Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Enquête    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Le projet discuté au conseil national fin janvier    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Prolongation de mandat    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    LA TRITURE    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les islamistes sanctionnés : La Tunisie montre la voie
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 28 - 10 - 2014

Béji Caïd Essebsi et Nidaa Tounes sont parvenus à détrôner Rached Ghannouchi et le parti islamiste Ennahdha de l'avant-garde du paysage politique en Tunisie, lors des élections législatives d'avant-hier, remportées haut la main par le parti de Béji, qui a obtenu autour de 85 sièges, alors qu'Ennahdha ne parviendrait pas à dépasser les 70 élus, selon les résultats partiels annoncés hier par l'Instance de surveillance des élections (ISIE).
Tunis
De notre correspondant
Les élections législatives du 26 octobre ont consacré la bipolarisation, déjà annoncée, de la scène politique, entre les sociaux-démocrates de Nidaa Tounes et les islamistes d'Ennahdha, qui ont obtenu, à eux seuls, les trois-quarts des 217 sièges du nouveau Parlement. Le parti de Béji Caïd Essebsi dépasse toutefois celui de Rached Ghannouchi d'une quinzaine de sièges au moins. L'Union populaire libre du milliardaire Slim Riahi est troisième avec 17 sièges, alors que le Front populaire de la figure emblématique de l'opposition, Hamma Hammami, arrive en 4e position avec 12 sièges.
Le parti des cols blancs, Afek Tounes, création de l'après-Ben Ali, arrive en cinquième place avec neuf sièges, alors que les autres partis n'ont obtenu que des miettes. Parmi ces partis, ignorés par les électeurs, il y a le Congrès pour la République du président Moncef Marzouki, Ettakattol du président de l'Assemblée nationale constituante, Tayar Al Mahabba de Hachemi Hamedi, Mustapha Ben Jaâfar et le parti Al Joumhouri de l'opposant Ahmed Néjib Chebbi. Ces quatre partis, dont les présidents sont candidats aux élections présidentielles, ont obtenu moins de 2% des suffrages et très peu de sièges. C'est dire l'étendue des dégâts causés par ce scrutin.
Fin d'un règne
En conséquence des résultats médiocres de Tayar Al Mahabba, Hachemi Hamedi a annoncé, depuis Londres, le retrait de sa candidature aux présidentielles. Chebbi, Marzouki et Ben Jaâfar en feront-ils de même ?
Alors que les islamistes croyaient prendre le pouvoir pour une longue échéance, le premier examen électoral leur a été fatal.
Pourtant, leur concurrent, Nidaa Tounes, ne s'est pas présenté dans son meilleur élément. En effet, il s'agit d'un nouveau parti, dont la cohésion est encore faible en raison de la multitude de ses composantes. Béji Caïd Essebsi a réuni des adeptes de Bourguiba, des syndicalistes, des gauchistes et des indépendants au sein de ce mouvement. Le choix des listes électorales a créé des tensions au sein de cette formation et plusieurs observateurs ont suspecté une implosion prochaine.
C'était sans compter sur la capacité de BCE à souder son parti autour de sa personnalité et ses slogans d'attachement à la patrie, son drapeau et ses institutions. Nidaa Tounes a fait du rétablissement de la sécurité et de l'autorité de l'Etat son cheval de bataille, dans une Tunisie où les citoyens ont soif de stabilité.
En face, Ennahdha perdait continuellement de sa notoriété en raison des échecs enregistrés pendant la gouvernance de la troïka.
L'islam politique n'est pas parvenu à satisfaire les attentes des citoyens qui ont dégagé Ben Ali pour l'obtention de meilleures conditions de subsistance, notamment dans l'arrière-pays. En face, Béji Caïd Essebsi se réclame de l'héritage de Bourguiba, le père fondateur de l'Etat tunisien. Entre Ghannouchi qui demande une nouvelle chance, et Bourguiba qui a fait ses preuves, les Tunisiens ont choisi. L'avenir ne se présente toutefois pas sous les meilleurs auspices pour Nidaa Tounes. La situation socioéconomique est très difficile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.