LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'imam et le citoyen !
Contributions : les autres articles
Publié dans El Watan le 08 - 03 - 2014

Le décret n°13-377 publié dans le Journal Officiel (n°58) du 18/11/2013, portant sur le statut de la mosquée, vient de passer comme une lettre à la poste sans susciter de débats, à part quelques titres dans la presse francophone.
Ainsi, la mosquée n'est plus uniquement un lieu de culte religieux, mais «elle est (en plus) une institution religieuse et sociale qui assure une mission de service public. Elle a pour objectif de promouvoir les valeurs de la religion musulmane» (Art.2). De plus, ses fonctions se sont élargies «dans la vie spirituelle, éducative, scientifique, culturelle et sociale de la vie de la Oumma» (Art. 4). Pis, l'article 9 qui réglemente la fonction sociale de la mosquée, «qui consiste notamment : au règlement des différends entre les citoyens ; au développement du sens civique, de l'esprit citoyen et de la solidarité sociale», est en contradiction avec la Constitution algérienne. Ceci dit, la mosquée selon ce décret peut subordonner la mairie (APC), la justice, les services sociaux, l'école, etc. Doit-on s'alarmer ou se féliciter de cette évolution ? Un homme politique algérien a vu juste quand il déclara (en 2012) dans un colloque : «Quand les islamistes seront au pouvoir, ils vont chômer, car tout a été déjà fait par leurs prédécesseurs !».
Effectivement, à ce rythme, les confusions entre le religieux (croyant) et le politique (citoyen) se confirment. L'actuel gouvernement veut-il se déresponsabiliser du social et de l'éducatif ? Où l'utilise-t-il comme une stratégie pour contrôler un éventuel soulèvement ou protestation populaire où les imams vont jouer le rôle des pompiers et d'intermédiaires ? Elargir les pouvoirs de l'imam s'arrêtera-t-il un jour au social et à l'éducatif où au politique ?
La mosquée pourrait-elle jouer un rôle dans l'éducation civique sans un dogme religieux qui est légitime de sa part ? La mosquée pourrait-elle jouer un rôle pour régler les différends entre les citoyens, si un des citoyens n'est pas croyant ou d'une autre confession (à moins que l'esprit du législateur parte du principe que tous les Algériens sont de la même religion) ? Imaginons qu'un couple a uniquement des filles, et par précaution a fait donation de ses biens à sa fille ; une fois décédés, les autres membres de la famille réclament leur «droit religieux d'héritage» ! Est-ce que l'imam, dans ce cas précis, va juger selon la loi divine ou selon la loi de la République ? C'est un exemple parmi tant d'autres ! L'école, qui est le temple de la nation, se voit vidée de ses prérogatives sociales, éducatives et civiques. Nous savons déjà que certaines mosquées remplissent le vide qui existe dans le pré-scolaire, où des familles désorientées confient leurs enfants (entre 4 et 5 ans) aux imams, sans aucune pédagogie d'enseignement, ni de connaissances sur la psychologie de l'enfant, ni un environnement propice pour une scolarisation adéquate.
Cependant, ces jeunes enfants, dès leur première enfance, sont livrés à une dogmatisation sans aucun contrôle institutionnel, et à une religiosité loin de nos traditions cultuelles et culturelles. On ne devrait pas s'étonner devant un tel phénomène et se demander pourquoi la société plonge dans des circuits d'intolérance, d'incivilité et d'une violence interminable !
Ceci dit, ce décret confirme que le gouvernement veut se désengager des maux qui l'atteignent, au lieu de trouver les remèdes et de renforcer l'Etat de droit et surtout inculquer les valeurs civiques et citoyennes par les institutions de la République, il les cède à l'institution religieuse. De plus, l'Etat affiche son impuissance à faire face aux problèmes qui gangrènent la société algérienne. Après avoir fragilisé les institutions de l'Etat, de la justice à l'éducation, en passant par la fonction publique, etc., maintenant on vide la substance de la République, c'est-à-dire les valeurs citoyennes et républicaines et nous nous éloignons de plus en plus de la sécularisation des institutions de l'Etat...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.