Le clan Tliba en perte de vitesse    Présidentielle : il y aura de l'ambiance !    Les experts pointent les insuffisances et contraintes du secteur    Les parlementaires s'y intéressent    Le Front Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Plus de Prozac dans la soupe, peut-être ?    Que de derbies !    Une finale avant la lettre entre les plus titrés    Le NAHD voit désormais grand    «Nous avons été poussés à la contestation»    Médecins, l'autre harga    Le photographe de presse Benhlima Abdelkrim porté disparu en mer    Au royaume des poètes arabes    Des écrivaines qui valent leur pesant de poudre    Vers la création d'un orchestre symphonique amazigh    Lutte contre la criminalité : Près de 40 kg de cannabis saisis en décembre dernier    Présidence tournante en Union européenne: La Roumanie veut une Europe de cohésion    L'opposition piégée ?    Tizi Ouzou: Un homme tué par le monoxyde de carbone    Urgences du CHUO: Près de 14.000 consultations et 1.900 admissions en 1 mois    Saisie de 100 kilos de kif    EN - En prévision de la CAN-2019: Belmadi dégrossit la liste élargie de 45 joueurs    Fin du suspense mais un emballement politique relatif    Extension du port de Skikda: Sonatrach signe un contrat avec les Chinois    Le rêve et la chaloupe    Victoire de Ouarghi de l'OFAC    Le GS Pétroliers évoluera dans le groupe D    Italie: Déception et colère après la sanction maintenue contre Koulibaly    Salon national de l'emploi et de la formation La 13ème édition du 29 au 31 janvier à Alger    Forum économique de Davos : Messahel représente le président de la République    Journal officiel : La date du 18 janvier décrétée Journée nationale de la commune    Renault : Une semaine décisive pour l'après-Ghosn    Madagascar : Andry Rajoelina s'engage à rattraper dans cinq ans le retard du développement du pays    Guerre commerciale : Les USA veulent des contrôles réguliers du commerce chinois    Nomination des magistrats et prérogatives pour la HIISE    En attendant les 1ères Assises nationales sur l'économie circulaire : Le volume des déchets en Algérie peut créer 100 000 postes d'emploi    L'économie administrée est en échec    Bourses : Wall Street se réjouit de la montée en flèche des actions des compagnies américaines    Transfert des eaux de Beni-Ounif vers cinq communes (Bechar) : Le projet hydraulique sera réceptionné et mis en service en avril prochain    La fédération satisfaite de la participation algérienne    Film Juba II : Faire connaitre l'Histoire profonde de l'Algérie    Bedoui lance le débat    Raids aériens massifs de la Coalition arabe contre les Houthis    GMI livre 50 bus scolaires Au profitdes collectivités locales    Cinq partis politiques et six personnalités procèdent au retrait des formulaires de candidature    Les chrétiens sont "très persécutés" en Algérie    Avant-première du documentaire «Juba II»    Plusieurs réserves levées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Hakim Abbaci
Disparition

Un grand astiste plasticien vient de nous quitter brutalement en cette fin d'année 2013 dans la plus grande discrétion. Ainsi disparaissent nos artistes les uns après les autres dans l'indifférence la plus totale.
Né à Amizour, dans la wilaya de Béjaïa il y a un peu plus de cinquante ans, Hakim Abbaci est un artiste diplômé de l'Ecole des beaux-arts, auteur de plusieurs œuvres et qui compte de nombreuses expositions en Algérie, mais aussi à l'étranger, essentiellement en Italie. Il a étudié la peinture à l'Académie des beaux-arts de Rome et est titulaire d'un master en conservation du patrimoine de l'Institut d'art et de restauration de Florence. Pour l'artiste-peintre Hakim Abbaci, l'expression plastique passe par «le geste, la spontanéité et le recours à la matière».
En effet, en tant que «peintre informel», ayant recours à la spontanéité comme vecteur créateur, c'est le subconscient, indique-t-il, qui dirige le pinceau.
«Ma peinture revendique une appartenance identitaire que je veux rendre universelle», déclare l'artiste (journal L'Expression du 30/10/2001). Je connaissais Hakim Abbaci de réputation, mais c'est en 2008 que j'ai eu le plaisir et le privilège de faire sa connaissance alors que j'étais chef du département des classes préparatoires intégrées à l'EPAU et que je recherchais des enseignants de l'Ecole des beaux-arts pour prendre en charge l'enseignement de la matière dessin et arts graphiques, nouvellement introduite dans le cursus des enseignements à l'occasion de la réforme.
C'était un homme discret et réservé, d'une grande modestie, comme le sont généralement les artistes (les vrais bien sûr), courtois et affable, curieux de la vie et du monde, ouvert d'esprit et doté d'une sensibilité à fleur de peau qui transparaissait d'ailleurs dans son regard… Je me rappelle de sa silhouette longiligne qu'il promenait régulièrement les mercredis après-midi à travers les allées de l'EPAU, ainsi que de nos échanges aux abords de la cafétéria, en compagnie de ses complices de l'Ensba : Fateh Chergou et Akli Madoune.
Son intérêt pour l'enseignement de l'architecture était tel qu'il caressait l'espoir de rejoindre un jour l'EPAU en tant qu'enseignant permanent, mais hélas le destin ne lui a pas laissé le temps de réaliser son projet. Adieu Hakim, repose en paix, tu nous manqueras beaucoup mais tu manqueras surtout à tes étudiants que tu quittes en plein milieu d'année et que tu laisses orphelins de ton savoir et de ton talent. Adieu l'artiste, nous ne manquerons pas de te rejoindre un jour…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.