Tabbou, Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    Le Général de corps d'armée Chanegriha met en avant la symbolique d'organiser la cérémonie de remise de grades au Palais du Peuple    JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    Le schiste américain dans le rouge    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les islamistes sanctionnés : La Tunisie montre la voie
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 28 - 10 - 2014

Béji Caïd Essebsi et Nidaa Tounes sont parvenus à détrôner Rached Ghannouchi et le parti islamiste Ennahdha de l'avant-garde du paysage politique en Tunisie, lors des élections législatives d'avant-hier, remportées haut la main par le parti de Béji, qui a obtenu autour de 85 sièges, alors qu'Ennahdha ne parviendrait pas à dépasser les 70 élus, selon les résultats partiels annoncés hier par l'Instance de surveillance des élections (ISIE).
Tunis
De notre correspondant
Les élections législatives du 26 octobre ont consacré la bipolarisation, déjà annoncée, de la scène politique, entre les sociaux-démocrates de Nidaa Tounes et les islamistes d'Ennahdha, qui ont obtenu, à eux seuls, les trois-quarts des 217 sièges du nouveau Parlement. Le parti de Béji Caïd Essebsi dépasse toutefois celui de Rached Ghannouchi d'une quinzaine de sièges au moins. L'Union populaire libre du milliardaire Slim Riahi est troisième avec 17 sièges, alors que le Front populaire de la figure emblématique de l'opposition, Hamma Hammami, arrive en 4e position avec 12 sièges.
Le parti des cols blancs, Afek Tounes, création de l'après-Ben Ali, arrive en cinquième place avec neuf sièges, alors que les autres partis n'ont obtenu que des miettes. Parmi ces partis, ignorés par les électeurs, il y a le Congrès pour la République du président Moncef Marzouki, Ettakattol du président de l'Assemblée nationale constituante, Tayar Al Mahabba de Hachemi Hamedi, Mustapha Ben Jaâfar et le parti Al Joumhouri de l'opposant Ahmed Néjib Chebbi. Ces quatre partis, dont les présidents sont candidats aux élections présidentielles, ont obtenu moins de 2% des suffrages et très peu de sièges. C'est dire l'étendue des dégâts causés par ce scrutin.
Fin d'un règne
En conséquence des résultats médiocres de Tayar Al Mahabba, Hachemi Hamedi a annoncé, depuis Londres, le retrait de sa candidature aux présidentielles. Chebbi, Marzouki et Ben Jaâfar en feront-ils de même ?
Alors que les islamistes croyaient prendre le pouvoir pour une longue échéance, le premier examen électoral leur a été fatal.
Pourtant, leur concurrent, Nidaa Tounes, ne s'est pas présenté dans son meilleur élément. En effet, il s'agit d'un nouveau parti, dont la cohésion est encore faible en raison de la multitude de ses composantes. Béji Caïd Essebsi a réuni des adeptes de Bourguiba, des syndicalistes, des gauchistes et des indépendants au sein de ce mouvement. Le choix des listes électorales a créé des tensions au sein de cette formation et plusieurs observateurs ont suspecté une implosion prochaine.
C'était sans compter sur la capacité de BCE à souder son parti autour de sa personnalité et ses slogans d'attachement à la patrie, son drapeau et ses institutions. Nidaa Tounes a fait du rétablissement de la sécurité et de l'autorité de l'Etat son cheval de bataille, dans une Tunisie où les citoyens ont soif de stabilité.
En face, Ennahdha perdait continuellement de sa notoriété en raison des échecs enregistrés pendant la gouvernance de la troïka.
L'islam politique n'est pas parvenu à satisfaire les attentes des citoyens qui ont dégagé Ben Ali pour l'obtention de meilleures conditions de subsistance, notamment dans l'arrière-pays. En face, Béji Caïd Essebsi se réclame de l'héritage de Bourguiba, le père fondateur de l'Etat tunisien. Entre Ghannouchi qui demande une nouvelle chance, et Bourguiba qui a fait ses preuves, les Tunisiens ont choisi. L'avenir ne se présente toutefois pas sous les meilleurs auspices pour Nidaa Tounes. La situation socioéconomique est très difficile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.