Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rachid Baba Ahmed, père de la génération new wave
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 13 - 02 - 2015

Il était un grand compositeur, producteur et éditeur de musique raï. Un faiseur de rois et de reines, comme Hamid, Houari Benchenet, cheb Anouar ou encore Fadela et Sahraoui.
Un «agitprop» de talents. Un enfant terrible de Tlemcen. Rachid Baba Ahmed, alors au sommet de son art, avait été assassiné, à 49 ans, une certaine journée du 15 février 1995, durant le mois de Ramadhan, à Oran, par la folie terroriste islamiste. Cette année, le 20e anniversaire de sa tragique disparition, il aurait eu 69 ans.
L'assassinat tragique de Rachid Baba Ahmed en 1995 était un énième acte génocidaire d'une ignominie innommable d'une longue série d'attentats ciblés spectaculaires contre l'élite, les intellectuels, les artistes et les hommes politiques en Algérie. Cela intervenait quelques mois après l'assassinat du dramaturge Abdelkader Alloula, de la star du raï sentimental cheb Hasni, mort à 26 ans, et deux jours après celui du comédien Azzeddine Medjoubi.
Le mercredi 15 février 1994, à Oran, vers 21h30, après la rupture du jeûne, Rachid Baba Ahmed, alors qu'il se dirigeait avec un ami vers le magasin de cassettes qu'il tenait avec ses cousins, rue de Mostaganem, fut mitraillé par deux individus à bord d'un véhicule. Tuant ainsi Rachid Baba Ahmed et blessant légèrement son ami. Un autre monument de la musique raï venait de s'écrouler après celui de cheb Hasni. Tous deux disparus prématurément victimes des «chasseurs de lumières», comme dirait Idir.
La caverne de Baba
Rachid Baba Ahmed, né le 20 août 1946 à Tlemcen, est tombé dans la «marmite» de la mélomanie depuis sa prime enfance. La musique chez les Baba Ahmed est une histoire de famille. Son père jouait du rabâb (vielle) au sein de l'orchestre de Larbi Bensari (maître du gharnati et du hawzi). Il fera ses premières armes en s'essayant à la flûte, en 1963. Pour parfaire son initiation, il s'inscrira aux cours dispensés par l'orchestre Gharnatia, et ce, durant quatre ans. Enfant du rock et surtout de la pop music «planante», car nourri au son des Beatles, Jimi Hendrix, Santana ou encore Ravi Shankar. Il fondera un groupe se faisant appeler «Les Vautours».
Une fratrie pop, lui et son frère et alter ego Fethi. Puis, à l'image des Righteous Brothers, The Carpenters, Simon and Garfunkel ou de Sam and Dave, non pas en «soulmen» mais en «popmen». Il sera un «frère ami» de Fethi. Un duo baptisé Rachid et Fethi. Les deux font la paire, ils formeront un tandem psychédélique entre les années 1960 et 1970. Rachid et Fethi incarneront l'âge d'or de la musique moderne algérienne et surtout la pop music au même titre que les Abranis ou les Turkish Blend.
Avec des titres comme Youk Baba Jeim ou Maghboun. Mais Rachid Baba Ahmed brillera en tant que «tycoon» de la musique raï, et ce, à travers une rampe de lancement mettant en orbite des jeunes chanteurs, comme cheb Hamid, Houari Benchenet, Khaled, cheb Anaour, Amarna, cheb Jalal et surtout le duo Fadela-Sahraoui : «Rachid et Fethi-Editions Rallye».
Car Rachid était un fondu des sports mécaniques, il a même gagné plusieurs coupes. «Rachid et Fethi-Editions Rallye» était, à l'époque, considéré comme le plus grand d'Afrique. Car c'était une réplique des studios Island Records à Londres de Chris Blackwell ayant révélé un certain Bob Marley. La marque de fabrique «Rachid et Fethi-Editions Rallye» immortalisera des hits, comme Salou Ala Nabi du duo cheb Anouar et Khaled, Foug Eramla de Houari Benchenet, Khadidja de cheb Hamid ou encore le fameux alaoui pop-rock Djoued Raï d'Amarna.
N'sel Fik, hit international
Mais avec le tube N'sel Fik du duo et couple Fadela et Sahraoui, il fera fort. «C'était un essai. J'ai fait une prise. Pour Fadela et Sahraoui, c'était une répétition. Je leur ai dit : ‘On n'a pas à la refaire.' C'était impeccable. Parce que le fait de dire qu'on va enregistrer, ils vont se contrôler plus. Et ce n'est pas bon.
Et N'sel Fik fut un succès…», s'était souvenu Rachid Baba Ahmed de son vivant. Et contre toute attente, N'sel Fik fut distribué par Island Records en 1989 et devint un hit international. Il figurera même dans la bande originale du thriller américain Bad Influence (1990), de Curtis Hanson avec Robe Lowe et James Spader. Et sera samplé sur le titre Die Walkûre par les 49ers, un groupe allemand de house music et Eurodance comportant le producteur et DJ Gianfranco Bortolotti et la chanteuse Dawn Mitchell.
Ambitieux, Rachid Baba Ahmed produira un album, Raï Rebels, une compilation sous le label Earthworks en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis et Virgin en Allemagne. L'homme au total look excentrique à la Lider Maximo, Castro, barbe fournie, treillis, rangers, chèche noué, la casquette vissée, chaussant des Ray Ban, affichant une bonne bouille, roulant en Jeep, était aussi le précurseur du clip en Algérie et avait aussi des émissions musicales de haut vol comme «Wech Raïkoum».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.