L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malik Sidibé, le "sourire de Bamako" s'est éteint
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 29 - 04 - 2016

Le grand photographe malien Malick Sidibé s'est éteint jeudi 14 avril à Bamako, à l'âge de 81 ans, suite à une longue maladie. Depuis l'ouverture de son studio en 1958, il a photographié les nuits torrides de Bamako et porté l'art de la photographie africaine à son point culminant.
«Malick Sidibé est un repère pour nous, le Mali lui doit l'organisation de la Biennale africaine de la photographie, c'est grâce à ses travaux et ceux de Seydou Keïta que Bamako a abrité pour la première foi cette manifestation en 1994, et depuis, Bamako est devenue la capitale de la photographie africaine», affirme Igo Lassana Diarra, promoteur culturel malien et directeur du centre culturel La Médina, à Bamako. «Ses photos des nuits chaudes de Bamako après l'indépendance ont montré une image moderne et branchée de la jeunesse des années 1960.
Il a apporté de la joie, de la gaieté et de la fraîcheur à la photographie. Il est important de reconnaître que Malick Sidibé a contribué au développent international de la photographie contemporaine, en exposant ses photographies dans les musées, les galeries et les centre d'art les plus prestigieux du monde. D'ailleurs, il a été le premier photographe au monde à avoir obtenu le Lion d'or de la Biennale de Venise en 2007», se souvient Igo Diarra.
Né en 1935, Malick Sidibé ne se destinait pas à la photographie, mais plutôt au dessin et à la bijouterie, qui lui furent enseignés à l'Ecole des artisans soudanais dans les années 1950. Il était sans conteste la mémoire vivante du Mali, ses premiers reportages photos remontaient à 1957. A l'âge de 21 ans, il a commencé à capturer l'insouciance de la jeunesse malienne de l'époque, entre fêtes et bain de minuit dans le fleuve Niger qui traverse Bamako. Un an plus tard, Malick Sidibé ouvre son studio dans le quartier de Bagadadji, le portraitiste devient une célébrité et son studio un lieu de pèlerinage. «Malick Sidibé est un grand.
Il a documenté la vie bamakoise avec des photos qui ont une valeur incontournable», a rappelé Samuel Sidibé, directeur du Musée national de Bamako et délégué général de la Biennale africaine de la photographie, où l'artiste avait été mis en l'honneur dès la première édition de l'événement, en 1994. «Malick Sidibé n'a pas fait qu'immortaliser des inconnus, il leur a donné une seconde vie à travers des photos qui ont été exposées dans d'importants espaces, comme des musées et des galeries. C'est la meilleure manière d'exister pour une photo, être admirée de tous», raconte Djéné Keita-Moraux, artiste malienne.
Tendresse
En effet, les travaux de Malick Sidibé ont été plusieurs fois exposés dans plusieurs capitales européennes et à New York, Sydney et Chicago. «Je crois que sa disparition va le faire connaître davantage, de Bamako à New York, Malick Sidibé est plus qu'une référence, c'est une mode à lui seul ! Il montre que le Mali est riche de ses diversités culturelles, c'est nécessaire pour les Maliens d'aujourd'hui de revoir le travail de Sidibé, son message est clair», affirme Djéné.
Lors de la 52e Biennale de Venise, Malick Sidibé reçoit un Lion d'Or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. L'œuvre de Malick Sidibé avait été récompensée, entre autres, par les prix Hasselblad (Suède) et de l'ICP (Centre international de la photographie, New York). Le galeriste parisien André Magnin, spécialisé dans l'art contemporain africain et auteur d'une monographie de Malick Sidibé, a rendu hommage sur sa page Facebook à l'auteur de «milliers d'images pleines de tendresse et de beauté».
Il a salué le photographe «d'une jeunesse insouciante, libre, moderne, pleine de joie et d'espoir, qui partage les musiques et les danses modernes, twist, rock, afrocubaines, la mode, les looks des années 1960, 1970...» Malick Sidibé a sans doute propulsé l'art de la photographie africaine, il ne manquait pas d'aider les jeunes qui débutaient, de prodiguer des conseils et de rendre hommage à un autre maître de la photo, son ami le photographe Seydou Keita décédé en 2001. «Seydou, c'était la grande classe des fonctionnaires, avec des hommes richement habillés qui couvraient leur dame de chaînes en or. Moi, c'était la classe moyenne ; on pouvait même poser avec un mouton», confie-t-il dans une interview au journal Le Monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.