Législatives: les électeurs plus nombreux dans les bureaux de vote durant l'après-midi à l'Est du pays    Législatives: clôture des bureaux de vote, début du dépouillement des voix    Euro 2020 : Le match Danemark-Finlande va reprendre    Belmadi: "Cette série d'invincibilité n'est pas le fruit du hasard"    AEP à Alger: instructions fermes pour un approvisionnent régulier    Coronavirus: 343 nouveaux cas, 236 guérisons et 5 décès    Législatives/Alger-est : une plus importante affluence dans l'après-midi    Foot/Amical: Algérie (A') - Liberia (A) le 17 juin à Oran    Covid-19: plus de 5 millions de cas en Afrique    Tabbou, Ihsane El-kadi et Drareni relâchés    Toute colonisation est un investissement perdu    Vers l'extradition d'El Wafi Ould-Abbès    Les Canaris en plein vol...    Yasser Bouamar et Kaouther Ouallal éliminés d'entrée    La Sadeg élabore un plan d'action pour les examens de fin d'année    Lumières rend hommage à plusieurs artistes    Elles et ils militent contre l'oubli !    Hausse de 45,5% de nouveaux inscrits    Durcissement du Code pénal    Sévère rappel à l'ordre du parlement européen au Maroc    Khaldi : "Revoir la politique du football"    LE NOUVEAU STADE D'ORAN OU LE 5-JUILLET POUR ABRITER LA FINALE    Un vendredi calme sans Hirak    Un salon dédié à la santé de l'étudiant    Saisie de 10 000 comprimés psychotropes    Finalisation de l'examen des décrets exécutifs    L'EXECUTIF SE MONTRE OPTIMISTE    Une série de dispositions annoncées pour redynamiser le secteur    Utilisation optimale des caméras de surveillance    Afrique du Sud: une alliance politico-syndicale réitère son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    La Casbah d'Alger : L'artisanat disparaît peu à peu    L'ISACOM "salue la décision du Parlement européen condamnant le Maroc"    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Véhicules de moins de 3 ans, tabac, fonds détournés...: Les nouveautés de la LFC 2021    Huit blessés dans 2 accidents de la route    Aïn El Turck: Retour en force de l'informel dans les localités côtières    Les habitants en appellent au wali: Une décharge sauvage en plein cœur de Haï Chahid Mahmoud    Complotisme : arme de la paresse intellectuelle et de la gouvernance institutionnelle    Les menaces de troisième génération    L'époux devenu loque    La Libye prend exemple de l'Algérie    Un quartier palestinien d'El Qods convoité par les sionistes    Neuf pays africains sur 10 pourraient ne pas atteindre l'objectif    Les défis de l'après-12 juin    Les avocats menacent de marcher    L'ami et le collègue de 56 ans!    Hommage à Fawzi Saïchi    «Unzipped Exposition», expo unique en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence-débat de Saïd Sadi avant-hier à Tizi Ouzou : «Avril 80 est l'acte de naissance de la pluralité»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

Pour l'ex-président du RCD, le mouvement d'Avril 1980, qui fut l'un des grands événements politiques de l'après-guerre, a marqué l'acte de naissance du pluralisme en Algérie.
Intervenant jeudi lors d'une conférence à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, à l'occasion de la célébration du 36e anniversaire du Printemps berbère, Saïd Sadi est revenu sur ce qu'il qualifie de l'un des plus grands événements politiques de l'Algérie post-Indépendance et surtout insisté sur le rôle des événements d'Avril 1980 dans l'émergence des questions de la démocratie et des droits de l'Homme en Algérie à une période marquée par la chape de plomb imposée par le pouvoir de l'époque. «C'est grâce aux animateurs des événements d'Avril 80 que des questions liées à la démocratie, aux droits de l'Homme et à la condition féminine ont été enfin abordées à l'époque dans notre pays. C'est aussi Avril 80 qui a marqué la naissance de la pluralité en Algérie», affirme l'ancien président du RCD. S'exprimant en compagnie de trois de ses anciens camarades de lutte et détenus d'Avril 80, à savoir Mouloud Lounaouci, Arab Aknine et Saïd Doumane, Sadi a revisité durant une trentaine de minutes cet événement qui suscite à ce jour l'engouement chez l'ensemble de la communauté berbère, y compris les jeunes.
En témoigne l'assistance nombreuse qui se trouvait dans la salle. Voulant transmettre son message aux jeunes d'aujourd'hui, Saïd Sadi a insisté sur l'essence pacifique et surtout démocratique du Prinyemps berbère, qui avait, selon lui, réussi à fédérer toutes les tendances politiques à une époque marquée par «la domination de la gauche pour ne pas dire du gauchisme». Malgré les divergences et surtout la répression du pouvoir en place, le Printemps berbère, œuvre d'une poignée de jeunes militants, a réussi à gagner l'estime de la population et surtout le soutien de l'opinion publique internationale. «Nous avions œuvré dans un cadre pacifique dans le respect des opinions des autres. Nous avions réussi à avoir l'estime de tout le monde et surtout au niveau de l'opinion publique internationale. Notre combat était pour la démocratie, les droits de l'homme et bien sûr la reconnaissance de notre langue et identité amazighes à une époque où il était interdit de s'exprimer dans sa langue maternelle», ajoute-t-il. Selon le conférencier, les animateurs du Printemps berbère avaient pour objectif l'instauration de la démocratie et d'un Etat de droit qui garantit la liberté d'expression et d'opinion dans un cadre pacifique.
«Des individus se sont servis de cet événement»
«Le pouvoir de l'époque avait tenté par tous les moyens de faire taire notre mouvement en usant de méthodes bien connues mais à chaque fois nous avions réussi à maintenir le cap», dira Sadi en illustrant son propos par la tentative de l'ancien ministre de l'Enseignement supérieur Abdelhak Brerhi de jouer sur les divergences d'opinions au sein des animateurs du mouvement pour le faire capoter. «Lors d'une audience avec Brerhi, ce dernier a interpellé un militant : comment voulez-vous réussir alors que vous ne partagez pas les mêmes idées politiques ? C'est là qu'un autre animateur lui rétorque : Cela s'appelle la démocratie, Monsieur le ministre», témoigne Sadi, pour qui les idées et le message d'Avril 80 sont toujours d'actualité. C'est le message que voulaient également transmettre les trois autres conférenciers, qui insistaient sur le rôle important joué par le mouvement dans la lutte pour la démocratie et les droits de l'Homme en Algérie. «Il faut re-convoquer et réadapter Avril 80 car aujourd'hui il y a un recul dans le militantisme et la lutte pour la démocratie», insiste Arab Akine, qui dit ne jamais vouloir faire du Printemps berbère un fonds de commerce. «Avril 80 a permis la libération de la parole mais il y a aussi des individus qui se sont servis de cet événement. Comme il y avait des Kabyles de service avant 1962, il y a eu aussi des berbéristes de service après Avril 80», se désole Saïd Doumane. Pour Mouloud Lounaouci, qui est revenu dans son intervention sur l'aspect identitaire et la question linguistique, «l'officialisation de tamazight qui ne figure pas dans le préambule de la Constitution est un leurre. Dans le triptyque arabité-islamité- amazighité, tamazight est jetée à la périphérie». Le socio-linguiste se désole du recul constaté dans la lutte pour tamazight, notamment chez la jeune génération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.