Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La tentation de la planche à billets
Crise financière et chute de la liquidité bancaire
Publié dans El Watan le 06 - 09 - 2017

La révision annoncée de la sacro-sainte loi sur la monnaie et le crédit (LMC) pour ouvrir la voie à des modes de financement «non conventionnels» ne manque pas de susciter certaines appréhensions quant aux velléités du gouvernement de faire tourner la planche à billets.
Edictée en juin dernier par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lors d'une réunion du Conseil des ministres, la décision de favoriser le recours à des financements non conventionnels vient en effet d'être confirmée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui a fait état, avant-hier, de l'élaboration à cet effet d'un projet de loi amendant la LMC actuelle. Selon le Premier ministre, il s'agira ainsi d'ouvrir désormais la voie «au financement non conventionnel de l'économie nationale», dans un contexte de tarissement général des finances de l'Etat et d'assèchement avancé de la liquidité bancaire sous l'effet de la chute des revenus pétroliers.
Or, si officiellement ce concept un peu fourre-tout de financements non conventionnels ne ferait référence qu'à de nouveaux instruments financiers autres que les crédits bancaires classiques, sa mise en place risque toutefois d'ouvrir la voie, selon certains observateurs, à l'injection de liquidités par la Banque centrale en usant surtout de la planche à billets. Une tentation qui prendrait alors l'allure d'une dérive inflationniste très dangereuse, au moment où les entreprises et les ménages sont déjà fortement pénalisés par la forte dépréciation de la valeur du dinar. Quoi qu'il en soit, du côté de la Banque centrale, à qui échoit la gestion de la politique monétaire et bancaire, l'on affirme que l'idée d'un recours à la planche à billets ne serait absolument pas à l'ordre du jour, du moins dans le contexte actuel, où la situation des banques demeure globalement soutenable et où il est impératif de ne pas trop laisser filer le rythme de l'inflation...
Cependant, comme l'a si clairement reconnu son premier responsable, Mohamed Loukal, il y a à peine quelques semaines, la Banque d'Algérie (BA) doit désormais faire face au défi majeur de fixer une nouvelle politique monétaire qui concilie à la fois les besoins de financement de la croissance et sa mission première de stabiliser l'inflation. Intervenant lors d'une rencontre organisée en juillet dernier à Alger, le gouverneur a ainsi évoqué la nécessité de fixer un nouveau cap de politique monétaire, compte tenu notamment de la chute drastique du niveau global de la liquidité bancaire, qui a connu, a-t-il précisé, une contraction de près de 67% sur ces deux dernières années. Même si le secteur bancaire demeure dans l'ensemble encore bien capitalisé, rentable et résilient, la BA, a tenu à rappeler Mohamed Loukal, a déjà procédé à l'arrêt de son ancienne politique de reprise de liquidités, tout en réactivant les instruments de réescompte et d'Open-market pour refinancer les banques.
Reste que pour le gouverneur, le défi majeur est aujourd'hui de veiller à la fois à stabiliser les prix et la situation des finances publiques, tout en continuant à favoriser le financement de la croissance. Il s'agira ainsi pour la Banque centrale de résoudre l'équation si complexe de répondre aux attentes du gouvernement qui l'incite à maintenir un rythme acceptable de crédits à l'économie, tout en veillant à ne pas favoriser l'inflation, en évitant surtout les tentations dangereuses d'expansion monétaire et de recours à la planche à billets.
Interrogé à ce propos, l'expert et professeur d'économie Brahim Guendouzi nous explique qu'un tel risque peut effectivement exister à travers l'aspect qui touche notamment aux finances publiques et qui se rapporte aux relations entre la Banque d'Algérie et le Trésor à travers les avances que peut faire la première au second en cas de besoin. Aussi, insiste-t-il, la loi sur la monnaie et le crédit doit justement poser des garde-fous et définir, avec précision, ce type de relation car, prévient-il, «il existe une tentation de création monétaire artificielle par rapport aux contreparties reconnues de la masse monétaire et donc un risque d'inflation, dont il faudra s'attendre à des effets dévastateurs sur l'économie nationale».
Quant aux financements non conventionnels dans l'absolu, ils découlent, selon le même expert, de la nécessité de diversifier les sources de financement de l'économie et ils consistent surtout à développer des instruments de finance alternative, tels que des émissions de titres financiers (obligations, certificats de dépôts, bons de trésorerie, etc.), de la finance islamique à travers ses nombreux produits (mourabaha, moucharaka, soukouk…) de la finance solidaire et des banques mutuelles, ainsi que des produits dérivés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.