BRAS DE FER ENTRE OUYAHIA ET TAYEB LOUH : Le RND réplique ‘'dangereusement'' à la polémique    PRESIDENTIELLE 2019 : L'alliance présidentielle réitère son appui au Président    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un dangereux terroriste abattu à Mila    PRIX DES FRUITS A MOSTAGANEM : La ‘'Clémentine'' toujours à 300 dinars le kg    LUTTE CONTRE L'IMMIGRATION CLANDESTINE : 37.000 migrants subsahariens rapatriés en 4 ans    CELEBRATION DU ‘'MAWLID ENNABAOUI'' A MOSTAGANEM : La mosquée ‘'Amr Ibn El Ass '' abrite les festivités    El Mouloud, fête religieuse ou désagréments ?    La marche de Béjaïa violemment réprimée    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    Installation de la nouvelle chef de daïra    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    Dhouibi dément tout changement de cap    Trois terroristes abattus à Benihemidane    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    24 heures    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Entre réforme set continuité    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Hakim Abbaci
Disparition

Un grand astiste plasticien vient de nous quitter brutalement en cette fin d'année 2013 dans la plus grande discrétion. Ainsi disparaissent nos artistes les uns après les autres dans l'indifférence la plus totale.
Né à Amizour, dans la wilaya de Béjaïa il y a un peu plus de cinquante ans, Hakim Abbaci est un artiste diplômé de l'Ecole des beaux-arts, auteur de plusieurs œuvres et qui compte de nombreuses expositions en Algérie, mais aussi à l'étranger, essentiellement en Italie. Il a étudié la peinture à l'Académie des beaux-arts de Rome et est titulaire d'un master en conservation du patrimoine de l'Institut d'art et de restauration de Florence. Pour l'artiste-peintre Hakim Abbaci, l'expression plastique passe par «le geste, la spontanéité et le recours à la matière».
En effet, en tant que «peintre informel», ayant recours à la spontanéité comme vecteur créateur, c'est le subconscient, indique-t-il, qui dirige le pinceau.
«Ma peinture revendique une appartenance identitaire que je veux rendre universelle», déclare l'artiste (journal L'Expression du 30/10/2001). Je connaissais Hakim Abbaci de réputation, mais c'est en 2008 que j'ai eu le plaisir et le privilège de faire sa connaissance alors que j'étais chef du département des classes préparatoires intégrées à l'EPAU et que je recherchais des enseignants de l'Ecole des beaux-arts pour prendre en charge l'enseignement de la matière dessin et arts graphiques, nouvellement introduite dans le cursus des enseignements à l'occasion de la réforme.
C'était un homme discret et réservé, d'une grande modestie, comme le sont généralement les artistes (les vrais bien sûr), courtois et affable, curieux de la vie et du monde, ouvert d'esprit et doté d'une sensibilité à fleur de peau qui transparaissait d'ailleurs dans son regard… Je me rappelle de sa silhouette longiligne qu'il promenait régulièrement les mercredis après-midi à travers les allées de l'EPAU, ainsi que de nos échanges aux abords de la cafétéria, en compagnie de ses complices de l'Ensba : Fateh Chergou et Akli Madoune.
Son intérêt pour l'enseignement de l'architecture était tel qu'il caressait l'espoir de rejoindre un jour l'EPAU en tant qu'enseignant permanent, mais hélas le destin ne lui a pas laissé le temps de réaliser son projet. Adieu Hakim, repose en paix, tu nous manqueras beaucoup mais tu manqueras surtout à tes étudiants que tu quittes en plein milieu d'année et que tu laisses orphelins de ton savoir et de ton talent. Adieu l'artiste, nous ne manquerons pas de te rejoindre un jour…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.