Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ARAV interpelle «certaines chaînes de télévision»
Traitement médiatique de la disparition tragique de la petite Nihal
Publié dans El Watan le 10 - 08 - 2016

L'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) publie son premier communiqué depuis l'installation officielle de ses membres, en juin dernier.
Elle réagit, très en retard, sur des dépassements enregistrés dans le traitement médiatique de l'affaire tragique de la petite Nihal Si Mohand, retrouvée morte quinze jours après sa disparition à Ouacifs, dans la wilaya de Tizi Ouzou.
Dans un communiqué rendu public hier, l'instance que préside Zouaoui Benhamadi appelle notamment les chaînes de télévision privées à faire preuve de «vigilance extrême» dans la diffusion de commentaires et de faits en rapport avec cette affaire. «Suite à l'ignoble assassinat dont a été victime la jeune Nihal Si Mohand, l'opinion publique a été, à juste titre, révulsée par cet acte horrible.
Et c'est également à juste titre que la presse nationale, en particulier les médias audiovisuels, se sont saisis de l'événement», précise la même source dans ce communiqué. L'ARAV, qui s'est «réjouie» de la réactivité des médias audiovisuels, relève que «malheureusement, certaines chaînes sont allées au-delà du droit d'informer en diffusant des informations approximatives ou erronées, causant ainsi un lourd préjudice aux familles déjà très douloureusement affectées».
Dans la foulée, l'ARAV appelle l'ensemble des médias audiovisuels du pays à «faire preuve de vigilance extrême dans la diffusion des commentaires et des faits dans tout ce qui touche à cette douloureuse affaire, encore du domaine de l'enquête judiciaire».
Seulement, comme constaté dans ce communiqué, l'ARAV elle-même a commis une erreur en parlant d'«assassinat» de la petite Nihal alors que l'enquête n'est pas encore terminée et que la gendarmerie n'a pas encore élucidé l'affaire.
L'autre remarque est que le communiqué de l'ARAV manque cruellement d'autorité. Réagissant tardivement sur une affaire qui a fait l'objet parfois de graves dépassements, l'Autorité de régulation de l'audiovisuel s'est montrée visiblement très prudente. Le communiqué d'hier rappelle ceux produits auparavant par l'ancien président de l'ARAV, Miloud Chorfi, qui se contentait de généralités, peut-être par manque d'audace dans l'entreprise de régulation du secteur audiovisuel national.
Aujourd'hui, malgré l'installation officielle de tous ses membres, l'ARAV fait également preuve de timidité dans la mise en œuvre de sa mission. Pourquoi n'a-t-elle pas réagi à temps pour rappeler à l'ordre les responsables des chaînes qui «sont allées au-delà du droit d'informer» ?
Depuis l'annonce de la disparition de la fillette jusqu'à la confirmation de sa mort et son enterrement, certains médias, animés par la course au «scoop», ne se sont pas gênés pour donner des «informations» non vérifiées et de colporter des rumeurs qui n'ont fait qu'aggraver la douleur de la famille et des proches de la petite victime. Pis, certaines chaînes sont allées jusqu'à exploiter — ce qui est interdit par toutes les lois sur l'information à travers le monde — l'image d'enfants en leur donnant la parole pour s'exprimer sur le cas de Nihal. Elles les ont montrés en train de pleurer le sort d'une fillette qu'ils connaissaient.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.