Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Saïd Bouhadja n'est plus    Images d'ailleurs, regards d'ici    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Le verdict attendu pour le 1er décembre    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La descente aux enfers
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 18 - 09 - 2013

Acte 2 du «plan de bataille pour 2014». Après la distribution des portefeuilles-clés du gouvernement aux fidèles du clan présidentiel, commencent à s'agiter les partis politiques sous le slogan d'«un quatrième mandat» pour Bouteflika. Deux ont déjà annoncé la couleur : le FLN version Amar Saadani, secrétaire général parachuté à la tête du parti, et la formation Tedj de l'islamo-soft Amar Ghoul, qui pourraient être rejoints par le MPA de Amara Benyounès, ex-opposant, devenu fidèle du chef de l'Etat.
Sur les cendres de la défunte Alliance présidentielle incarnée par le trio Belkhadem-Ouyahia-Soltani, se dessine une nouvelle coalition que Amar Ghoul entend élargir à la pléthore de partis islamistes nés ces deux dernières années. Une aubaine pour les formations islamistes, livrées à elles-mêmes, sans ancrage populaire et incapables de s'entendre entre elles sur un programme commun, encore moins sur une candidature unique à la présidentielle 2014. Bouteflika serait de ce fait leur candidat, somme toute un retour d'ascenseur pour le maître d'œuvre de la loi sur la réconciliation nationale, qui a donné un second souffle à l'islamisme dans le pays. A ce plan de bataille 2004, a été adjoint un volet propagande pour contrer les hommes politiques, analystes et médias qui usent de leur fonction d'alerte de la population sur les graves dangers pour le pays de l'appropriation, par le clan présidentiel, de tous les leviers de décision au bénéfice exclusif du chef de l'Etat.
Il s'agit d'attaquer, par le dénigrement, le déni des faits (pourtant têtus) et la menace, tous ceux qui s'émeuvent des conséquences du piétinement continuel de la Constitution ainsi que des dangers d'un quatrième mandat pour Bouteflika ou d'une prolongation de son troisième mandat par un des artifices constitutionnels dont le pouvoir possède toute une panoplie. L'autre but de cette campagne politico-médiatique (appelée à monter en puissance durant les six mois à venir) est de remodeler l'image de Bouteflika, de gommer celle d'un homme totalement usé par le pouvoir et la maladie et au bilan politico-économique désastreux, pour lui substituer l'image d'un sphinx renaissant de ses cendres, partant à la conquête «d'autres victoires». Ni plus ni moins.
Cela augure d'une ambiance préélectorale bien plus dangereuse que celle des autres mandats, notamment du second avec sa justice de nuit et son harcèlement des opposants politiques et des médias indépendants. Les risques lourds viennent du fait que le régime est agonisant. Le principal pilier, le chef de l'Etat, est terrassé par la maladie et le pouvoir est exercé par son frère, comme dans une république bananière. Plus grave encore, toutes ces dernières années, des fortunes considérables ont été amassées et des situations d'autorité se sont constituées dans l'impunité la plus totale, au vu et au su de tout le monde, et cela à l'ombre du régime. Beaucoup d'enrichis et de promus dans la hiérarchie sociale et politique, ils sont nombreux, useront de tout, y compris de la terreur, pour que rien ne change et rien ne bouge. Les quelques affaires de corruption révélées à ce jour en sont un des indices. L'Algérie risque d'aller à sa perte, car rien ne vient arrêter la descente aux enfers. Et cela, dans le silence le plus total.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.