Le Moudjahid Tairi Moussa n'est plus    Covid19: 160 nouveaux cas, 211 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    Cessez-le-feu mondial: le SG de l'ONU déplore l'absence de concrétisation    Covid19: l'ANP s'est tenue aux côtés du peuple en engageant toutes ses ressources    Ouargla/Covid-19: distribution de 100 000 bavettes aux citoyens    Sport-Coronavirus: le contrôle médical des athlètes d'élite impératif avant la reprise    Crise libyenne: Boukadoum exprime la "profonde" préoccupation de l'Algérie et sa disposition à abriter le dialogue libyen    Plan d'annexion israélien en Cisjordanie : "une telle décision ne peut pas rester sans réponse"    Massacres du 8 mai 1945: des crimes revêtant une dimension génocidaire    PLFC 2020: des députés émettent des réserves sur la hausse des taxes sur les carburants    Des prévisions rassurantes    organisée dans cette ville Vive tension à Kherrata    L'Arav sévit, la police ouvre une enquête    Irresponsables !    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    2 500 écoles fermées et 350 000 élèves privés de cours    Ottawa veut renforcer sa coopération avec les pays africains    Porsche décline la 911 Targa    The mask    Il y a 30 ans, un drame affligeait le handball algérien    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    "La reprise du championnat mérite une profonde réflexion"    Banque Africaine de Développement : Augmenter les budgets agricoles pour éviter d'autres pandémies    Un nouveau baby-boom algérien    Le monde se déconfine à l'approche de l'été    L'exemple de l'Algérienne des Eaux de Mascara    Incendie à l'intérieur du cimetière de Sidi Ziane    La 3e édition du Salon Almoto Expo reportée    Théâtre régional de Constantine : Représentations virtuelles    Idir déterritorialisé ou la culture mondialisée par l'immigration    La valorisation de la ville archéologique de Tobna au programme    Recueillement sur la tombe de Tahar Djaout à Oulkhou    Boumerdès: Le procès de Hamel, son fils et d'ex-responsables reporté    Mutation et promotion de cadres de la wilaya    Embarek Houcinat n'est plus    Logements sociaux en cours de réalisation: Plus de 50 milliards pour l'achèvement des travaux de VRD    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    AS Monaco: Slimani, une situation paradoxale    WA Tlemcen: Le Widad caresse le rêve de l'accession    Amar Belhimer: La presse nationale «présente des faiblesses structurelles»    Les raisons d'un malaise    FAUSSES EVIDENCES    Guerre de libération nationale: Djanina Messali Benkalfat raconte Messali Hadj    France: Comment sont enterrés les musulmans isolés et sans ressources ?    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces enfants forcés à travailler
Plus de 60% de mineurs activent dans l'informel
Publié dans El Watan le 26 - 08 - 2017

Aya ma bared !» (De l'eau fraîche). Des fardeaux d'eau minérale à bout de bras, des enfants interpellent les voyageurs sur le quai de la gare ferroviaire du Caroubier (Alger).
Travaillant seuls ou en groupe, les revendeurs viennent de la banlieue d'Alger. «Je viens de Diar El Bahri à Beni Mered (Blida). Je prends le train à 7h. Je m'approvisionne en bouteilles à la gare d'El Harrach. La bouteille, je l'achète à 20 DA et je la revends à 40 DA.
Je vends parfois jusqu'à 3 à 4 fardeaux», raconte Khaled, les mains serrant des bouteilles d'eau glacée. Son père ne pouvant travailler en raison d'une maladie du dos invalidante, l'enfant, qui entre au collège à la rentrée, est obligé de travailler pour subvenir aux besoins de sa famille : «J'utilise cet argent pour m'acheter aussi des affaires pour la rentrée.» La peau tannée par le soleil, l'enfant ne rentre chez lui qu'une fois toute sa marchandise vendue, et c'est souvent en début de soirée, par le train de Blida.

