L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe au festival d'El Gouna en Egypte    Le Comité belge exprime son plein soutien aux manifestants à El Guerguerat    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Référendum: début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Un objectif d'un million de tonnes à l'exportation    30 nouveaux notaires prêtent serment    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    West Ham : Benrahma pourrait faire ses débuts ce dimanche face à Liverpool    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Les islamistes reviennent à la charge    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    7 décès et 319 nouveaux cas    Le constat amer du PLD    Ce qui risque de plomber le référendum    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Une chaîne TV dédiée à l'histoire, sans budget    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Témouchent : La régression de la vitiviniculture est consommée
Actu Ouest : les autres articles
Publié dans El Watan le 18 - 08 - 2014

L'Etat s'est désengagé sans raison économique, ce qui a entraîné des arrachages massifs et fait chuter la production au point que l'importation de vin s'est imposée alors que précédemment l'on était en phase de gagner des parts de marchés à l'export.
La régression de la vitiviniculture à Témouchent est désormais consommée. En effet, les vendanges qui vont débuter dans les jours qui viennent vont être marquées par le recours non plus exclusivement, comme jusque-là, au raisin de cuve dans l'élaboration des vins. En effet, les transformateurs vont leur additionner du raisin tout-venant, c'est-à-dire du raisin de table qui ne trouvera pas de débouché sur le marché en frais.
C'est le tribut qui sera payé à la réduction drastique du vignoble, tombé en surface plus bas que durant les années où le terrorisme avait interdit cette spéculation, sous peine de mort pour les contrevenants. Après la décennie de la tragédie, les superficies avaient augmenté à hauteur officiellement de 24 000 ha grâce à un soutien étatique. L'on ambitionnait, du côté des pouvoirs publics, d'atteindre les 60 000 ha qui existaient à l'indépendance. Puis, au cours des années 2000, brusque et inexpliqué retournement, l'Etat s'est désengagé sans raison économique, ce qui a entraîné des arrachages massifs et fait chuter la production au point que l'importation de vin s'est imposée alors que précédemment l'on était en phase de gagner des parts de marchés à l'export.
Selon les professionnels, le vignoble de cuve à Témouchent se situe actuellement dans une fourchette entre 5 000 et 6000 ha. En conséquence, avec le recours de raisins tout-venant, le vin algérien va perdre encore davantage de terrain sur le marché local par rapport à celui d'importation. Safi Boumediene, le gestionnaire de la coopérative viticole (VITICOOP) estime que la récolte va tourner autour de 200 000 q, soit 30% de moins que l'année passée. Il indique que le stress hydrique qui a sévi en mars/avril et le sirocco qui a soufflé la semaine écoulée y sont pour quelque chose.
Mais, tempère-t-il, ces deux accidents climatiques concerneront seulement la moitié du vignoble, celle qui n'a pas bénéficié de travaux agricoles adéquats comme les labours profonds en automne pour engranger le maximum de pluie : «Ainsi, on va avoir des superficies qui vont donner du 80 q à l'hectare alors que d'autres vont afficher 20 à 25 q/ha». A cet égard, les agriculteurs qui ont arraché la vigne pour la replanter en céréales, en raison de l'aide étatique plus que substantielle accordée à ces dernières au détriment du vignoble, vont se mordre les doigts, le vignoble résistant mieux à la sécheresse qui a ruiné cette année leurs champs.
Il reste cependant une inconnue relativement aux prix d'achat du vignoble. Par la voix de la VITICOOP, les viticulteurs espèrent arracher 5000 DA/q pour les variétés Grenache, Alicante Bouchet et Carignan contre 3800 et 4 200 accordés en 2013. Pour les raisins double-fin (Cinsault et Merseguerra), ils espèrent en tirer 4 500 DA alors que pour le tout-venant, ils se contenteraient de 3 000 DA. Néanmoins, comme il n'existe pas véritablement une profession organisée et qu'ils ne disposent d'aucun moyen de pression, ce seront les transformateurs qui fixeront à leur convenance les prix.
C'est L'ONCV, entreprise publique, qui va les déterminer comme d'habitude, bien qu'elle n'affiche la volonté de collecter que 70 000 q, soit près de 35% des quantités estimées disponibles. En effet, c'est sur les prix arrêtés par l'Office que les transformateurs privés s'alignent pour ne pas se faire dépasser par le jeu de la concurrence. GCO, le principal privé, affiche un appétit pour 70% de la récolte, ce qui ne laisserait rien aux autres privés.
Y aura-t-il enfin le frémissement d'une concurrence qui fournirait quelque satisfaction aux vignerons ? Pas certain ! En attendant, les pieds de cuve ont été lancés à El Amria, zone précoce. Les pieds de vigne ? Ce sont quelques quintaux de raisins qui sont en premier écrasés en cuve pour fermenter et constituer le ferment qui lancera immédiatement la fermentation des moûts de raisin que donneront les vendanges après le passage au pressoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.