Election d'un nouveau président mercredi prochain    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    FFS    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Une crise majeure se profile entre Riyad et ses alliés    Ghaza est au bord du précipice, selon un responsable de l'ONU    Zetchi optimiste    Six mois de suspension pour le président    Saaâdoune succédera à El Morro    L'OPGI peine à se faire payer    Une bombe à retardement à Draâ Errich    10 cas décelés en 2 jours à Sidi-Bel-Abbès    Comme un rendez-vous amoureux !    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Rentrée scolaire à Hassi Bahbah (Djelfa) : La surcharge des classes suscite l'inquiétude des parents d'élèves    Nouvelles d'Oran    ONU: Adoption d'une résolution pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    Pour qui paye Bouhadja ?    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Premiere sortie du nouveau wali sur le terrain    Des collectivités locales providences aux collectivités locales entreprises/manager    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    253 affaires traitées en septembre dernier    Défaite de Charles Quint à Alger    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    Salon international du tourisme et des voyages : La montagne attire les Algériens    Prix de l'or noir Le pétrole chute avec le bond des stocks américains    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    Kaouane appelle les journalistes à maîtriser les nouvelles technologies    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    Le MCA veut terminer sur la lancée    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    L'entraîneur Amrani accepte de rester    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FFS exige l'arrêt immédiat des poursuites judiciaires
Comparution demain de cinq de ses militants à Ghardaïa
Publié dans El Watan le 23 - 01 - 2017

Cinq militants du Front des forces socialistes (FFS) de la vallée du M'zab vont comparaître demain devant la chambre d'accusation du tribunal correctionnel de Ghardaïa, suite à l'appel du procureur et des mis en cause.
Placés sous contrôle judiciaire en décembre dernier, ces cinq militants du plus vieux parti de l'opposition encourent de lourdes peines au vu des accusations pour lesquelles ils sont poursuivis, à savoir «tentative de renverser le régime», «incitation à prendre les armes», «incitation à la violence et à la haine». Ces mis en cause sont le secrétaire national du FFS chargé de la solidarité Mosbah Hamou, trois membres de la fédération du parti à Ghardaïa et un membre du comité de coordination et de suivi (CCS).
Le premier secrétaire du FFS, Abdelmalek Bouchafa, a vivement dénoncé ce qu'il qualifie de «énième» provocation contre les militants politiques pacifiques. Dans un communiqué rendu public hier, Abdelmalek Bouchafa a précisé qu'ils ont été mis sous contrôle judiciaire sur ordonnance du juge d'instruction le 19 décembre 2016, «suite à un dossier monté de toutes pièces par les services de sécurité». Pour lui, «les mis en cause ont contribué activement à ramener le calme et à la recherche d'une solution pacifique et durable à la crise qui a ensanglanté cette région du pays».
Ainsi, affirme-t-il, «le FFS dénonce avec la plus grande vigueur cette énième provocation et l'acharnement judiciaire contre ses militants de Ghardaïa et met en garde contre toute dérive autoritaire du pouvoir». Le plus vieux parti de l'opposition «exige l'arrêt immédiat des poursuites judiciaires et la levée de toute mesure visant à astreindre la liberté de ses militants». Le parti du défunt Hocine Aït Ahmed s'interroge sur «les motifs réels de cette cabale judiciaire qui intervient à la veille des échéances électorales».
Pour défendre ses cadres, le FFS annonce une forte délégation de la direction nationale, des parlementaires du parti ainsi qu'un collectif d'avocats, demain à Ghardaïa, pour assister à cette audience.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.