Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a 53 ans, l'incendie de la bibliothèque de l'université d'Alger
Un timbre , une histoire
Publié dans El Watan le 04 - 06 - 2015

Le 7 juin 1962 à 12h27, un important incendie provoqué par les extrémistes de l'OAS a ravagé la bibliothèque universitaire d'Alger. Le bilan est lourd : près de 400 000 livres brûlés sur les 600 000 ouvrages que comptait la bibliothèque, et des dégâts estimés à l'époque à 7 milliards d'anciens francs.
Selon les témoignages des anciens travailleurs algériens, ce «crime culturel» a été commis avec la complicité même des fonctionnaires français de la bibliothèque, qui collaboraient avec à l'OAS, et vouaient une haine pour les Algériens. On disait à l'époque que la France ne voulait guère léguer à l'Algérie à la veille de son indépendance une bibliothèque aussi riche. L'incendie a provoqué de vives réactions en Algérie et partout dans le monde.
Un large mouvement de solidarité, exprimé par diverses organisations, avait abouti à la création, le 21 décembre de la même année, du comité international pour la reconstruction de la bibliothèque de l'université d'Alger (CIRBUA), avec pour but la remise en état des bâtiments, des fonds, et l'équipement de la salle de lecture. Un appel pour la collecte de fonds, sous différentes formes, a été lancé par le Cirbua à l'échelle nationale et internationale. Un appel qui avait reçu un écho favorable.
Dans son numéro 66 du 1er trimestre 2008, la revue Philnews révèle : «En juillet 1962, l'union postale arabe avait invité tous ses pays membres à émettre un timbre avec surtaxe, pour la collecte de fonds, en solidarité avec l'Algérie, tout en dénonçant la barbarie de l'acte commis par l'OAS». Etrangement, c'est la Syrie qui avait été le premier pays à émettre son timbre-poste surtaxé dès 1964 (bien avant l'Algérie).
Elle sera suivie en 1965 par la Jordanie, le Yemen, l'Irak et l'Egypte, puis la Libye et la Poste saoudienne. Il a fallu attendre trois ans pour que l'Algérie décide enfin de commémorer l'anniversaire de ce tragique événement, en émettant, le 7/6/1965, un timbre-poste d'une valeur de 0,2 DA, avec une surtaxe de 0,05 DA. Tiré à 500 000 exemplaires, et sorti de l'imprimerie des PTT de Paris, le timbre, qui symbolise des livres consumés par le feu, est l'œuvre de Choukri Mesli. Artiste très en vue à l'époque, Mesli, né à Tlemcen en 1931 dans une famille d'intellectuels et de musiciens, a connu un parcours atypique.
Après l'installation de sa famille à Alger en 1947, il rejoint l'Ecole des beaux-arts où il devient l'élève de Mohamed Racim, avant de partir à l'Ecole de Beaux-arts de Paris en 1954. Militant au sein du FLN, il participe à la grève des étudiants en 1956, alors que des membres de sa famille ont été arrêtés au maquis. Professeur de peinture à l'Ecole des Beaux-arts d'Alger en 1962, il est membre fondateur de l'Union nationale des arts plastiques (UNAP), créée en 1963.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.