Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    Le peuple en quête d'alternative    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Salon du Sport et de la remise en forme    «Nécessité de préserver le pouvoir d'achat dans la loi de Finances 2020»    Chakib Khelil est de retour    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    Tlemcen : « A Bas la dictature ! »    Hanni inscrit un joli but contre Al Ahli (Vidéo)    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il faut mobiliser d'autres ressources»
Mohand Benaissa. Expert formateur en hydraulique urbaine.
Publié dans El Watan le 29 - 07 - 2015

- Comment expliquez-vous la pénurie d'eau qui affecte de nombreuses localités de la Kabylie ?
Les localités les plus touchées sont situées en altitude dans des zones d'habitat éloignées des sources d'eau potable disponibles. Elles sont caractérisées par un relief accidenté et des différences de dénivelés qui peuvent dépasser 100m. Ce qui rend leur alimentation en eau potable de manière régulière très difficile.
La pénurie se manifeste généralement en été avec l'augmentation des besoins et l'assèchement progressif des puits et des fontaines. Cette pénurie s'explique aussi par la destruction des nappes alluviales comme c'est le cas à Sébaou où l'on déplore l'assèchement de nombreux forages et la réduction du débit d'autres en raison du pillage et l'extraction du sable et du gravier. En outre, la plupart des communes de la région sont dotées de réseaux de distribution peu adaptés avec des réservoirs de volume insuffisant.
Le problème survient parfois à cause des coupures de l'énergie électrique et l'état vétuste des canalisations et des stations de pompages. A ces problèmes structuraux s'ajoute le gaspillage, les fuites et les branchements illicites, qui s'accentuent en raison de la longueur des réseaux et la dispersion de l'habitat, notamment en milieu rural. Les pertes de l'eau potable sont estimées à 60 % du volume produit, dont 24 % sont dues aux fuites physiques. Le reste, soit 36%, concerne le vol et le sous-comptage.
- Que préconisez-vous comme solutions à moyen et long termes pour résoudre ce problème ?
On doit d'abord réhabiliter les canalisations et les stations de pompage et mener des études sérieuses pour ne pas refaire les erreurs commises précédemment. Le choix des canalisations et des réseaux de distribution devra tenir compte de la nature du terrain, de la pression et de la qualité de l'eau en vue de lutter contre le gaspillage et les branchements illicites. Il est plus que nécessaire aussi de songer à la réalisation de stations d'épuration en amont des barrages et nappes alluviales afin de recycler les eaux usées et pouvoir les utiliser dans l'irrigation.
Cela pourrait aussi de réalimenter les nappes après un traitement tertiaire pour diminuer la pollution résiduelle et la teneur des microorganismes. Les pouvoirs publics doivent aussi faire un effort supplémentaire en matière de captage de sources, la réalisation de retenues collinaires, de barrages et de stations de dessalement des eaux saumâtres. Il est recommandé en outre de bien gérer et entretenir le plan d'eau des barrages opérationnels en procédant au nettoyage des matières flottantes. La réduction du stress hydrique passe aussi par la réhabilitation des nappes alluviales et l'arrêt/ou la régulation de l'extraction des agrégats des oueds.
- Qu'en est-il de la qualité de l'eau distribuée actuellement ?
La qualité de l'eau distribuée actuellement répond aux normes bactériologiques et physicochimiques. Elle est soumise à un programme de contrôle journalier, hebdomadaire et mensuel. Des analyses sont effectuées journellement par des laboratoires relevant des unités de l'ADE de chaque wilaya. Hormis le problème de l'entartrage, dû à l'excès de dureté des nappes du Sébaou, l'eau du barrage de Taksebt est de bonne qualité chimique, douce et peu minéralisée. Il y a lieu de noter que le dosage du chlore résiduel est souvent en excès avec des teneurs qui dépassent 0,4mg/litre.
- La région est-elle à l'abri d'une pénurie d'eau à grande échelle à l'avenir ?
Pour ce qui est de la wilaya de Tizi-Ouzou, la dotation actuelle en eau est de 210 litres par habitant et par jour. Cette dotation pourrait baisser jusqu'à 150L à l'horizon 2030 où le nombre de la population sera de l'ordre de 1 700 000 habitants. Les potentialités existent, mais on doit mobiliser d'autres ressources et concrétiser les projets en cours, comme le barrage d'eau de Tizi N'tlata d'une capacité de 100 millions m3.
Il est plus que nécessaire et urgent aussi de réhabiliter la nappe alluviale de l'oued Sébaou par l'interdiction de l'extraction des agrégats afin d'assurer la pérennité des forages. Les agrégats d'oueds doivent être remplacés par ceux des carrières de roches, plus efficaces pour la construction. La protection de la ressource hydrique ne sera efficace que par une gestion sérieuse des déchets solides et l'éradication des décharges sauvages se trouvant au bord des oueds et des barrages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.