Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



43 usines de dessalement opérationnelles d'ici 2019
Publié dans El Watan le 21 - 11 - 2006

Pour pallier le manque d'eau potable dans le pays, l'Algérie a décidé de miser sur des usines de dessalement d'eau de mer. Dix stations sont déjà en service dans le pays.
Un nombre que les autorités comptent faire grimper à 43 à l'horizon 2019 pour répondre aux besoins domestiques nationaux. A court terme, d'ici 2009, le département de M. Sellal compte investir 12 milliards de dollars pour la réalisation de 14 usines de dessalement d'eau de mer. Le programme de dessalement prévoit la construction de 23 petites stations mobiles monobloc, d'une capacité totale de 57 500 m3/jour. Celles-ci sont en cours d'installation, dans le cadre d'un programme d'urgence, dans sept wilayas de la bande côtière. Il est question aussi de la construction de 4 grandes stations (capacité totale de production : 360 000 m3/jour). Ces stations profiteront à cinq grandes villes en situation de stress hydrique : Alger (200 000 m3/j), Aïn Témouchent, Béjaïa, Annaba (100 000 m3/j) et Ténès (60 000 m3/j). Il est à rappeler aussi qu'une étude générale sur le dessalement a été lancée par le secteur. A l'horizon 2019, et aux dix usines de production déjà opérationnelles, le pays souhaite en rajouter 33 autres et doubler les capacités journalières actuelles qui s'élèvent à 1,04 million m3. Et ce, via la société d'investissement Algerian Energy Company (AEC filiale de Sonatrach et de Sonelgaz) et l'Algérienne des eaux. Le dessalement de l'eau de mer en Algérie revêt un caractère stratégique, il remplacera les ressources naturelles dans la majorité des villes du Nord algérien, notamment à l'Ouest. Il y aura 12 projets de dessalement de l'eau de mer d'ici 2008, en ce qui concerne les projets de l'AEC. Mais il existe d'autres projets (de petite capacité) de dessalement qui sont pris en charge par l'ADE. L'objectif à l'AEC est 1200 000 m3/j d'ici 2008. Lesdites usines seront réalisées suivant la formule BOO (Acheter, posséder, exploiter). Ce qui signifie que la conception, la réalisation et l'exploitation de l'usine sont à la charge de l'investisseur privé étranger pendant le temps de la concession accordée par l'Etat. Les 21 autres stations seront réalisées d'ici 2016, sur le budget de l'Etat et seront confiées à la charge de l'ADE. En 2007, l'Algérie devrait disposer de la plus grande usine de dessalement d'Afrique. Le site du Hamma deviendra alors, avec ses 200 000m3/j, le principal fournisseur d'eau potable d'Alger. Il s'agit d'un projet commun de 248 millions de dollars entre le groupe américain IONICS (à hauteur de 70%), l'AEC et l'ADE (30%). « La société américaine IONICS, spécialiste du dessalement dans le monde, fournira les équipements et assurera l'exploitation et la maintenance de l'usine pendant 25 ans », d'après l'AEC.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.