Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'imam et le citoyen !
Contributions : les autres articles
Publié dans El Watan le 08 - 03 - 2014

Le décret n°13-377 publié dans le Journal Officiel (n°58) du 18/11/2013, portant sur le statut de la mosquée, vient de passer comme une lettre à la poste sans susciter de débats, à part quelques titres dans la presse francophone.
Ainsi, la mosquée n'est plus uniquement un lieu de culte religieux, mais «elle est (en plus) une institution religieuse et sociale qui assure une mission de service public. Elle a pour objectif de promouvoir les valeurs de la religion musulmane» (Art.2). De plus, ses fonctions se sont élargies «dans la vie spirituelle, éducative, scientifique, culturelle et sociale de la vie de la Oumma» (Art. 4). Pis, l'article 9 qui réglemente la fonction sociale de la mosquée, «qui consiste notamment : au règlement des différends entre les citoyens ; au développement du sens civique, de l'esprit citoyen et de la solidarité sociale», est en contradiction avec la Constitution algérienne. Ceci dit, la mosquée selon ce décret peut subordonner la mairie (APC), la justice, les services sociaux, l'école, etc. Doit-on s'alarmer ou se féliciter de cette évolution ? Un homme politique algérien a vu juste quand il déclara (en 2012) dans un colloque : «Quand les islamistes seront au pouvoir, ils vont chômer, car tout a été déjà fait par leurs prédécesseurs !».
Effectivement, à ce rythme, les confusions entre le religieux (croyant) et le politique (citoyen) se confirment. L'actuel gouvernement veut-il se déresponsabiliser du social et de l'éducatif ? Où l'utilise-t-il comme une stratégie pour contrôler un éventuel soulèvement ou protestation populaire où les imams vont jouer le rôle des pompiers et d'intermédiaires ? Elargir les pouvoirs de l'imam s'arrêtera-t-il un jour au social et à l'éducatif où au politique ?
La mosquée pourrait-elle jouer un rôle dans l'éducation civique sans un dogme religieux qui est légitime de sa part ? La mosquée pourrait-elle jouer un rôle pour régler les différends entre les citoyens, si un des citoyens n'est pas croyant ou d'une autre confession (à moins que l'esprit du législateur parte du principe que tous les Algériens sont de la même religion) ? Imaginons qu'un couple a uniquement des filles, et par précaution a fait donation de ses biens à sa fille ; une fois décédés, les autres membres de la famille réclament leur «droit religieux d'héritage» ! Est-ce que l'imam, dans ce cas précis, va juger selon la loi divine ou selon la loi de la République ? C'est un exemple parmi tant d'autres ! L'école, qui est le temple de la nation, se voit vidée de ses prérogatives sociales, éducatives et civiques. Nous savons déjà que certaines mosquées remplissent le vide qui existe dans le pré-scolaire, où des familles désorientées confient leurs enfants (entre 4 et 5 ans) aux imams, sans aucune pédagogie d'enseignement, ni de connaissances sur la psychologie de l'enfant, ni un environnement propice pour une scolarisation adéquate.
Cependant, ces jeunes enfants, dès leur première enfance, sont livrés à une dogmatisation sans aucun contrôle institutionnel, et à une religiosité loin de nos traditions cultuelles et culturelles. On ne devrait pas s'étonner devant un tel phénomène et se demander pourquoi la société plonge dans des circuits d'intolérance, d'incivilité et d'une violence interminable !
Ceci dit, ce décret confirme que le gouvernement veut se désengager des maux qui l'atteignent, au lieu de trouver les remèdes et de renforcer l'Etat de droit et surtout inculquer les valeurs civiques et citoyennes par les institutions de la République, il les cède à l'institution religieuse. De plus, l'Etat affiche son impuissance à faire face aux problèmes qui gangrènent la société algérienne. Après avoir fragilisé les institutions de l'Etat, de la justice à l'éducation, en passant par la fonction publique, etc., maintenant on vide la substance de la République, c'est-à-dire les valeurs citoyennes et républicaines et nous nous éloignons de plus en plus de la sécularisation des institutions de l'Etat...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.