Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Des nouveautés en attendant le 5 Juillet...    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le RCD réaffirme ses idéaux
Grand meeting hier à la salle Atlas (Alger)
Publié dans El Watan le 14 - 02 - 2016

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a fait le plein, hier à la mythique salle Atlas d'Alger, pour célébrer le 27e anniversaire de sa fondation sous le mot d'ordre «Le courage de dire et la force d'agir».
Une devise chère à ce parti qui traduit la fidélité aux fondateurs de ce mouvement politique et tout particulièrement à ceux qui ont été assassinés. Un écho au parcours fait de sacrifices de cette formation politique.
«Vingt-sept ans de résistance, de lutte, d'action et de proposition», lance d'emblée Mohcine Belabbas, le jeune leader du RCD, sous les acclamations d'une salle pleine à craquer et sous le regard du vétéran militant des droits de l'homme Ali Yahia Abdennour, à qui les militants et sympathisants du RCD ont a réservé une standing ovation.
Le président du RCD ne s'est pas trop attardé sur «la crise politique et ses conséquences», pour se consacrer essentiellement aux «issues positives et aux solutions que l'on peut donner à cette crise». Plantant un décor national rempli d'«incertitudes et de doutes qui plus que jamais pèsent lourdement sur la vie politique, économique et sociale», M. Belabbas assure que «la crise risque d'emporter la nation si nous restons spectateurs et inactifs.
Nous savons aussi qu'une crise même grave et dangereuse peut être une opportunité pour se remettre en cause, agir et donner naissance à une ère nouvelle». Il estime que dans cette phase charnière dans laquelle rentre le pays, ce produit «l'effondrement d'un système construit sur la cooptation, l'accaparement de la rentre, la corruption le détournement de l'histoire, les fraudes électorales, l'opacité dans la gestion et l'exclusion du citoyen de la prise décision». A la tribune, Mohcine Belabbas était entouré des membres de la direction du parti, mais il manquait un à l'appel.
Nacereddine Hadjadj, ex-maire de Berriane, qui croupit derrière les barreaux depuis juillet 2015 sans qu'il ne soit jugé. A sa place, c'est son portrait qui le «représente». Un symbole qui rappelle les risques de l'engagement politique dans un pays régenté par la répression.
«Refondation nationale»
C'est donc sous le thème général de la refondation nationale, que le président du RCD décline les grands chantiers pouvant contribuer avec d'autres forces politiques à l'instauration d'une «nouvelle ère politique» dans le pays. «Une issue positive à la crise ne peut venir de l'intérieur du système des clans.
C'est pour cela que nous avons pris l'initiative avec d'autres partis et personnalités d'opposition de construire une alternative qui redonne au peuple algérien sa souveraineté, de construire ses institutions, de rédiger sa Constitution et d'élire librement ses représentants.» Tout un programme de transition qui bute sur le refus des tenants du statu quo. Pourtant l'alternative prônée par le RCD et ses partenaires n'est pas une rupture brutale, mais «une transition démocratique, pacifique et négociée», réaffirme M. Belabbas.
Elle doit débaucher, selon le chef du RCD, sur «une réorganisation administrative qui doit redonner du sens aux territoires par la consécration des régions dotées de larges pouvoirs afin d'impliquer le citoyen et libérer les initiatives et l'innovation. Une refondation républicaine des institutions et de la société algérienne qui s'appuie sur le génie de son peuple en valorisant les régions naturelles», soutient-il. La référence à la conception issue du Congrès de la Soummam est évidente tant le RCD continue de puiser sa littérature politique de ce moment fondateur de l'Etat algérien.
Autre ligne d'action développée par le leader du RCD se rapporte à la transition «économique pour sortir du modèle rentier qui a épuisé les richesses naturelles, perverti notre culture et nos habitudes alimentaire et accru notre dépendance vis-à-vis de l'étranger». Et c'est tout naturellement qu'il plaide également pour une «transition environnementale et énergétique pour garantir un développement durable par la préservation et la valorisation de nos richesses naturelles». Il n'a pas omis non plus de rappeler l'autre richesse que représente la diaspora pour mieux critiquer la nouvelle Constitution et son fameux article 51.
«Le pays appartient à tous les Algériens résidant ici autant qu'il appartient à ceux résidant à l'étranger. C'est pour cela qu'il faut associer notre immigration dans cette œuvre de refondation. La diaspora est une ressource inestimable en ces temps d'affaissement de la formation», a-t-il soutenu.
Deuxième génération
L'esprit maghrébin a plané également sur ce 27e anniversaire du RCD. «Réhabiliter la fédération des Etats nord-africains voulue par les dirigeants des mouvements de libération c'est rapprocher les points de vue, additionner les moyens et élargir le marché pour nos usines», a défendu M. Belabbas qui n'a pas manqué de vilipender «ceux qui se braquent, chez nous ou chez nos voisins, contre ce destin» car «ils tirent bénéfice de l'isolement par la rapine et la confiscation des capacités nationales».
«Ne nous trompons pas, ces deux segments qui se livrent une guerre verbale sont stratégiquement solidaires pour maintenir des pouvoirs de cooptation et d'opacité», tance-t-il encore. Favorable à l'ouverture des frontières entre l'Algérie et le Maroc, Mohcine Belabbas estime qu'elle «stimule la compétitivité et nourrit le libre débat. C'est faire du citoyen le seul arbitre de la vie publique». Il vrai que la question de la frontière fermée depuis 1994 par le palais royal est source de beaucoup de tensions.
Un sujet «sensible» des deux côtés de la frontière. Le chef du RCD en est conscient, et c'est à ce titre justement qu'il affirme que «ni les invectives des rentiers ni leurs menaces ne nous ferons taire».
Portée par une ambiance vive des militant(e)s heureux(ses) de se retrouver dans un meeting marquant l'anniversaire de leur parti, Mohcine Belabbas remet au goût du jour les marqueurs politiques de son parti. «Le courage de dire et la force d'agir ont gravé dans la vie algérienne les droits de l'homme, la promotion des droits des femmes, la citoyenneté, la laïcité et l'amazighité, les libertés individuelles et collectives.» Le rappel de ces valeurs qui fondent le RCD est «nécessaire pour restituer ces revendications pour mieux les partager et donner du sens et de la portée des combats qui les ont portés», estime M. Belabbas.
Satisfaits du succès de leur meeting, les militant(e)s et sympathisant(e)s disent toute leur détermination à «continuer» le combat de la première génération. Assurément, pour ce nouveau départ c'est un test politique réussi pour ceux qu'on peut désormais appeler la deuxième génération du RCD.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.