Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La femme d'un gendarme arrêtée
Trafic de drogue à Aïn Témouchent
Publié dans El Watan le 11 - 10 - 2015

Hier, la femme d'un gendarme, selon des indiscrétions, devait être présentée au parquet de la cour d'Aïn Témouchent après son arrestation, suite à des informations sur un réseau de narco-trafiquants dont elle ferait partie. B. N., née en 1976, a été arrêtée par des agents de police chargés de la lutte contre les stupéfiants en flagrant délit de possession de 1370 comprimés d'ecstasy.
Aussitôt alerté et faisant suite à l'enquête préliminaire, le procureur général militaire a ordonné une perquisition au domicile de l'inculpée.
Les gendarmes réquisitionnés ont découvert chez elle 3680 autres comprimés de ce psychotrope, dangereux pour la santé mentale et physique des consommateurs. B. N. a indiqué aux enquêteurs qu'elle se fournissait auprès d'une certaine Ibtissem, de nationalité marocaine, résidant à Beni Saf. Cette dernière s'est enfuie aussitôt qu'elle a appris la mésaventure de sa complice et est activement recherchée.
Sollicité, le procureur général adjoint à la cour de Témouchent chargé de la presse indique que les psychotropes ecstasy saisis sont de la marque Domino, une pilule blanche en forme de... domino. La précision n'est pas anodine, puisqu'il s'agit de l'une des toutes dernières drogues synthétiques les plus concentrées.
A cet égard, il est utile de rappeler aux membres des informelles ligues antialcooliques rivées sur une lecture dogmatique du Saint Coran, et qui ont orienté indirectement les jeunes vers ces drogues comme vers la zetla, qu'une pilule d'ecstasy classique contient 50 à 80 milligrammes de MDMA (le principe actif de l'ecstasy), alors que les nouvelles variantes peuvent dépasser les 200 mg, certains «dominos» étant dosé à 220 milligrammes, soit trois fois plus dangereux.
A titre indicatif, pour ceux qui ne le sauraient pas, l'ecstasy est le prototype des psychotropes ayant à la fois des effets hallucinogènes et stimulants. Ses effets hallucinogènes sont relativement faibles et ne se produisent généralement qu'à des doses élevées. Ils provoquent une excitation, accompagnée d'un sentiment de puissance physique et mentale, ainsi qu'une suppression de fatigue, de faim et de douleur.
D'où la férocité des violences de ses consommateurs débarrassés de toute inhibition.
Mais, cette phase de sensations agréables, indiquent les spécialistes, est généralement suivie d'une phase de fatigue, de tristesse, de déprime et de mauvaise humeur. Plus grave, elle peut s'accompagner de cauchemars et d'états de panique. En outre, une consommation régulière entraîne l'amaigrissement et l'affaiblissement de certains usagers ainsi qu'une humeur instable, le tout entraînant parfois des comportements agressifs et des troubles psychologiques sévères et durables. Cela sans compter des accélérations et des arythmies cardiaques, de l'hypertension artérielle et des troubles cardiovasculaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.