La réunion de concertation s'est tenue dans une salle quasi vide au Palais des nations.. Un fiasco qui signe la fin de Bensalah ?    Kouninef, Rebrab, Ouyahia et Loukal ont été entendus.. La justice accélère la cadence    Grâce à l'augmentation de la valeur des importations.. Les recettes douanières en hausse de 2%    Barça : Arthur et Lenglet encensent Messi    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    La Ligue arabe soutient la Palestine    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Sri Lanka: explosion durant une opération de déminage d'une bombe    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    FABB-présidents des clubs    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Les robes noires boycottent les audiences    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Veillée d'armes en perspective de la présidentielle
Dissidences partisanes et scandales financiers
Publié dans El Watan le 22 - 11 - 2012

Les prétendants potentiels à la magistrature suprême dans la sphère du pouvoir sont, depuis quelques semaines, au centre d'une agitation politico-médiatique qui n'a pas livré tous ses secrets.
L'Algérie est le seul pays où, à une année d'une élection aussi importante que la présidentielle, tout le monde continue à dire que ce n'est pas le moment d'y penser et encore moins d'ouvrir le débat sur un rendez-vous d'une telle envergure dans la vie d'une nation. Généralement, la dernière année du mandat du Président sortant, dans les démocraties les plus accomplies, est une année de bilan et surtout de débats autour des projets et des propositions des différents courants ou de candidats qui se proposent à la magistrature suprême. On n'en est certainement pas encore là. Fonctionnant plutôt comme une République bananière, gouvernée par des intérêts de clans, qu'une nation réglée par une Constitution et des lois impliquant une compétition saine et apaisée entre les projets politiques et les programmes, l'Algérie est en train de donner un mauvais spectacle sur une scène manquant terriblement de lumière, en attendant l'avant-première de 2014.
A une année d'une échéance politique si importante et cruciale pour l'avenir du pays, il n'y en a pas un qui ait manifesté clairement son désir de briguer un mandat présidentiel en disant tout simplement : «Je suis candidat à la prochaine élection présidentielle.» Après tout, c'est un droit constitutionnel de tous les Algériens. Mais dans une manière bien algérienne de faire de la politique, chacun le manifeste à sa manière. Le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Abdelaziz Belkhadem, l'avait confié à un de ses proches : «Pourquoi pas moi ?» Si publiquement il déclarait qu'il n'était pas encore temps d'en parler, dans les actes, Abdelaziz Belkhadem faisait tout pour donner les moyens à son ambition.
Il s'est maintenu contre vents et marées à la tête du FLN malgré un cinglant retrait de confiance exprimé par une bonne partie des membres du comité central du parti. Ahmed Ouyahia, son homologue du Rassemblement national démocratique (RND), a fait de même en envoyant des messages codés. Lorsque la question lui avait été posée, il y a quelques mois, il a répondu par une autre : «Est-ce qu'un quatrième mandat du président Bouteflika est une bonne chose pour l'Algérie ?» Si personne ne peut deviner le fond de la pensée d'Ahmed Ouyahia, il semble en revanche bien avoir l'envie de «rencontrer son destin». Sans mettre le pied dans l'étrier, l'ex-Premier ministre nourrit bel et bien le rêve de devenir le président des Algériens. Amar Ghoul aurait lui aussi cru à sa bonne étoile, en quittant son ancien parti pour créer le sien Tadjamou Amel Jazaïr (TAJ).
Dans un système politique qui fonctionne dans la clarté, quoi de plus normal que d'avoir de l'ambition pour peu que cela se fasse selon les règles de l'art et des standards démocratiques. Ce n'est pas le cas en Algérie. A la mesure donc de l'opacité qui préside à l'élection d'un président d'un pays comme l'Algérie qui n'arrive pas à se projeter dans l'avenir, l'expression des ambitions des trois responsables politiques, telle qu'elle a été formulée, et le rejet qu'ils ont suscités peuvent, en effet, donner cours à plusieurs lectures. Abdelaziz Belkhadem est fortement contesté au sein de son parti. Il s'y accroche toujours par la force et surtout par la volonté du président d'honneur du FLN qui n'est autre que le chef de l'Etat. Ahmed Ouyahia connaît une véritable fronde, cette fois-ci menée par de grosses pointures du RND, entre autres, Yahia Guidoum qui ne jure que par sa destitution. Amar Ghoul, quant à lui, est rattrapé par le scandale de l'autoroute Est-Ouest.
Leur fragilisation est loin d'être un fait de pur hasard. Telle qu'elle a été synchronisée, elle indique l'existence d'un plan pour l'élection présidentielle de 2014 que les Algériens, les concernés en premier lieu, aimeraient bien connaître. S'agit-il, comme on a l'habitude de le voir, d'un scénario savamment concocté pour signifier à un Ouyahia «impopulaire», à un Belkhadem «crypto-islamiste» et à un Ghoul éclaboussé par le scandale de l'autoroute Est-Ouest, la fin de la récréation ? Ou bien ce sont les relents d'une lutte au sommet autour d'un rendez-vous électoral aux enjeux décisifs pour le pays ?
Ce qui rajoute encore un brin de flou à la situation, ce sont les rumeurs ou les ballons-sondes qu'on envoie pour mesurer le niveau d'acceptation de l'idée que le président Bouteflika, qui a déclaré à Sétif à la veille des élections législatives du 10 mai dernier que sa génération doit laisser la place aux jeunes, pourrait briguer un quatrième mandat. On parle même d'une Constitution sur mesure, à cet effet. La première mouture du projet de la nouvelle loi fondamentale serait même fin prête. Mais cela reste un secret d'alcôve, auquel le commun des mortels n'a pas encore accès. Ce sera peut-être un jour, lorsque la politique dans notre pays obéira aux normes démocratiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.