La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2014, année de fragilisation et de neutralisation du patronat
Le 4e mandat de Bouteflika a divisé le FCE
Publié dans El Watan le 29 - 12 - 2014

Le quatrième mandat d'Abdelaziz Bouteflika a pesé lourd sur le Forum des chefs d'entreprises (FCE). Il a réussi à le diviser.
C'est d'ailleurs l'un des faits marquants dans le monde patronal en 2014. Alors que la fin du mandat de Réda Hamiani à la tête du Forum était prévu pour 2015, ce dernier a fini par annoncer sa démission de la présidence de cette association patronale en septembre 2014, évoquant «des soucis de santé» pour être remplacé par l'un des hommes d'affaires les plus proches du pouvoir, Ali Haddad en l'occurrence, PDG du groupe ETRHB.Le tout s'est joué en l'espace de trois mois. Le remplaçant de Hamiani était en effet tout désigné pour prendre les commandes du FCE étant le seul candidat «à se proposer» pour ce poste. Cela était prévisible.
La campagne menée pour aligner le FCE sur le pouvoir a commencé bien avant le rendez-vous électoral. Une crise avait d'ailleurs éclaté dès février dernier au sein du FCE.
Les patrons algériens étaient dès le départ divisés quant à un soutien pour un quatrième mandat de Bouteflika. D'ailleurs, l'Assemblée générale extraordinaire (AGE) avait été reportée à deux reprises faute de consensus entre ses membres. Finalement, le FCE a fini par annoncer son appui à Bouteflika en dépit des divergences au sein de l'association étant sous la pression du noyau pro-quatrième mandat. En effet, les patrons proches du cercle présidentiel ont fini par avoir gain de cause et rallier tous ceux qui ont soutenu Abdelaziz Bouteflika. Mais aussi à pousser certains à quitter l'organisation patronale, comme le premier responsable de NCA Rouiba, Slim Othmani.
Le fait que le FCE se soit mêlé au débat politique a en effet suscité moult critiques, notamment du côté des experts et des hommes politiques, à l'image de Ali Benflis qui avait, pour rappel, adressé une lettre au FCE l'invitant à «se mettre à l'écart du débat politique et à œuvrer pour lever les pressions politiques qui fragilisent l'entreprise afin de lui permettre de retrouver sa vocation socio-économique de facteur central de production de richesses». Cependant, la situation n'a pas changé.
Le FCE, dont des membres ont largement contribué au financement de la campagne électorale de Bouteflika, a fini par se ranger du côté du pouvoir et à recevoir le directeur de campagne du candidat-Président, Abdelamek Sellal en l'occurrence, pour le programme économique.
Un programme sans grands changements par rapport aux précédents, mais aussi sans stratégie. Une fois l'élection passée et le quatrième mandat arraché, la politique de neutralisation du FCE s'est poursuivie pour se solder fin novembre dernier par l'installation officielle de Ali Haddad, appuyé par des membres du gouvernement au sommet du FCE quelques semaines après le placement de Laïd Benamor à la tête de la CACI (Chambre algérienne de commerce et d'industrie).
Le travail avec le gouvernement a bien commencé. C'est en pleine conjoncture de crise (le 21 décembre dernier) engendrée par la baisse des cours du pétrole que le nouveau président du FCE s'est entretenu avec le Premier ministre Abdelmalek Sellal sur les dossiers relatifs à la relance industrielle. L'engagement a été pris par Haddad de faire participer les entreprises à la construction «d'une économie compétitive et diversifiée, apte à faire sortir définitivement le pays de la dépendance aux hydrocarbures». Des promesses qui s'ajoutent à celles du pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.