Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les islamistes sanctionnés : La Tunisie montre la voie
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 28 - 10 - 2014

Béji Caïd Essebsi et Nidaa Tounes sont parvenus à détrôner Rached Ghannouchi et le parti islamiste Ennahdha de l'avant-garde du paysage politique en Tunisie, lors des élections législatives d'avant-hier, remportées haut la main par le parti de Béji, qui a obtenu autour de 85 sièges, alors qu'Ennahdha ne parviendrait pas à dépasser les 70 élus, selon les résultats partiels annoncés hier par l'Instance de surveillance des élections (ISIE).
Tunis
De notre correspondant
Les élections législatives du 26 octobre ont consacré la bipolarisation, déjà annoncée, de la scène politique, entre les sociaux-démocrates de Nidaa Tounes et les islamistes d'Ennahdha, qui ont obtenu, à eux seuls, les trois-quarts des 217 sièges du nouveau Parlement. Le parti de Béji Caïd Essebsi dépasse toutefois celui de Rached Ghannouchi d'une quinzaine de sièges au moins. L'Union populaire libre du milliardaire Slim Riahi est troisième avec 17 sièges, alors que le Front populaire de la figure emblématique de l'opposition, Hamma Hammami, arrive en 4e position avec 12 sièges.
Le parti des cols blancs, Afek Tounes, création de l'après-Ben Ali, arrive en cinquième place avec neuf sièges, alors que les autres partis n'ont obtenu que des miettes. Parmi ces partis, ignorés par les électeurs, il y a le Congrès pour la République du président Moncef Marzouki, Ettakattol du président de l'Assemblée nationale constituante, Tayar Al Mahabba de Hachemi Hamedi, Mustapha Ben Jaâfar et le parti Al Joumhouri de l'opposant Ahmed Néjib Chebbi. Ces quatre partis, dont les présidents sont candidats aux élections présidentielles, ont obtenu moins de 2% des suffrages et très peu de sièges. C'est dire l'étendue des dégâts causés par ce scrutin.
Fin d'un règne
En conséquence des résultats médiocres de Tayar Al Mahabba, Hachemi Hamedi a annoncé, depuis Londres, le retrait de sa candidature aux présidentielles. Chebbi, Marzouki et Ben Jaâfar en feront-ils de même ?
Alors que les islamistes croyaient prendre le pouvoir pour une longue échéance, le premier examen électoral leur a été fatal.
Pourtant, leur concurrent, Nidaa Tounes, ne s'est pas présenté dans son meilleur élément. En effet, il s'agit d'un nouveau parti, dont la cohésion est encore faible en raison de la multitude de ses composantes. Béji Caïd Essebsi a réuni des adeptes de Bourguiba, des syndicalistes, des gauchistes et des indépendants au sein de ce mouvement. Le choix des listes électorales a créé des tensions au sein de cette formation et plusieurs observateurs ont suspecté une implosion prochaine.
C'était sans compter sur la capacité de BCE à souder son parti autour de sa personnalité et ses slogans d'attachement à la patrie, son drapeau et ses institutions. Nidaa Tounes a fait du rétablissement de la sécurité et de l'autorité de l'Etat son cheval de bataille, dans une Tunisie où les citoyens ont soif de stabilité.
En face, Ennahdha perdait continuellement de sa notoriété en raison des échecs enregistrés pendant la gouvernance de la troïka.
L'islam politique n'est pas parvenu à satisfaire les attentes des citoyens qui ont dégagé Ben Ali pour l'obtention de meilleures conditions de subsistance, notamment dans l'arrière-pays. En face, Béji Caïd Essebsi se réclame de l'héritage de Bourguiba, le père fondateur de l'Etat tunisien. Entre Ghannouchi qui demande une nouvelle chance, et Bourguiba qui a fait ses preuves, les Tunisiens ont choisi. L'avenir ne se présente toutefois pas sous les meilleurs auspices pour Nidaa Tounes. La situation socioéconomique est très difficile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.