Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Ramadhan: Algérie Poste a assuré une disponibilité du réseau postal de l'ordre de 97.3%    Documentaire-Hirak: le W.Times avait prédit une riposte de médias dérangés par la démarche du président    Vers le retour des cadres et militants exclus    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Oran : Des décisions pour relancer le secteur du logement    8 décès et 137 nouveaux cas en 24 heures    Un plan pour Souk Ahras    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    Valse des entraîneurs: La Tunisie et l'Algérie sur le podium !    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Levée de confinement: Le début de la fin ?    Deux trafiquants de kif et psychotropes sous les verrous    Confinement: Les commerçants appellent à l'allégement des mesures    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une statue pour le Lion du Djurdjura
55e anniversaire de la mort du colonel amirouche
Publié dans El Watan le 30 - 03 - 2014

Une statue à l'effigie du colonel Amirouche Aït Hammouda a été inaugurée, hier dans la daïra de Beni Yenni (à 30 km au sud-est de Tizi Ouzou), à l'occasion de la commémoration du 55e anniversaire de sa mort.
La cérémonie a été organisée par les comités des villages Tassaft Ouguemoun et Aït Eurbah, relevant de la commune d'Iboudraren, et l'Organisation des moudjahidine de la wilaya de Tizi Ouzou. L'inauguration de la statue a été marquée par la présence de milliers de citoyens venus de divers horizons de la région, des représentants de la famille révolutionnaire, du wali, des autorités locales, de Nordine Aït Hamouda (fils du colonel Amirouche), des compagnons d'armes du héros, de personnalités politiques, dont le docteur Saïd Sadi, auteur du livre Amirouche, une vie, deux morts, un testament. A l'occasion, une gerbe de fleurs a été déposée au carré des Martyrs, au village Tassaft Ouguemoun, à 2 km du lieu de l'implantation de cette stèle, une œuvre artistique de près de 4 mètres de hauteur réalisée par un artiste italien. Une procession humaine qui s'étendait jusqu'aux hauteurs de ce village a pris part à ce recueillement.
La commémoration a été ponctuée par un rassemblement autour de la statue du Colonel. Une couronne de fleurs au nom de tous les villageois a été déposée à son piédestal. La coordination de Larbâa n'Ath Iraten de l'Union nationale des fils de chouhada, conduite par des dizaines de citoyennes et citoyens munis d'une banderole sur laquelle on pouvait lire «Gloire à nos valeureux martyrs» et de l'emblème national, s'est jointe au rassemblement. Sur cette placette mémorielle, d'anciens maquisards ont témoigné du courage, de la bravoure et de la grandeur du commandant de la Wilaya III historique. «L'esprit rassembleur du colonel Amirouche a fait que la présence des citoyens est massive aujourd'hui», dira un ancien maquisard. «Enfin une statue pour Amirouche ! Cela va permettre aux générations futures de sacraliser sa mémoire», clamera un jeune.
Ce rendez-vous avec l'histoire et la mémoire du Colonel a été ponctué par une exposition du livre de Saïd Sadi, consacré à la vie, au combat, aux conditions de l'assassinat du Colonel, mort au combat au sud de Bou Saâda le 29 mars 1959 et de la séquestration de sa dépouille et de celle du colonel Si El Haouès, au lendemain de l'indépendance. Dans l'après-midi de cette journée commémorative, une exposition relatant le parcours combattant du martyr a été organisée au Musée du moudjahid de Tizi Ouzou. Une conférence, animée par Nordine Aït Hamouda, Saïd Sadi, Aït Ahmed Si Ouali (secrétaire du PC de l'ex-Wilaya III) et de Mahdi Cherif (officier de l'ALN et de l'ANP à la retraite), a été ensuite tenue dans le théâtre de ce musée.
«Seul Amirouche savait rassembler jeunes et anciens, un demi-siècle après la libération du pays. Il sait se conduire avec le peuple, les villageois…», dira dans son témoignage Aït Ahmed Si Ouali. L'intervention de Mahdi Cherif a porté sur les péripéties qui ont marqué la séquestration et l'exhumation des dépouilles des deux colonels, sous le régime de Boumediène. Prenant la parole, Saïd Sadi a axé son intervention sur le thème «Combat d'Amirouche, racines et résonances». «Nous cherchons la vérité, celle qui bâtit les pays. Aucun pays ne s'est construit sur la base du mensonge. Il ne faut absolument rien cacher sur l'histoire…». «Plus on accable cet homme, plus il y a la mémoire populaire qui est là pour le protéger», a-t-il dit devant l'assistance qui l'applaudissait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.