Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Covid19 à Tizi-Ouzou: le reconfinement de deux communes imposé par la recrudescence des cas    Feux de forêts: réunion interministérielle pour indemniser les personnes impactées    551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    L'aide humanitaire ne suffit pas    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'appel du Cnes : Les universités paralysées par une grève
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Le Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes) a entamé hier une grève de trois jours sur l'ensemble des universités du pays pour réclamer «la prise en charge par la tutelle des problèmes et revendications des enseignants conformément à la plateforme de revendications».

Selon le secrétaire général du Cnes, Abdelmalik Rahmani, le taux de suivi de ce premier jour est de l'ordre de 75% sur l'ensemble des universités. «Le taux de suivi au premier jour de grève est de l'ordre de 75% à l'échelle nationale», nous a-t-il confié hier en début d'après-midi au téléphone en affirmant que la quasi-totalité des enseignants universitaires a répondu au mot
d'ordre du Cnes. «La grève a connu un suivi extraordinaire. Je peux citer les université de Tizi Ouzou, Béjaïa, Oran Skikda, Béchar, Saïda, El Bayadh, Khenchela, Skikda, Bordj Bou Arréridj où le mot d'ordre a été largement suivi faisant de ce premier jour de protestation une totale réussite», se félicite notre interlocuteur qui a tenu surtout à dénoncer ce qu'il qualifie de «manipulation» et
d'«intox» suite à un communiqué «fictif» posté sur les réseaux sociaux faisant état d'une annulation de la grève. Selon Rahmani, le Cnes a déposé, hier matin, une plainte contre X pour» le faux communiqué «qui était posté sur facebook sur «une soi-disant annulation» des trois journées de protestation. «Notre action est perçue par les enseignants comme une sonnette d'alarme à l'adresse de leurs responsables», a affirmé le SG du Cnes qui a dénoncé «le mutisme de la tutelle à l'égard des revendications des enseignants, maintes fois réitérées, mais jamais concrétisées». «Nous voulons des actes et non pas des discours soyeux et triomphalistes du ministre de tutelle», a-t-il ajouté non sans évoquer la dégradation des conditions socioprofessionnelles dans lesquelles se trouvent les enseignants universitaires. «Aujourd'hui, les enseignants n'ont pas le moral pour assumer la tâche d'encadrer 1,5 millions d'étudiants», a regretté Rahmani qui espère voir le ministère de l'Enseignement supérieur «se rendre compte de la situation et faire cesser la politique de replâtrage». Dans une déclaration sanctionnant les travaux de sa réunion tenue le 4 décembre à Alger, le Cnes a exigé de la tutelle «la revalorisation du salaire de base et du régime indemnitaire, la prise en compte de l'expérience professionnelle sur le plan pédagogique dans l'évolution de la carrière des enseignants et la généralisation de la prime dite de zone à toutes les universités». Dans son document, le syndicat a appelé également à «l'annulation de l'habilitation universitaire» pour les détenteurs d'un doctorat es sciences et «le maintien des mêmes conditions d'accès que les détenteurs d'un doctorat d'Etat pour le passage au grade de professeur». Le Cnes a revendiqué, également, «l'accélération des projets de logements de fonction qui connaissent des retards que rien ne peut justifier et l'inscription de nouveaux projets au profit des universités». A travers ce mouvement de protestation qui sera suivi, selon Rahmani, par trois autres journées de grève les 5, 6 et 7 janvier 2016, soit juste après les vacances d'hiver, le Cnes appelle surtout à l'ouverture d'un dialogue «sérieux et responsable au double plan local et national pour la prise en charge intelligente et efficiente des problèmes et revendications des enseignants «conformément à la plateforme de revendications formulée par les instances locales et nationales du Cnes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.