«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grève massivement suivie
Deux jours de protestation à l'université
Publié dans Liberté le 18 - 04 - 2006

Le mot d'ordre lancé par le Cnes a été massivement suivi dans la majorité des universités du pays. Quant au campus de Bab Ezzouar, la grève a été reportée pour les 23 et 24 avril prochains.
En ce premier jour de débrayage, les professeurs de l'Université des sciences humaines et langues de Bouzaréah ont exprimé leur adhésion à la protestation. Ils ont débrayé afin de dénoncer le mépris des pouvoirs publics quant à la satisfaction de leurs revendications, notamment la revalorisation des salaires, le statut particulier de l'enseignant universitaire ainsi que le libre exercice du droit syndical.
“Le département de philosophie adhère massivement au mouvement de grève des 17 et 18 avril, lancé par le syndicat du Cnes”, peut-on lire dans une note affichée dans la salle des enseignants du département de philosophie. La même note est placardée au niveau de tous les départements de l'Université des sciences humaines. “La grève est suivie massivement, tous les professeurs sont en arrêt de cours, sauf les vacataires. Il ne sont pas concernés”, a déclaré M. Djemaï, enseignant au département de langue anglaise. Selon lui, la grève a dépassé les 80% et ce, malgré les menaces et les pressions exercées par le ministère de l'enseignement supérieur. “Afin de nous intimider, la tutelle a demandé la liste des enseignants meneurs de grève et ceux qui activent au sein du syndicat du Cnes. Mais tout cela ne nous fera pas baisser les bras”, a-t-il poursuivi.
Même situation à l'Institut national d'agronomie (INA). Un enseignant nous a déclaré que la décision de reprendre le mouvement de grève est venue suite à la non-concrétisation des revendications des professeurs de l'enseignement supérieur. “Le problème ne réside pas dans l'augmentation de salaire, mais dans le statut particulier et la lutte syndicale. La tutelle a peur que les enseignants dévoilent les lacunes du système de l'enseignement supérieur”, a-t-il précisé en accusant le ministère de tutelle d'avoir laissé pourrir la situation.
“Le gouvernement pousse les enseignants à quitter leur poste et à aller dans d'autres pays”, a-t-il conclu.
À l'université des sciences technologiques Houari-Boumediene, la grève a été reportée pour les 23 et 24 avril. “La section syndicale Cnes-USTHB n'ayant pas pu tenir son assemblée générale à cause de la visite du président de la République à l'USTHB, le 9 avril dernier, le jour même de l'AG, et l'occupation de la salle polyvalente du rectorat ; par conséquent, l'AG n'a pas eu lieu. Il se trouve également que cette semaine a été ponctuée par deux jours fériés (Mawlid). De ce fait, le Cnes-USTHB a décidé du report de la grève aux 23 et 24 avril avec l'organisation du vote d'un débrayage ouvert à partir du 13 mai 2006”, peut-on lire dans un communiqué affiché dans tous les instituts de l'USTHB. Un professeur de l'institut de génie civil a précisé qu'un piquet de grève, sans arrêt de cours a été organisé hier, en signe de protestation en attendant le débrayage prévu pour la semaine prochaine.
Par ailleurs, la grève lancée hier par le Cnes a été suivie à 80% à Boumerdès.
Nabila Afroun/M. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.