir et la maladie et au bilan politico-économique désastreux, pour lui substituer l'image d'un sphinx renaissant de ses cendres, partant à la conquête «d'autres victoires». Ni plus ni moins.
Cela augure d'une ambiance préélectorale bien plus dangereuse que celle des autres mandats, notamment du second avec sa justice de nuit et son harcèlement des opposants politiques et des médias indépendants. Les risques lourds viennent du fait que le régime est agonisant. Le principal pilier, le chef de l'Etat, est terrassé par la maladie et le pouvoir est exercé par son frère, comme dans une république bananière. Plus grave encore, toutes ces dernières années, des fortunes considérables ont été amassées et des situations d'autorité se sont constituées dans l'impunité la plus totale, au vu et au su de tout le monde, et cela à l'ombre du régime. Beaucoup d'enrichis et de promus dans la hiérarchie sociale et politique, ils sont nombreux, useront de tout, y compris de la terreur, pour que rien ne change et rien ne bouge. Les quelques affaires de corruption révélées à ce jour en sont un des indices. L'Algérie risque d'aller à sa perte, car rien ne vient arrêter la descente aux enfers. Et cela, dans le silence le plus total.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.