APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Projets d'infrastructures sportives en souffrance à Alger    CAN 2019, Groupe C Algérie 2 - Kenya 0 : Débuts réussis pour la sélection algérienne    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Création d'une commission spécialisée en vue des JM-2021    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Côte d'Ivoire : Scandale des 18.000 tonnes de riz avarié importé de Birmanie    Secteur de l'hydraulique à Mostaganem : Une enveloppe de 5,5 milliards DA pour financer cinq projets    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs, les priorités    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    La nécessaire diversification énergétique    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    Le Sénat examine le dossier Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    Les Algériens suffoquent !    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    ALGERIE TELECOM : L'ex-PDG devant le procureur jeudi prochain    ACCUSES D'ENGENDRER DE GRAVES DOMMAGES POUR LE PARTI : Ould Abbes et Bouchareb indésirables au FLN    REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Premiers incidents post-congrès    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une statue pour le Lion du Djurdjura
55e anniversaire de la mort du colonel amirouche
Publié dans El Watan le 30 - 03 - 2014

Une statue à l'effigie du colonel Amirouche Aït Hammouda a été inaugurée, hier dans la daïra de Beni Yenni (à 30 km au sud-est de Tizi Ouzou), à l'occasion de la commémoration du 55e anniversaire de sa mort.
La cérémonie a été organisée par les comités des villages Tassaft Ouguemoun et Aït Eurbah, relevant de la commune d'Iboudraren, et l'Organisation des moudjahidine de la wilaya de Tizi Ouzou. L'inauguration de la statue a été marquée par la présence de milliers de citoyens venus de divers horizons de la région, des représentants de la famille révolutionnaire, du wali, des autorités locales, de Nordine Aït Hamouda (fils du colonel Amirouche), des compagnons d'armes du héros, de personnalités politiques, dont le docteur Saïd Sadi, auteur du livre Amirouche, une vie, deux morts, un testament. A l'occasion, une gerbe de fleurs a été déposée au carré des Martyrs, au village Tassaft Ouguemoun, à 2 km du lieu de l'implantation de cette stèle, une œuvre artistique de près de 4 mètres de hauteur réalisée par un artiste italien. Une procession humaine qui s'étendait jusqu'aux hauteurs de ce village a pris part à ce recueillement.
La commémoration a été ponctuée par un rassemblement autour de la statue du Colonel. Une couronne de fleurs au nom de tous les villageois a été déposée à son piédestal. La coordination de Larbâa n'Ath Iraten de l'Union nationale des fils de chouhada, conduite par des dizaines de citoyennes et citoyens munis d'une banderole sur laquelle on pouvait lire «Gloire à nos valeureux martyrs» et de l'emblème national, s'est jointe au rassemblement. Sur cette placette mémorielle, d'anciens maquisards ont témoigné du courage, de la bravoure et de la grandeur du commandant de la Wilaya III historique. «L'esprit rassembleur du colonel Amirouche a fait que la présence des citoyens est massive aujourd'hui», dira un ancien maquisard. «Enfin une statue pour Amirouche ! Cela va permettre aux générations futures de sacraliser sa mémoire», clamera un jeune.
Ce rendez-vous avec l'histoire et la mémoire du Colonel a été ponctué par une exposition du livre de Saïd Sadi, consacré à la vie, au combat, aux conditions de l'assassinat du Colonel, mort au combat au sud de Bou Saâda le 29 mars 1959 et de la séquestration de sa dépouille et de celle du colonel Si El Haouès, au lendemain de l'indépendance. Dans l'après-midi de cette journée commémorative, une exposition relatant le parcours combattant du martyr a été organisée au Musée du moudjahid de Tizi Ouzou. Une conférence, animée par Nordine Aït Hamouda, Saïd Sadi, Aït Ahmed Si Ouali (secrétaire du PC de l'ex-Wilaya III) et de Mahdi Cherif (officier de l'ALN et de l'ANP à la retraite), a été ensuite tenue dans le théâtre de ce musée.
«Seul Amirouche savait rassembler jeunes et anciens, un demi-siècle après la libération du pays. Il sait se conduire avec le peuple, les villageois…», dira dans son témoignage Aït Ahmed Si Ouali. L'intervention de Mahdi Cherif a porté sur les péripéties qui ont marqué la séquestration et l'exhumation des dépouilles des deux colonels, sous le régime de Boumediène. Prenant la parole, Saïd Sadi a axé son intervention sur le thème «Combat d'Amirouche, racines et résonances». «Nous cherchons la vérité, celle qui bâtit les pays. Aucun pays ne s'est construit sur la base du mensonge. Il ne faut absolument rien cacher sur l'histoire…». «Plus on accable cet homme, plus il y a la mémoire populaire qui est là pour le protéger», a-t-il dit devant l'assistance qui l'applaudissait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.