Le Premier ministre annonce la mise en service de la ligne ferroviaire Boughezoul-Tissemsilt à la fin de l'année 2022    Réunion du Gouvernement : feuille de route pour la mise en œuvre du programme complémentaire de développement de Tissemsilt    Coronavirus : 8 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sonatrach annonce la prorogation du délai du concours de conception d'un logo à l'occasion du 60e anniversaire de sa création    Le bombardement de Laghouat en 1852, "un génocide"    Maroc: les opposants à la normalisation n'abdiquent pas    L'Algérie élue à la vice-présidence de la 27e Session de la Conférence des Etats parties à CIAC    Poursuite à Beyrouth des travaux du Forum parlementaire sur le plan de développement durable de 2030    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    CLCPRO : plus de 2.000 techniciens formés en matière de lutte antiacridienne    Tribunal de Sidi M'hamed: 15 ans de prison ferme requis contre l'ancien ministre Arezki Berraki    Décès du moudjahid et ancien diplomate Othmane Saâdi à l'âge de 92 ans    20 ans de prison ferme requises à l'encontre de Zitout    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Intense activité diplomatique de Lamamra    Air Algérie prolonge les délais    Le calvaire des Algériens pour obtenir un visa    46e Eucoco: une occasion pour réitérer le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui    Accord signé entre l'AAPI et le Groupe STELLANTIS: une étape importante dans la concrétisation du projet FIAT en Algérie    Séisme de 3,1 degrés près de Guelma    Les aviculteurs appelés à déclarer tout décès: La grippe aviaire inquiète    CNAS Oran: Le rôle des commissions paritaires dans la sécurité et la santé au travail en débat    La politique du «zéro Covid» contestée    Assainissement de la voie publique à Medina Jedida: Les trottoirs occupés illicitement libérés    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Selon l'APOCE: 80% de l'or écoulé n'est pas conforme    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Le choléra touche des résidents d'un centre pour personnes âgées    Le Qatar annonce un contrat pour approvisionner l'Allemagne    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces marocaines à El Fersia    Une semaine pour l'entrepreneuriat    Un guichet électronique national    À qui profite la crise?    Le poumon de Bouira    Agnelli prend la porte    Le CSA cède 80% de ses actions à Mobilis    Les dessous du clash Song-Onana    Le stress hydrique inquiète les agriculteurs    Vibrant hommage à la défunte artiste Sonia    Projection de «Frantz Fanon. Une vie, un combat...»    Films à l'affiche    Une troisième journée d'espoir pour les équipes africaines    Grand retour après deux ans d'absence forcée    L'Algérie émerge    Mondial 2022 (Australie-Danemark): l'Algérien Ghorbal au sifflet    Ligue 1: CRB-CSC, un choc explosif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il y a 53 ans, l'incendie de la bibliothèque de l'université d'Alger
Un timbre , une histoire
Publié dans El Watan le 04 - 06 - 2015

Le 7 juin 1962 à 12h27, un important incendie provoqué par les extrémistes de l'OAS a ravagé la bibliothèque universitaire d'Alger. Le bilan est lourd : près de 400 000 livres brûlés sur les 600 000 ouvrages que comptait la bibliothèque, et des dégâts estimés à l'époque à 7 milliards d'anciens francs.
Selon les témoignages des anciens travailleurs algériens, ce «crime culturel» a été commis avec la complicité même des fonctionnaires français de la bibliothèque, qui collaboraient avec à l'OAS, et vouaient une haine pour les Algériens. On disait à l'époque que la France ne voulait guère léguer à l'Algérie à la veille de son indépendance une bibliothèque aussi riche. L'incendie a provoqué de vives réactions en Algérie et partout dans le monde.
Un large mouvement de solidarité, exprimé par diverses organisations, avait abouti à la création, le 21 décembre de la même année, du comité international pour la reconstruction de la bibliothèque de l'université d'Alger (CIRBUA), avec pour but la remise en état des bâtiments, des fonds, et l'équipement de la salle de lecture. Un appel pour la collecte de fonds, sous différentes formes, a été lancé par le Cirbua à l'échelle nationale et internationale. Un appel qui avait reçu un écho favorable.
Dans son numéro 66 du 1er trimestre 2008, la revue Philnews révèle : «En juillet 1962, l'union postale arabe avait invité tous ses pays membres à émettre un timbre avec surtaxe, pour la collecte de fonds, en solidarité avec l'Algérie, tout en dénonçant la barbarie de l'acte commis par l'OAS». Etrangement, c'est la Syrie qui avait été le premier pays à émettre son timbre-poste surtaxé dès 1964 (bien avant l'Algérie).
Elle sera suivie en 1965 par la Jordanie, le Yemen, l'Irak et l'Egypte, puis la Libye et la Poste saoudienne. Il a fallu attendre trois ans pour que l'Algérie décide enfin de commémorer l'anniversaire de ce tragique événement, en émettant, le 7/6/1965, un timbre-poste d'une valeur de 0,2 DA, avec une surtaxe de 0,05 DA. Tiré à 500 000 exemplaires, et sorti de l'imprimerie des PTT de Paris, le timbre, qui symbolise des livres consumés par le feu, est l'œuvre de Choukri Mesli. Artiste très en vue à l'époque, Mesli, né à Tlemcen en 1931 dans une famille d'intellectuels et de musiciens, a connu un parcours atypique.
Après l'installation de sa famille à Alger en 1947, il rejoint l'Ecole des beaux-arts où il devient l'élève de Mohamed Racim, avant de partir à l'Ecole de Beaux-arts de Paris en 1954. Militant au sein du FLN, il participe à la grève des étudiants en 1956, alors que des membres de sa famille ont été arrêtés au maquis. Professeur de peinture à l'Ecole des Beaux-arts d'Alger en 1962, il est membre fondateur de l'Union nationale des arts plastiques (UNAP), créée en 1963.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.