Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Banque d'Algérie dit non
Bureaux de change et révision de l'allocation touristique
Publié dans El Watan le 15 - 04 - 2017

Les cambistes du square Port-Saïd couleront encore des jours tranquilles dans l'illégalité «tolérée».
Le gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Loukal, a renouvelé, devant les membres du Conseil de la nation, ses assurances que les bureaux de change ne verront pas encore le jour dans cette Algérie, pourtant fragilisée par un secteur informel prenant des dimensions très importantes.
«L'ouverture de bureaux de change est prématurée et ne constitue pas une priorité», affirme M. Loukal en justifiant que «le dinar algérien n'est pas convertible et que le pays ne connaît pas une intense activité touristique». Que pense donc le gouverneur de la Banque d'Algérie du recours quasi systématique des opérateurs économiques au marché parallèle de la devise pour les opérations de change ? Répondant aux questionnements des sénateurs, Mohamed Loukal a souligné qu'une «éventuelle ouverture de bureaux de change risquerait de provoquer un épuisement rapide des réserves de change du pays».
Le premier responsable de la Banque centrale considère que l'éradication du marché informel nécessiterait non pas un changement de billets de la monnaie nationale comme proposé par un sénateur, mais plutôt une coordination des efforts entre les différentes administrations fiscale et commerciale.
La revalorisation du montant de l'allocation touristique n'est pas non plus à l'ordre du jour dans le contexte économique actuel, affirme M. Loukal. Si l'on prend en compte, dit-il, les 4 millions de détenteurs de passeports biométriques, une simple opération arithmétique suffirait à évaluer le montant de devises à mobiliser dans ce cas de figure. «Il n'est pas question d'alimenter les économies étrangères alors que l'économie nationale a le plus besoin de ces devises», avertit le gouverneur de la Banque centrale.
Dans son rapport sur la situation financière et monétaire du pays présenté, la fin de semaine écoulée, aux parlementaires du Conseil de la nation, le gouverneur de la Banque d'Algérie a tenu à rassurer sur l'état de la monnaie nationale face au marché de la devise.

«La gestion des réserves de change sécurisée»
«La gestion des réserves de change du pays est sécurisée et les fluctuations sur les devises n'ont aucun impact sur les fondamentaux de l'économie nationale», a-t-il soutenu. Le dinar algérien s'est, quant à lui, «stabilisé progressivement à partir de juin 2016» bénéficiant de la baisse des cours de la matière première et du recul de l'euro face au dollar.
La vente en dollars des hydrocarbures dans la zone euro a permis de préserver une stabilité de la monnaie nationale. Mohamed Loukal reconnaît toutefois que la situation économique est «très critique» mais la crise est transcendée grâce aux mesures adoptées, notamment par le paiement anticipé de la dette extérieure et la création du Fonds de régulation des recettes ayant permis d'amortir le choc.
Les liquidités bancaires ont été sérieusement secouées par la chute des prix du pétrole. Le niveau de financement de l'économie était de l'ordre de 26% en 2014, mais la baisse des cours du pétrole qui s'en est suivie a vite engagé un processus d'érosion dans les réserves de change et par la même une baisse du niveau des liquidités bancaires.
«D'où le recours à des mesures pour l'approvisionnement des établissements bancaires dont le marché ouvert qui a constitué une réforme radicale afin de garantir la pérennité du financement des banques», indique le gouverneur. «Le système bancaire enregistre actuellement une dynamique d'expansion avec 26 banques actives (6 publiques et 20 privées représentant des banques mondiales) et 10 établissements financiers de leasing. Ces établissements comptent 1500 agences», souligne encore Mohamed Loukal en plaidant pour un renforcement du réseau des banques à travers la création de plus d'agences.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.