Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    "Les élections ne sont pas une priorité"    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Améliorer d'abord les conditions de vie    Beldjoud préside l'installation du wali    L'ambassade de France s'explique    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Rivière asséchée !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des cités dortoirs sans animation et sans âme
Sites de relogement dans la capitale
Publié dans El Watan le 16 - 03 - 2016

Nombre de cités manquent de commodités, notamment celles ayant trait à la prise en charge de la jeunesse.
Les cités nouvellement réalisées, notamment dans le cadre de l'AADL, manquent d'équipements publics devant répondre aux attentes et besoins des nouveaux habitants, particulièrement en matière de loisirs éducatifs et de la prise en charge de la frange juvénile. Les pouvoirs publics, en réalisant ces lieux d'habitation aux appellations numériques et aux allures tentaculaires, donnent la priorité seulement au relogement de la population, la question des commodités viendra après. A peine quelques jours après le recasement de milliers de familles dans ces cités, les réclamations commencent à se faire entendre.
C'est le cas de la cité AADL dans la commune de Heuraoua, qui a accueilli depuis l'année dernière des centaines de nouveaux habitants. La cité a été réalisée en un temps record. Hormis les immeubles qui occupent la majeure partie de l'assiette foncière, aucune structure dédiée aux loisirs et au sport n'a été réalisée. Aux abords des immeubles implantés à équidistance, des fractions de terrain cernées par des murettes grillagées arborent un semblant d'espaces verts, qui font office de lieu de détente et de distractions.
Mis à part ces parcelles de jardin improvisées, la cité est dépourvue de toute commodité ou aménagement. Les jeunes préfèrent se détendre dans les champs et vergers qui avoisinent leur cité. Ils y organisent d'interminables parties de football. Dans les entrailles de la cité, les jeunes prennent de plus en plus d'habitudes symptomatiques d'une oisiveté qui commence à avoir de l'emprise sur eux. Des groupes de jeunes se rassemblent dans les cages d'escalier, dans les allées de la cité et aux abords des immeubles. «Nous organisons des matchs de foot entre nous.
Mais pour une pratique sportive dans un cadre organisé, nous n'avons pas encore cette opportunité», déplorent des jeunes rencontrés à proximité de leur immeuble. «Notre cité est dépourvue de salles de sport», poursuivent-ils. A l'absence de salles de sport dans la cité, s'ajoutent l'absence de maison de jeunes et de centre culturel devant soustraire ces jeunes à la rue et à ses méandres. «Nous avons beaucoup de jeunes qui sont doués dans le domaine de la musique, des arts dramatiques et plastiques, d'autres dans les activités scientifiques, mais tout ce potentiel est laissé en jachère, car notre cité ne dispose ni de centre culturel ni de maison de jeunes.
La seule maison de jeunes se trouve au chef-lieu de la commune et est loin de répondre aux besoins des jeunes», regrettent-ils. Les spécialistes sont unanimes à dire que ces cités sont de véritables bombes à retardement, et qu'il convient de les doter de commodités et d'équipements publics avant qu'elles ne deviennent des lieux de délinquance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.