Le travail des enfants augmente, principalement lors des vacances d'été. Par dizaines, particulièrement dans les localités de l'intérieur du pays, des enfants s'installant sur les routes, sont engagés sur les chantiers ou dans des ateliers… Agés d'une dizaine d'années, ces enfants sont exploités avec tous les risques que cela induit sur leur intégrité physique et morale. Les autorités préfèrent ne pas trop s'alarmer et réduisent la portée du phénomène de la mise au travail forcé des enfants.
Lors d'une cérémonie organisée par son secteur à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale contre le travail des enfants, le ministre du Travail, Mourad Zemali, a indiqué que les enquêtes réalisées sur la propagation de ce phénomène en Algérie démontraient que «celui-ci existe à un taux minime, ne dépassant pas 0,5% du nombre total des travailleurs sur les lieux de travail contrôlés». M. Zemali a assuré que la courbe de l'emploi des enfants en milieu professionnel «est en constante baisse», grâce à «l'action continue» de son secteur en matière de lutte contre le travail des enfants, en coordination avec les secteurs composant la commission permanente de protection et de promotion de l'enfant.
Le réseau algérien pour la défense des droits de l'enfant, Nada, s'inquiète de l'ampleur du phénomène, qui concerne principalement le secteur informel. «Le chiffre avancé par le ministre (0,5%) ne reflète que la réalité officielle. Ce chiffre, qui est présenté chaque année, s'intéresse aux secteurs d'activité étatique ou privé. Nous considérerons que le chiffre de l'activité des enfants est de 60%. Le phénomène touche principalement le secteur informel», précise le président du réseau NADA, Abderrahmane Arar.
Intervenant lors d'une rencontre sur la problématique de l'exploitation des enfants dans le monde (2011), la représentante de l'organisation en Algérie a indiqué que quelque 340 000 enfants travaillent en Algérie dans différents secteurs.
La Fondation nationale pour la promotion de la santé a avancé un chiffre plus important. Son président, le Pr Mustapha Khiati, a indiqué à L'Expression que dans une enquête effectuée en 2006, il a été fait état de près d'un million d'enfants exploités sur le marché informel du travail, dont 500 000 âgés de moins de 16 ans.
Au ministère du Travail, on signale que le chiffre avancé par Nada est «exagéré» par rapport à celui du ministre qui s'appuie sur un travail mené au préalable par une commission nationale composée de tous les secteurs, et dont le premier responsable est l'Inspecteur général du travail lui-même. «Il n'y a pas d'exploitation des enfants puisque l'activité des enfants est traditionnellement admise et n'a pas les caractéristiques d'une exploitation comme dans les usines ou autres», précise une source du ministère ayant requis l'anonymat, précisant que l'âge minimum légal de travail est 16 ans.
Accompagnement de 100 enfants
Le réseau NADA a lancé, en mai 2017 à Alger, un programme de sensibilisation et de prévention contre le travail des enfants dans le marché informel. Ciblant dans un premier temps cinq wilayas pilotes — Alger, Blida, Tipasa, Boumerdès, Tizi Ouzou et Bordj Bou Arréridj —, le programme d'une année vise à prévenir contre le travail des enfants dans le marché informel et à accompagner certains cas recensés notamment dans plusieurs secteurs.
«Nous nous sommes concentrés en premier lieu sur la formation des personnes qui sont chargées de faire un état des lieux pour mieux comprendre le phénomène et ainsi pouvoir accompagner les enfants. Nous commençons à avoir les premiers résultats», précise M. Arar. Selon les résultats de l'enquête, la responsabilité des parents dans le travail des enfants est importante. «Les enfants sont âgés en moyenne de 13 ans. Et parfois moins. La majorité est scolarisée, mais il y a aussi des enfants qui sont en déperdition scolaire, donc facilement exploitables.
Des enfants sont issus de parents dans le besoin, en conflit suite à un divorce ou autres... Mais il y a aussi la catégorie des enfants contraints de travailler par des parents qui ne sont pas dans le besoin, mais qui exercent une pression sur leurs enfants», résume le président du réseau. L'enquête relève le «vide juridique» qui empêche les inspections du travail de s'intéresser au sort des enfants exerçant dans l'informel, vu qu'elles interviennent uniquement quand il y a une relation de travail préalablement établie. «Il y a lieu de mettre les mécanismes nécessaires pour protéger ces enfants employés dans l'informel», suggère M. Arar. Le réseau NADA compte lancer des actions de prévention dont bénéficieront 100 enfants, qui seront «accompagnés» pour leur «permettre de se prendre en charge une fois adultes».

Protection de l'enfance Que peut la loi ?
L'Algérie a adopté plusieurs conventions internationales et des textes pour la protection de l'enfant. L'Unicef considère que depuis la ratification de la Convention des droits de l'enfant en 1992, l'Algérie a réalisé d'importants progrès dans tous les domaines. «Les droits à l'éducation (articles 28 et 29 de la Convention des droits de l'enfant), à la santé (article 24 de la Convention) et à la protection sont reconnus par la Constitution algérienne et la législation nationale en vigueur», précise l'organisation dans une présentation sur son site internet. Et les textes juridiques ratifiés ou adoptés ces dernières années ne devraient pas provoquer de changements notables. Dernier texte en date, la loi n°15-12 du 15 juillet 2015 relative à la protection de l'enfant.
L'art. 139 de cette loi énonce : «Est puni d'un emprisonnement d'un à trois ans et d'une amende de 50 000 DA 100 000 DA quiconque exploite économiquement un enfant.» Il y est aussi indiqué dans l'alinéa 2 de l'article que la peine est portée au double lorsque l'auteur de l'infraction est un ascendant de l'enfant ou le responsable de sa sauvegarde. Prévu par la loi n°15-12, un organe national de la protection de l'enfant, installé en juin 2016, avait obligation de rendre public un rapport relatif aux droits de l'enfant. Ceux qui s'intéressent à l'enfance en Algérie l'attendent toujours…




Textes ratifiés sur le travail des enfants
L'Algérie a ratifié plusieurs conventions internationales sur le travail des enfants
-Convention 182 portant interdiction des pires formes de travail des enfants, ratifiée le 3 décembre 2000.
-Convention sur le travail de nuit des enfants (industrie), (1962).
-Convention sur l'âge minimum (agriculture), (1962).
-Convention sur le travail forcé (1962).
-Convention (révisée) sur l'âge minimum (travail maritime), (1962).
-Convention sur l'examen médical des adolescents (industrie), (1962).
-Convention sur l'examen des adolescents (travaux non industriels), (1962).
-Convention sur l'âge minimum (1984).
L'Algérie a est également signataire de la Déclaration internationale des droits de l'enfant (20 novembre 1989), ratifiée par l'Assemblée nationale populaire le 19 décembre 1992. Elle a en outre souscrit aux objectifs du Sommet mondial des enfants de 1990 et de celui de 2002.
La loi n° 90-11 du 21 avril 1990 relative aux relations de travail précise que :
n l'âge d'admission à l'emploi doit être supérieur à 16 ans,
n les travaux dangereux, insalubres, nuisibles ou préjudiciables sont interdits aux mineurs,
n le travail de nuit est interdit aux moins de 19 ans. (Source Forem


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.