CRISE POLITIQUE : Les partis de l'alternative démocratique rejettent le dialogue    EXPORTATIONS DU CIMENT : 30 millions de dollars de ciment exportés en 5 mois    Hafid Derradji qualifié de ‘'terroriste''    EGYPTE : Des dizaines de supporters algériens bloqués au Caire    AU PROFIT DES NOUVEAUX BACHELIERS : Les portes ouvertes sur l'université    GROGNE DES IMAMS : Hadjimi menace d'un vendredi blanc !    SURETE DE WILAYA DE MASCARA : Deux vendeurs de boissons arrêtés    TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    Grandiose !    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    ACTUCULT    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Explosion de joie sur fond de révolution    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    De la catastrophe écologique à la désertification    Merci, El Khadra !    Montage automobile, les vrais coupables !    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Le festival de la chanson oranaise revient    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malaise à l'université
Premier jour de grève des enseignants
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2015

Si le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a reconnu la modeste mobilisation des enseignants au Centre, il se félicite, néaumoins, d'un «suivi assez important» dans le reste du pays.
Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a entamé, hier, une grève de trois jours. Les structures universitaires de la capitale n'indiquent pas une grande mobilisation syndicale, ce qui confirme clairement que le syndicat a perdu ses fiefs qu'étaient l'Université des sciences et technologies Houari Boumediène de Bab Ezzouar (USTHB) et l'université d'Alger. Le CNES se félicite par contre d'«un suivi assez important dans le reste du pays». Selon le secrétaire général du CNES, M. Rahmani, le taux de suivi est autour de 75% au niveau national. Les plus hauts taux sont enregistrés dans les universités du Sud et des Hauts-Plateaux où, dans certaines structures, il a atteint les 100%, selon le CNES.
Une virée dans les campus d'Alger permet de constater une présence policière impressionnante, mais une activité normale des enseignants et de leurs élèves. «Nous avons eu nos cours sans aucune perturbation», affirment tous les étudiants interrogés. L'accès à l'enceinte universitaire demeure interdit. Pas de piquet de grève ni de banderole à l'université Alger 1 abritant les facultés de sciences de la nature, sciences de la matière, mathématiques, informatique et architecture. La fac centrale d'Alger semble rompre définitivement avec les mouvements de protestation et de revendication qui l'ont caractérisée durant des décennies.
La cause est toute simple : «La plupart des enseignants sont des vacataires, donc payés à l'heure et ont la crainte d'être écartés à la moindre absence pour grève.» Le CNES, qui reconnaît qu'il «n'a plus le monopole» avec la reconfiguration du paysage syndical due essentiellement à l'émiettement des syndicats et aux manœuvres de l'administration, accorde plus d'importance au «cri d'alarme» lancé par les enseignants à l'adresse des pouvoirs publics, mais aussi à l'opinion pour dire «halte aux discours anesthésiants et aux mots soyeux» qui visent, selon le CNES, à maintenir la léthargie dans laquelle baigne le secteur.
«L'université va mal et il faut que tout le monde s'implique pour sauver ce qui peut l'être», lance le CNES, qui compte sur l'adhésion enregistrée à travers les 47 sections pour sensibiliser aux préoccupations des enseignants. «Quand 80% des enseignants universitaires sont payés entre 45 000 et 60 000 DA, c'est que l'université va très mal», dénonce le syndicat, qui veut également attirer l'attention sur l'importance des effectifs d'étudiants face au manque d'enseignants : 55 000 professeurs d'unversité pour 1,5 million d'étudiants, affirme le secrétaire général du CNES. Outre la détérioration du pouvoir d'achat, le syndicat interpelle également les pouvoirs publics pour un débat général sur l'université.
Autres revendications du CNES : une rupture avec la désignation administrative des recteurs et chefs d'établissement et «l'introduction des pratiques démocratiques pour l'élection de ces responsables». A souligner que le ministère de l'Enseignement supérieur a annoncé, hier, une rencontre avec les partenaires sociaux fin décembre, et ce, «pour la prise en charge des préoccupations de la communauté universitaire», explique une source du ministère reprise par l'APS.
La rencontre verra la participation de représentants de la commission des syndicats des enseignants et de la commission des organisations estudiantines agréées. La mise en place de ces deux commissions avait été décidée au terme des rencontres, en septembre, du ministre de l'Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, avec les partenaires sociaux. Le CNES précise qu'aucune invitation officielle ne lui a été adressée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.