L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Des peines allant jusqu'à 20 ans de prison ferme requises à l'encontre d'anciens responsables et hommes d'affaires pour corruption    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Tribunal de Sidi M'hamed: audition de la partie civile dans le dossier de l'homme d'affaires Hassan Arbaoui    Tayeb Bouzid appelle à l'élaboration d'une stratégie nationale pour faire face aux défis du numérique    Les opérateurs affichent leur inquiétude    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    Le vote à l'étranger et la clôture de la campagne électorale dominent les colonnes de la presse nationale    Velud : "L'arbitrage est le mal du football africain"    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Comment perdre la cellulite au niveau du ventre    L'insécurité, maître mot des lieux    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019 et l'examen des préparatifs de la saison 2020    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Skikda, Tlemcen et Oum El Bouaghi: Marches de soutien au scrutin du 12 décembre    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Premier débat télévisé entre candidats à la présidentielle: Des réformes urgentes pour dépasser la situation difficile    Les médias étrangers scrutent l'Algérie    Programme du 21e jour de la campagne électorale    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    Petrole : La Libye va maintenir sa production autour de 1,25 million de barils par jour    Les femmes plus touchées que les hommes    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    Incendie du centre d'entraînement Flamengo condamné à indemniser les familles des victimes    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    Projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays Un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Concurrence déloyale et insuffisances
TRANSPORTS PUBLIC ET PRIVE
Publié dans El Watan le 13 - 09 - 2004

La concurrence malhonnête fait rage à la place du 1er Mai. Les transporteurs privés en charge des liaisons vers Birkhadem et Ben Aknoun, pour ne citer que ceux-là, foulent « au pied des quais » les règles de bienséance. Ces transporteurs ne se suffisent plus du taux de remplissage effectué dans la plupart des cas au-dessus de la moyenne en charge au niveau de la station de Aïssat Idir, qui leur est affectée.
Ils poussent maintenant l'effronterie jusqu'à marquer une seconde fois un arrêt qui dure plus de vingt minutes à proximité de la station urbaine El Mokrani, réservée pourtant exclusivement à l'Etusa. « Le personnel au sol » de l'Etusa est soumis, désarmé, à cette rivalité déloyale. « L'arrêt est fictif. Il est créé de toutes pièces par les transporteurs privés par la force de l'habitude. Ils prennent la poudre d'escampette dès qu'une patrouille de police montre le nez. En plus, ils s'arrêtent hors de l'enceinte de la station. Le moindre reproche est souvent sujet à bagarre », nous confie un contrôleur. En effet, ces transporteurs privés redoublent de malice et jouent à longueur de journée au jeu harassant du chat et de la souris avec les forces de l'ordre. Ils viennent empiéter ainsi sur les plates-bandes du transporteur historique pour lui couper littéralement l'herbe sous le pied. « Si certains usagers se laissent prendre au jeu, d'autres en revanche, notamment nos clients habitués sur nos lignes, continuent de nous faire confiance et font la sourde oreille aux receveurs qui excellent dans la criée », ajoute cet employé. A côté de ces démonstrations de force, certains automobilistes, dont le plus souvent des chauffeurs de taxi, échappent à la vigilance des contrôleurs et foncent à toute allure dans les allées de la station afin de rallier l'avenue Mohamed Belouizdad. « Ces pratiques inconvenantes s'effectuent au mépris de l'interdit et de la sécurité des usagers », nous confie notre interlocuteur. Les signaux de fréquentation des bus ciel et blanc sont au vert et la notion de service public reprend peu à peu des couleurs. La raison est toute simple, a-t-on appris de ce passager : « Le parc de l'Etusa flambant neuf offre toutes les conditions de sécurité et de confort aux voyageurs longtemps sevrés de ces deux qualités par les transporteurs privés. » Ce n'est pas trop tôt, même s'il subsiste quelques imperfections et dont la plus importante réside essentiellement dans l'amélioration de la carte horaire. Le citoyen, longtemps malmené dans les bus privés, poussifs et repoussants de saleté, est séduit par les prestations de service de l'Etusa. Seulement le terminus, œuvre de l'organisme Egctu, révèle en revanche un manque criant en bancs publics et de lieux d'aisances. L'épuisement se fait sentir dans la posture debout et la clientèle n'a pas d'autre choix que de s'asseoir sur une publication à même le trottoir. L'aménagement d'une station de transport urbain doit répondre au préalable à des conditions contenues dans un cahier des charges. L'avis de l'opérateur de transport public est requis, afin de pallier ce déficit et d'offrir par la même occasion toutes les commodités nécessaires à une station digne du statut de la capitale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.