Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FCE miné par le clan présidentiel
L'organisation patronale au bord de l'implosion
Publié dans El Watan le 17 - 02 - 2014

Sans annoncer encore sa candidature pour un quatrième mandat, le président Abdelaziz Bouteflika a réussi à semer la panique dans la maison du patronat.
Dissensions, accusations, suspicions, les chefs d'entreprises n'ont jamais été aussi tendus. Première victime, le Forum des chefs d'entreprises (FCE) dont la position à adopter face au suspense entretenu par Bouteflika est au cœur des divisions. Certains membres accusent une minorité au sein du conseil exécutif du forum de courir pour le Président sortant, du fait de leurs accointances avec certains partis politiques qui font campagne pour un 4e mandat.
Le 10 février dernier, l'assemblée générale de l'association qui devait permettre de déboucher sur une prise de position n'avait pas pu se tenir faute de quorum. Seule une quarantaine de membres y avait assisté sur quelque 500 membres.
Le président du FCE, Reda Hamiani, dans un entretien à TSA, déclarait récemment que «la position qu'aura, peut-être, à prendre le FCE, c'est d'inviter le Président à se représenter.» Pour lui, Abdelaziz Bouteflika «devrait assuer un autre mandat pour continuer sa politique économique.»
Mais certains membres ne veulent pas qu'on «leur force la main», du moins pas tant que le candidat en question n'aura pas annoncé sa candidature. Parmi ces chefs d'entreprise, certains dénoncent le fait que l'association soit aujourd'hui «noyautée par des partis politiques».
L'un des chefs d'entreprise les plus critiques envers la démarche est Slim Othmani, PDG de NCA Rouiba qui met justement en cause «la pression de certains membres» pour pousser le FCE à se «positionner» avant même que Bouteflika «ne se soit encore prononcé». Mais il n'est pas le seul. D'autres déplorent l'influence que tentent d'exercer certains membres du conseil exécutif qui seraient proches des partis politiques activant aujourd'hui à faire campagne pour le Président sortant : le FLN, TAJ et le MPA.
En cause, selon une source du Forum, «outre Reda Hamiani, le patron de l'ETRHB, Ali Haddad proche du FLN, Laïd Benamor, PDG du groupe Benamor, proche de TAJ de Amar Ghoul, ainsi que Salah-Eddine Abdessmad, PDG de CEVA Laval (produits vétérinaires), et Mehdi Bendimerad, PDG de SPS Systems (matériaux de construction innovants), tous deux seraient proches du Mouvement Populaire Algérien de Amara Benyounes.»
La convocation à une AG extraordinaire a donc été boycottée par la majorité qui y voit une tentative de «passage en force» de «quelques membres» dans le but de pousser le FCE à se positionner dès à présent, nous dit-on dans l'entourage du Forum. Ce que nous n'avons pas pu confirmer ou infirmer auprès de la présidence du FCE que nous avons tentée de joindre, en vain.
Contre-courant
Si l'annonce de sa candidature pour l'élection de 2009 avait très vite été accueillie par un consensus des organisations patronales et de l'UGTA, la situation est aujourd'hui différente, car à l'époque le Président «n'était pas malade et il n'avait personne en face de lui», souligne un chef d'entreprise. Aujourd'hui, les choses sont différentes, car, nous dit-on au sein du FCE, «il y a plusieurs courants. Ceux qui sont pour Benflis, pour Bouteflika ou pour d'autres candidats ou même pour la neutralité». Toutefois, il semble que la décision finale du FCE, si Bouteflika devait se présenter, sera de «le soutenir. Nous suivrons le mouvement, même si 90% des membres sont contre. Ceux qui le soutiennent ce sont les patrons qui bénéficient directement des richesses et des largesses du système», explique ce chef d'entreprise.
Pour autant, il s'agit pour les autres de ne pas aller à contre-courant par peur des représailles. «Le cas de ces patrons qui avaient payé cher leur soutien à Benflis en 2004 et dont certains se sont retrouvés en prison», est encore dans les mémoires. En clair donc, le FCE soutiendra le Président sortant, si tant est qu'il se présente à sa propre succession. Les membres récalcitrants du Forum ne s'opposent pas tant à ce soutien qu'au fait de devoir se prononcer pour quelqu'un dont «on ignore même s'il va se présenter», nous dit-on.
La prochaine AG du Forum qui doit se tenir le 26 février prochain tranchera la question et permettra «le passage en force» de ceux qui veulent se prononcer à l'avance. Dans les statuts du FCE, nous explique-t-on, il est prévu que lorsqu'une assemblée est convoquée et n'obtient pas le quorum, la suivante «peut délibérer même si le nombre n'est pas atteint». Seule peut empêcher cette délibération la non-tenue, le 20 février prochain, de la réunion des instances dirigeantes de l'association qui doit servir à préparer l'AG du 26 février. L'objectif serait de gagner du temps, en attendant d'être fixé sur la décision du Président sortant. Le dernier délai pour le dépôt des candidatures à la présidentielle étant prévu pour le 4 mars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.