Le RND appelle Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE 2019 : Les Algériens appelés à voter le 18 avril    JOURNEE NATIONALE DE LA COMMUNE : Les maires appelés à s'éloigner de la bureaucratie    Aux Algériens de décider.. !    Un remake de 2014 en cours: l'Algérie hors du temps    HABITAT : Temmar lance un projet de 2000 logements à Oran    SIDI BEL ABBES : ‘'La numérisation, c'est pour la fin mars''    CNAS : Les arrêts de travail ont coûté 16 milliards de DA    BECHAR : Arrestation de 2 dealers sur motocycle    LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISME : Plus de 8000 analphabètes recensés à Mostaganem    MAZAGRAN : Un berger découvert mort    Un citoyen arrêté par la police pour avoir réclamé ses droits à Batna    En bref…    CAN U-20 : Début du contrôle médical des joueurs    Cross-country à la mémoire de Abdou Seghouani demain à Bouchaoui    Boudebouz intéresse Bologne    Le hasard selon Amari    Mohamed Chafa Ouzzani Des œuvres flamboyantes    Amar Amarni, un artiste complet    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Le réseau électrique renforcé    USMA-NAHD (4-1) et CSC-CABBA (1-0)    «L'enquête achevée et le dossier transmis à la justice»    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie dans l'arène
10e festival du film de Dubaï
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2013

Avec une obstination sans faille, le cinéma algérien se montre dans les grands festivals, comme au 10e Festival de Dubaï, avec les longs
métrages de Hakkar Zahzah et d'autres courts métrages.
Un bataillon de cinéastes arabes est de retour au Festival du film de Dubaï pour relever le défi face à la machine de la fiction américaine. Le Festival de Dubaï est avant tout organisé cette année pour fêter son dixième anniversaire, une affaire arabe, avec des valeurs sûres comme Amor Hakkar, Abdenour Zahzah, Mohamed Malas, le cinéaste et écrivain syrien, Hany Abu Assad, le réalisateur palestinien qui a ouvert le festival avec son film Omar, déjà primé à Cannes. Et aussi Rachid Masharaoui, autre talentueux auteur palestinien, Jilali Farhati, cinéaste marocain essentiel qui ne quitte jamais Tanger où il tourne tous ses films, Laïla Marrakchi, jeune Marocaine, qui a fait courir des milliers de spectateurs avec son précédent film Marock qui sentait l'odeur du soufre, et bien d'autres cinéastes arabes du Liban et de la Jordanie...
Rythme très dense de projections, débats, conférences, stars sur le red carpet, le Festival de Dubaï s'annonçait dès le départ comme un grand moment de découvertes, un brillant feu d'artifice d'images.
Avec La Preuve, une délicate histoire sur le thème de la virilité, le fait d'avouer publiquement ou non son impuissance, Amor Hakkar est sur la ligne de départ pour le grand prix (Muhr Award) du Festival de Dubaï. Amor Hakkar s'adonne seul à un travail d'écriture et de mise en scène d'une grande exigence et finit par être sélectionné dans les grands festivals, Locarno, Sundance, Dubaï. Zahzah, de son côté, est en concours dans la section documentaires. Mohamed Malas s'investit beat, comme beaucoup et à tous les stades de la réalisation de ses films. Après le singulier plaisir laissé sur les traces de ses précédents opus, Passion et surtout Ahlam Al Madina (les rêves de la ville), Malas a réussi à concilier fiction et écriture poétique dans son nouveau film intitulé Soullam Ila Dimashq (échelle pour Damas) tourné dans le rude contexte actuel de la situation en Syrie. Soullam Ila Dimashq est un docu-fiction avec des moments de cinéma fantastique et imaginaire.
Dans une belle et vieille demeure du centre-ville de Damas, douze jeunes gens venus de toute la Syrie louent des chambres, comme étudiants ou jeunes employés, quand soudain l'insurrection éclate. C'est un huis clos, un regard sur le passé syrien, sur les années de dictature. C'est une œuvre très réussie, habilement mise en scène. Fortes images à l'appui, Rachid Masharawi revient à Dubaï, après le succès de Laïla Birthday (2007) avec Palestine Stéréo, une chronique décapante de la vie palestinienne, avec de bons acteurs et de grandes envolées d'humour. Désirant émigrer au Canada, deux frères, Sami et Milad (Stéréo), la trentaine, essayent de gagner l'argent du voyage. Ils louent du matériel stéréo et vont jouer dans les mariages. Sans clichés, c'est la vie quotidienne en Palestine avec ses perspectives multiples, complexes, drôles et difficiles à la fois.
Dans Les Secrets de l'oreiller, Jilali Farhati filme le portrait d'une jeune Marocaine qui découvre à la mort de sa mère que celle-ci était une prostituée. Une dure révélation qui lui tombe sur la tête. Toute une vie inavouable, cachée soigneusement et soudain révélée au grand jour. Film noir, particulièrement dramatique dans la lignée d'orgueil et de désespoir qui marque le quotidien de la vie au Maghreb. Cherien Dabis, jeune cinéaste jordano-américaine, est aussi en compétition avec son nouveau film May in the summer. L'héroine retourne chaque été de New York à Amman dans sa famille. Cette fois-ci, c'est la veille de son mariage. Drôle et parfois pathétique chronique urbaine dans la haute société jordanienne, un monde entre deux : la Jordanie et l'Amérique. Il faut encore signaler dans ce bon bouquet de fictions arabes les films du Libanais Mahmoud Hojeij, une première tentative dans le long métrage fiction : Stable, Instable qui se passe à Beyrouth, durant la dernière année de la guerre civile, sept personnages au total à la recherche d'eux-mêmes...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.