"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



SETIF : Si Hamoudi Gouttel met fin à la séance de lecture
Setif : les autres articles
Publié dans El Watan le 15 - 03 - 2015

Dimanche 1er mars 2015 aux environs de 22 heures, l'antique Sitifis perd un autre de ses meilleurs fils. Pédagogue hors pair, Gouttel Mohamed (Hamoudi pour ses amis) s'éteint à l'âge de 86 ans. L'humble intellectuel qui marqua de nombreuses générations d'apprenants quitte ce bas monde sans crier gare.
Le souvenir d'un éducateur ayant acquis la réputation d'être intraitable, intransigeant, correct, honnête et à cheval sur les principes, est éternel pour ses nombreux disciples qui l'ont accompagné à sa dernière demeure.
Ami du défunt depuis 1942, l'écrivain Mansour Hamouda est le mieux placé pour dresser le portrait d'une espèce d'hommes en voie d'extinction. «Hamoudi fut ce monsieur qui marqua des générations entières. Il voulut faire médecine mais le hasard en a décidé autrement. Inspiré probablement de la leçon de Socrate, il se fit accoucheur d'esprits. Il y réussit et eut un long et honorable parcours.
C'est d'Annaba dont il dirigeait l'Académie qu'il mit fin à sa carrière et prit sa retraite. Il revint au «bercail» (Sétif s'entend) et y vécut des années apparemment en bonne santé tandis qu'insidieusement couvait une maladie qui allait lui éroder la mémoire puis la verve. Il résista farouchement en souffrant mais, vaincu, il finit par être sa propre ombre, ne reconnaissant plus personne», souligne d'emblée l'ami du défunt, qui tient à retracer le dernier voyage de Si Hamouda, l'autre élève de l'ex-collège Eugene Albertini (actuellement Lycée Mohamed Kerouani), ainsi que son incommensurable parcours professionnel. «Parmi ceux, nombreux, qui l'ont accompagné à sa dernière demeure, des papis, aujourd'hui retraités, furent ses disciples. Il les a connus élèves puis promus enseignants à leur tour. Ils en sont toujours fiers.
En chuchotant ils se rappellent le perçant regard du maître qui fouillait à travers l'expression des différents visages pour s'assurer que le message de la leçon est bien passé. Qu'un seul élève peine à suivre, il est aussitôt pris en charge pour rattraper le groupe ou, si le blocage est alarmant, le maître le gardera après la sortie une demi-heure et parfois davantage pour un soutien individuel approprié, combien même cela devait nécessiter plusieurs séances.
Monsieur Gouttel me disait souvent que la leçon de lecture dans ses classes était un moment crucial et ne laissait aucun élève indifférent. Il savait titiller la curiosité des enfants à travers leur imaginaire il faisait naître et se développer la réflexion qui les menait de la compréhension vers l'exercice du jugement tandis que se structurait progressivement la pensée des uns et des autres», poursuit Mansour Hamouda. Le visage attristé est marqué par la perte d'un être cher.
L'auteur de «Moi m'sieu, moi m'sieu, moi m'sieu» s'offre un temps mort. Une fois l'émotion évacuée, il reprend son témoignage. «Homme de science, matheux, Hamoudi réprouvait tout ce qui manquait de logique.
A cela il ajouta l'inébranlable foi en ce qu'il faisait aussi bien en tant qu'enseignant, qu'inspecteur formateur. Lors des conférences qu'il organisait au profit des enseignants, des moments inoubliables, il se prêtait au jeu subtil de la confrontation pédagogique et à la querelle d'école qu'en fait il provoquait, pour susciter le débat, l'échange et parfois l'aveu des difficultés rencontrées.
A aucun moment cependant, il ne s'adonna au bourrage de crânes. Il écoutait tout son monde et à ce titre, il fut un accompagnateur et un rassembleur. Toute son activité se caractérisait par la rigueur. La rigueur, une qualité sans faille qu'il a forgée tout jeune dans le scoutisme et qui le marquera sa vie durant pour en faire un Monsieur», précise notre interlocuteur qui, à travers des mots appropriés, a salué comme il se doit, un homme juste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.