REVISION DE LA CONSTITUTION : Le MSP formulera des propositions    SEISME A JIJEL : Deux ministres s'enquièrent de la situation    MOSTAGANEM : Les bibliothèques désertées par les lecteurs    Lalmas veut que Tebboune s'approche des ‘'harraga''    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Nâama: saisie de 7, 725 tonnes de kif traité en 2019    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère de la Santé trace une nouvelle feuille de route    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    «Le RND sera plus proche du peuple que du pouvoir»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Le réflexe de Chitour    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    Epidémie de coronavirus en Chine : 40 millions de personnes en quarantaine    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Energie, télécommunications: Intérêt américain pour le marché algérien    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Séisme de magnitude 4,9 à Jijel: Immeubles fissurés et routes affaissées    Saisie de psychotropes, 3 arrestations    49ème vendredi de manifestation: La mobilisation se poursuit    La valorisation des agrumes passe par leur labellisation    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malaise à l'université
Premier jour de grève des enseignants
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2015

Si le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a reconnu la modeste mobilisation des enseignants au Centre, il se félicite, néaumoins, d'un «suivi assez important» dans le reste du pays.
Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) a entamé, hier, une grève de trois jours. Les structures universitaires de la capitale n'indiquent pas une grande mobilisation syndicale, ce qui confirme clairement que le syndicat a perdu ses fiefs qu'étaient l'Université des sciences et technologies Houari Boumediène de Bab Ezzouar (USTHB) et l'université d'Alger. Le CNES se félicite par contre d'«un suivi assez important dans le reste du pays». Selon le secrétaire général du CNES, M. Rahmani, le taux de suivi est autour de 75% au niveau national. Les plus hauts taux sont enregistrés dans les universités du Sud et des Hauts-Plateaux où, dans certaines structures, il a atteint les 100%, selon le CNES.
Une virée dans les campus d'Alger permet de constater une présence policière impressionnante, mais une activité normale des enseignants et de leurs élèves. «Nous avons eu nos cours sans aucune perturbation», affirment tous les étudiants interrogés. L'accès à l'enceinte universitaire demeure interdit. Pas de piquet de grève ni de banderole à l'université Alger 1 abritant les facultés de sciences de la nature, sciences de la matière, mathématiques, informatique et architecture. La fac centrale d'Alger semble rompre définitivement avec les mouvements de protestation et de revendication qui l'ont caractérisée durant des décennies.
La cause est toute simple : «La plupart des enseignants sont des vacataires, donc payés à l'heure et ont la crainte d'être écartés à la moindre absence pour grève.» Le CNES, qui reconnaît qu'il «n'a plus le monopole» avec la reconfiguration du paysage syndical due essentiellement à l'émiettement des syndicats et aux manœuvres de l'administration, accorde plus d'importance au «cri d'alarme» lancé par les enseignants à l'adresse des pouvoirs publics, mais aussi à l'opinion pour dire «halte aux discours anesthésiants et aux mots soyeux» qui visent, selon le CNES, à maintenir la léthargie dans laquelle baigne le secteur.
«L'université va mal et il faut que tout le monde s'implique pour sauver ce qui peut l'être», lance le CNES, qui compte sur l'adhésion enregistrée à travers les 47 sections pour sensibiliser aux préoccupations des enseignants. «Quand 80% des enseignants universitaires sont payés entre 45 000 et 60 000 DA, c'est que l'université va très mal», dénonce le syndicat, qui veut également attirer l'attention sur l'importance des effectifs d'étudiants face au manque d'enseignants : 55 000 professeurs d'unversité pour 1,5 million d'étudiants, affirme le secrétaire général du CNES. Outre la détérioration du pouvoir d'achat, le syndicat interpelle également les pouvoirs publics pour un débat général sur l'université.
Autres revendications du CNES : une rupture avec la désignation administrative des recteurs et chefs d'établissement et «l'introduction des pratiques démocratiques pour l'élection de ces responsables». A souligner que le ministère de l'Enseignement supérieur a annoncé, hier, une rencontre avec les partenaires sociaux fin décembre, et ce, «pour la prise en charge des préoccupations de la communauté universitaire», explique une source du ministère reprise par l'APS.
La rencontre verra la participation de représentants de la commission des syndicats des enseignants et de la commission des organisations estudiantines agréées. La mise en place de ces deux commissions avait été décidée au terme des rencontres, en septembre, du ministre de l'Enseignement supérieur, Tahar Hadjar, avec les partenaires sociaux. Le CNES précise qu'aucune invitation officielle ne lui a été adressée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.