La réunion de concertation s'est tenue dans une salle quasi vide au Palais des nations.. Un fiasco qui signe la fin de Bensalah ?    Kouninef, Rebrab, Ouyahia et Loukal ont été entendus.. La justice accélère la cadence    Grâce à l'augmentation de la valeur des importations.. Les recettes douanières en hausse de 2%    Barça : Arthur et Lenglet encensent Messi    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    La Ligue arabe soutient la Palestine    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Sri Lanka: explosion durant une opération de déminage d'une bombe    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    FABB-présidents des clubs    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Les robes noires boycottent les audiences    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a 53 ans, l'incendie de la bibliothèque de l'université d'Alger
Un timbre , une histoire
Publié dans El Watan le 04 - 06 - 2015

Le 7 juin 1962 à 12h27, un important incendie provoqué par les extrémistes de l'OAS a ravagé la bibliothèque universitaire d'Alger. Le bilan est lourd : près de 400 000 livres brûlés sur les 600 000 ouvrages que comptait la bibliothèque, et des dégâts estimés à l'époque à 7 milliards d'anciens francs.
Selon les témoignages des anciens travailleurs algériens, ce «crime culturel» a été commis avec la complicité même des fonctionnaires français de la bibliothèque, qui collaboraient avec à l'OAS, et vouaient une haine pour les Algériens. On disait à l'époque que la France ne voulait guère léguer à l'Algérie à la veille de son indépendance une bibliothèque aussi riche. L'incendie a provoqué de vives réactions en Algérie et partout dans le monde.
Un large mouvement de solidarité, exprimé par diverses organisations, avait abouti à la création, le 21 décembre de la même année, du comité international pour la reconstruction de la bibliothèque de l'université d'Alger (CIRBUA), avec pour but la remise en état des bâtiments, des fonds, et l'équipement de la salle de lecture. Un appel pour la collecte de fonds, sous différentes formes, a été lancé par le Cirbua à l'échelle nationale et internationale. Un appel qui avait reçu un écho favorable.
Dans son numéro 66 du 1er trimestre 2008, la revue Philnews révèle : «En juillet 1962, l'union postale arabe avait invité tous ses pays membres à émettre un timbre avec surtaxe, pour la collecte de fonds, en solidarité avec l'Algérie, tout en dénonçant la barbarie de l'acte commis par l'OAS». Etrangement, c'est la Syrie qui avait été le premier pays à émettre son timbre-poste surtaxé dès 1964 (bien avant l'Algérie).
Elle sera suivie en 1965 par la Jordanie, le Yemen, l'Irak et l'Egypte, puis la Libye et la Poste saoudienne. Il a fallu attendre trois ans pour que l'Algérie décide enfin de commémorer l'anniversaire de ce tragique événement, en émettant, le 7/6/1965, un timbre-poste d'une valeur de 0,2 DA, avec une surtaxe de 0,05 DA. Tiré à 500 000 exemplaires, et sorti de l'imprimerie des PTT de Paris, le timbre, qui symbolise des livres consumés par le feu, est l'œuvre de Choukri Mesli. Artiste très en vue à l'époque, Mesli, né à Tlemcen en 1931 dans une famille d'intellectuels et de musiciens, a connu un parcours atypique.
Après l'installation de sa famille à Alger en 1947, il rejoint l'Ecole des beaux-arts où il devient l'élève de Mohamed Racim, avant de partir à l'Ecole de Beaux-arts de Paris en 1954. Militant au sein du FLN, il participe à la grève des étudiants en 1956, alors que des membres de sa famille ont été arrêtés au maquis. Professeur de peinture à l'Ecole des Beaux-arts d'Alger en 1962, il est membre fondateur de l'Union nationale des arts plastiques (UNAP), créée en 1963.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.