Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les systèmes internationaux de protection des droits humains en danger !
Contributions : les autres articles
Publié dans El Watan le 25 - 02 - 2016

Les Etats et l'ONU doivent agir de toute urgence et cesser leurs attaques contre les droits humains et les systèmes destinés à les protéger. Les droits humains ne sont pas un accessoire. Ils sont indispensables pour la sécurité et la paix dans le monde. L'inaction de nombreux gouvernements est à l'origine des souffrances touchant des millions de personnes : les conflits prolifèrent et des groupes armés continuent de s'en prendre à des civils innocents, en violation avec le droit de guerre et humanitaire dont le commerce irresponsable des armes durant des décennies a rendu possible.
La crise des personnes déplacées et des réfugiés n'a jamais été aussi importante depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au moins 30 pays ont forcé illégalement ces réfugiés à retourner dans leur pays où ils étaient en danger, en violation avec les normes internationales de protection des migrants. Autres chiffres qui illustrent cette triste réalité : dans 19 pays, des crimes de guerre et d'autres violations ont été commis. Dans 34 pays, des groupes armés ont pris pour cibles des civils, plus de 3700 réfugiés et migrants sont morts en Méditerranée en tentant de rejoindre l'Europe. Enfin, les conflits en Syrie, en Irak, au Yémen et en Libye sont à l'origine de plus de 5 millions de réfugiés et de demandeurs d'asile dans le monde.
Les coups portés aux Nations unies sont rudes, créées pour «préserver les générations futures du fléau de la guerre» et «proclamer à nouveau (la) foi dans les droits fondamentaux de l'homme», et ont fortement fragilisé l'Organisation. Bloquée notamment par des membres actuels du Conseil de sécurité, l'ONU ne peut s'acquitter de son rôle déterminant pour le respect des droits fondamentaux et du droit international.
Le conflit syrien est un terrible exemple des conséquences humaines catastrophiques de l'incapacité des Nations unies. Israël refuse de mener des enquêtes crédibles sur les crimes de guerre commis durant la guerre de 2014 à Ghaza, suite à un appel de l'ONU, ou l'Arabie Saoudite qui a bloqué une enquête menée par les Nations unies sur les crimes de guerre au Yémen.
Les gouvernements ont ignoré et délibérément affaibli les institutions régionales et internationales destinées à protéger les plus défavorisés de la planète. Ce sont non seulement nos droits qui sont menacés, mais aussi les lois et le système qui les protègent. Plus de 70 années de travail acharné et de progrès humains sont en danger. Force est de constater que les gouvernements ont aggravé encore plus les problèmes de la planète, en cherchant à les résoudre au moyen de stratégies mal inspirées.
Les attaques barbares perpétrées en 2015 contre des civils à Beyrouth, Bamako, Tunis, Istanbul et Paris, entre autres, ont donné lieu à une série de mesures sécuritaires représentant une sérieuse menace pour les droits humains. En France, les autorités ont assigné 360 personnes à résidence et fermé 20 mosquées et de nombreuses associations musulmanes.
Rappelons que le président Obama n'a toujours pas tenu sa promesse de fermer Guantanamo — symbole de l'impunité et des graves conséquences de la «guerre mondiale contre le terrorisme». Les Etats-Unis n'ont pas, non plus, ouvert des enquêtes à l'encontre des responsables des actes de torture commis dans le cadre du programme de détention et d'interrogatoires mis en œuvre par la CIA après le 11 Septembre.
Par ailleurs, plus des deux tiers des pays répriment les libertés fondamentales d'expression ou de la presse souvent au nom de la sécurité nationale. Arrestations et détentions arbitraires, tortures et autres mauvais traitements ont été enregistrés dans plus de 98 Etats et au moins 156 défenseurs des droits humains sont morts en détention ou ont été tués en 2015. Au lieu de reconnaître le rôle essentiel que joue la société civile engagée pour la défense des droits humains et la liberté de parole, de nombreux gouvernements ont entrepris délibérément d'étouffer toute voix critique dans leur pays.
En avril 2015 , Amnesty International ainsi que d'autres ONG (Privacy lnternational et Liberty) ont intenté une action auprès de la Cour européenne des droits de l'homme contre le gouvernement du Royaume-Uni, au sujet de ses pratiques de surveillance de masse menées sans discrimination. Cinq ans après les soulèvements massifs au Moyen-Orient de 2011, la région se caractérise par les conflits et la répression. De nombreux gouvernements du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord ont pris des mesures de lutte contre le terrorisme avec pour objectif déclaré de faire face aux menaces liées à leur sécurité, mais elles ont été également utilisées pour réprimer la société civile.
Les critiques des gouvernants et des agents de l'Etat sont considérées comme portant atteinte à la sécurité, à la stabilité et à l'unité nationales et, par conséquent, sont assimilées au terrorisme et traitées en conséquence. Qu'ils aient été confrontés à des soulèvements dans leur pays, comme dans le cas de l'Egypte et de Bahreïn, ou qu'ils aient réussi pour le moment à éviter des bouleversements majeurs, comme en Arabie Saoudite ou aux Emirats arabes unis, les gouvernements du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord ont fortement réprimé les libertés fondamentales et les militants des droits humains.
Les Etats et l'ONU doivent mettre un terme aux discours qui sèment la division, porteurs de xénophobie et qui dénigrent les droits humains. Les Etats doivent soutenir politiquement et financer pleinement les systèmes existants de défense du droit international — en particulier le droit humanitaire des réfugiés. Ces systèmes sont notamment le Haut-Commissariat aux droits de l'homme, le Haut-Commissariat aux réfugiés, la Cour pénale internationale et les mécanismes régionaux de défense des droits humains. Les enjeux n'ont jamais été aussi forts...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.