Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La pollution linguistique est pire que la répression»
Saïd Sadi à Tizi Ouzou
Publié dans El Watan le 08 - 04 - 2017

I l y a une volonté de folkloriser la langue amazighe qui a été appuyée par une véritable stratégie de démobilisation et de pollution de débat.
D'ailleurs, le pouvoir veut même accaparer le 20 avril et tous les repères symboliques. Il y a des acquis de la revendication identitaire, notamment l'esprit et la symbolique d'avril 1980. Aujourd'hui, même le FLN veut récupérer cette date. Il a oublié que ce sont ses éléments qui nous ont emprisonné à Berrouaghia», a déclaré Saïd Sadi, ancien président du RCD, hier, lors d'une conférence organisée par son parti à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, pour marquer le 37e anniversaire du Printemps berbère.
«La pollution linguistique est pire que la répression», a-t-il martelé avant de souligner, dans le même ordre d'idées, que la langue n'est pas seulement un appareil linguistique car, a-t-il précisé, elle produit aussi des valeurs. «Il faut réhabiliter la ferveur militante et restaurer la tolérance et le capital d'écoute», a-t-il insisté avant de revenir sur la marche du 7 avril 1980 qui, a-t-il rappelé, a donné une amplitude qui a permis de sortir la question amazighe de l'université vers la rue. «Le témoignage n'est pas une photo du passé, c'est un combat», a-t-il affirmé. L'ancien leader du RCD a également estimé que le pouvoir veut réduire la Kabylie à «une situation de survie socioéconomique». «Il y a une volonté d'étouffement économique sur la Kabylie et une volonté de faire fuir les investisseurs de la région. Le pouvoir encourage aussi l'aliénation, par la religion, de la population surtout avec l'accélération de la ‘‘salafisation'' en Kabylie», a-t-il ajouté. Lors de la même conférence, nous avons également assisté aux interventions d'autres animateurs du Mouvement culturel berbère. Mouloud Lounaouci a abordé, de son côté, beaucoup plus le volet sociolinguistique. «Tamazight n'est pas encore consacrée langue officielle, car elle n'est pas une langue de l'Etat au même titre que la langue arabe.
Elle n'a pas aussi été suivie de décisions gouvernementales. On constate une absence totale de volonté politique pour développer cette langue», a-t-il fait remarquer avant d'ajouter plus loin : «Il faut aller vers l'autonomie linguistique pour développer notre langue, car l'officialisation comme elle a été décidée par le pouvoir est de la récupération». Dr Lounaouci a également plaidé pour la réhabilitation du mouvement associatif amazigh afin de mener un travail de terrain et de sensibilisation. «Le mouvement associatif a joué un rôle important dans la question identitaire», a-t-il souligné tout en évoquant l'exemple de l'ancienne association Idles qui a formé plus de 1300 enseignants de tamazight. Pour sa part, Saïd Doumène, détenu d'avril 1980 et enseignant à l'université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, a fustigé le pouvoir qui a verrouillé le débat d'expression libre.
«La question de la langue est politique», a-t-il laissé entendre. Arav Aknine, animateur du MCB, a, quant à lui, estimé que le mouvement d'avril 1980 était également celui des libertés démocratiques et des droits de l'homme. Enfin, Amar Zentar, un militant qui a suivi des cours de Berbère que donnait, à la fin des années 1960, Mouloud Mammeri à l'université d'Alger, a parlé notamment des étapes et des circonstances difficiles dans lesquelles a été réalisé le lexique berbère bilingue élaboré, au début des années 1970, par de jeunes étudiants, dont Amar Zentar et Mustapha Benkhemou, sous la direction de Mouloud Mammeri qui était directeur du Centre de recherches anthropologiques préhistoriques et ethnographiques (CRAPE).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.